Apocalypes apocryphes

 

 Des patriarches, prophètes et apôtres 

2e édition | 2019

 

 

 

Table des matières

 DES PATRIARCHES

Adam ................................................................................................................................................  1

Henoc...............................................................................................................................................  9

Noah...............................................................................................................................................  20

Abraham.......................................................................................................................................  22

Jacob...............................................................................................................................................  32

 DES PROPHETES

Moshe.............................................................................................................................................  37

David..............................................................................................................................................  39

Isaiah ..............................................................................................................................................  45

Zephaniah.....................................................................................................................................  46

Les esseniens..............................................................................................................................  53

DES APOTRES

Pierre Cephas...............................................................................................................................  60

Jean.................................................................................................................................................  63

Paul.................................................................................................................................................  72

Thomas.........................................................................................................................................  75

 

 


Crains Iehvah : observe ses ordres,
ce que tous les hommes doivent faire,
car Dieu amènera en jugement tout ce
 qui est caché, bien ou mal
. ¦ Tu n’en sortiras
 pas que tu n'aies payé jusqu'au dernier quadrant

                  — Solomon ¦ Jésus




APOCALYPSES APOCRYPHES


ADAM | Les grands 5½ jours - Le livre de Adam et Ève

—    Je suis le Créateur Dieu ani Iehvah bore. Quand je créai mes créatures, je n’avais pas l’intention de les détruire, mais plus ils aggravent ma colère, plus je les punis de graves fléaux amers jusqu’à ce qu’ils se repentent, mais au contraire, s’ils sont encore à charge, ils seront à jamais sous malédiction.

Les coeurs d’Adam et Ève Havah se fortifièrent en Dieu, maintenant qu’ils sentaient que le Seigneur était pour eux comme un père et une mère, et pour cette même raison ils pleurèrent devant lui et recherchèrent de lui une grâce. Dieu eut pitié d’eux et dit :

—    Adam, j’ai fait ma promesse face à toi et je ne m’en détournerai pas. Je ne te laisserais pas retourner au Jardin jusqu’à ce que ma promesse des grands 5½ jours soit accomplie.

—    O Dieu, lorsque nous résidions au Jardin, dit Adam éploré, nos coeurs étaient élevés et nous apercevions les anges chanter les louanges du ciel. À présent nous ne voyons plus comme nous faisions avant, nay ! Quand nous rentrons dans la caverne, toute la Création est cachée de nous.

—    Quand tu étais assujetti, tu avais en toi une lumineuse nature, pour cette raison tu pouvais voir les choses éloignées. Après ta faute, ta lumineuse nature te fut retirée et il n’en resta pas pour voir les choses éloignées mais seulement de proximité, d’après la disposition de la chair qui est brusque, dit le Seigneur Dieu. Adam, toute cette misère que tu forges sur toi-même ne prévaudra pas contre ma Loi et n’altèrera l’alliance des 5500 ans.

—      Je dépéris de chaleur et je défaille en marchant, je suis exténué de ce monde et je ne sais quand tu m’en retireras pour reposer, dit Adam.

—    Adam, cela ne peut être à présent avant que tu aies racheté tes jours, que je te mènerais hors de cette terre misérable, lui dit Dieu le Seigneur.

—      Lorsque j’étais dans le Jardin je ne connus ni chaleur, ni langueur, ni déplacement, ni tremblement, ni peur, mais depuis que je suis venu sur cette terre, tous ces maux sont tombés sur moi. Seigneur ! Ne me retranche pas pour ça, ni me frappe de plaies douloureuses, et ne me fais pas payer selon mon péché, parce que nous avons transgressé ton ordre de notre propre volonté, et avons abandonné ta loi, en cherchant à devenir des dieux, semblables à toi, tandis que satan le haineux nous avait trompé, dit Adam.

—    Parce que tu fis naître peur et tremblement sur cette terre, dit Dieu, langueur, souffrance, piétinement et déplacement en montant sur cette montagne et mourant : je prendrais tout cela sur moi afin de te sauver.

—      O Dieu, aie pitié de moi plutôt que de prendre sur toi ce que je ferais, dit Adam en pleurant davantage.

Adam et Ève prirent des pierres et les placèrent dans la forme d’un autel, et ils prirent les feuilles des arbres à l’extérieur du Jardin avec lesquelles ils essuyèrent le sang qu’ils avaient versé à la surface des pierres. Et ce qui avait coulé sur le sable, ils le ramassèrent avec le sable et le présentèrent sur l’autel comme une offrande à Dieu. Adam et Ève se tinrent sous l’autel et supplièrent Dieu en pleurant :

—      Pardonne notre inconduite au péché, regarde-nous de ton oeil clément…   Quand nous étions dans le Jardin, nos louanges et hymnes montaient sans cesse jusqu’à toi. Mais depuis que nous sommes venus sur cette terre étrangère - à nous, plus de louange pure, ni juste prière, ni intelligence des coeurs, ni douces pensées, conseils droits, ni discernement ou justes sentiments depuis que notre lumineuse nature nous a quitté. Notre corps a changé de ressemblance de celui qu’il était à l’origine lorsque nous fûmes créés. Considère maintenant notre sang présenté sur ces pierres, et veuille l’accepter de nos mains comme des louanges que nous chantions chaque jour devant toi, initialement dans le Jardin.

Et Dieu, bon et clément, aimant des humains, regarda vers Adam et Ève et le sang qu’ils avaient présenté comme une offrande pour lui, sans un ordre de lui, et il s’étonna d’eux et accepta leurs offrandes. Et Dieu envoya de sa présence un feu vif qui consuma leur offrande. Il sentit la douceur de leur offrande et leur montra miséricorde. La parole de Dieu vint vers Adam et lui dit :

—    Adam, comme tu as versé ton sang, je verserai ainsi mon propre sang quand je deviendrai chair de ta semence. Et comme tu mourus, o Adam, ainsi je mourrai. Et comme tu construis un autel, ainsi je ferai pour toi un autel sur terre. Et comme tu y as offert ton sang, j’offrirai ainsi mon sang sur l’autel sur terre. Je rendrai ainsi mon sang pardonneur de péché, et effaceur de fautes par lui, comme tu as plaidé le pardon par ce sang. Vois maintenant o Adam, j’ai accepté ton offrande, mais les jours de la promesse par lesquels je t’ai lié ne sont pas accomplis, et lorsqu’ils seront accomplis je te ramènerais au Jardin. Aussi affermis ton coeur, et quand la tristesse surviendra sur toi, fais-moi une offrande et je te serais favorable.

Dieu savait qu’Adam avait dans ses pensées de se tuer encore pour lui faire offrande de son sang, et il lui dit :

—    Adam, ne te tue pas encore comme tu l’as fait en te jetant au bas de cette montagne.

—    Il était dans mon esprit de mettre d’un coup fin à moi-même pour avoir transgressé tes ordres et être sorti du beau Jardin, parce que je suis privé de la brillante lumière, des chants qui coulaient sans cesse de ma bouche, et de la lumière qui me recouvrait. Par ta divinité, o Dieu, n’éloigne pas tout à la fois de moi, et sois favorable envers moi chaque fois que je meurs et me ramène à la vie. Qu’il soit connu que tu es un Dieu clément, que tu ne désires pas qu’un être périsse, que tu n’aimes pas qu’un être tombe et que tu ne condamnes personne cruellement ou sévèrement et d’une destruction totale…

Adam resta alors silencieux. Et la parole de Dieu vint à lui, le bénit et le réconforta, et lui fit serment qu’il le sauverait au terme des jours fixés sur lui. Quand notre père Adam vit que sa fin était proche, il appela son fils Seth dans la Caverne des trésors et lui dit :

—      O Seth mon fils, amène-moi tes enfants et les enfants de tes enfants afin que j’étende ma bénédiction sur eux avant que je meure.

Lorsque Seth Set entendit ces paroles de son père Adam, un torrent de larmes se déversa sur son visage quand il partit réunir ses enfants et les enfants de ses enfants, pour les emmener ensemble vers son père Adam. Quand Adam les vit autour de lui, il pleura d’avoir à se séparer d’eux. Et le voyant pleurer, ils pleurèrent et tombèrent tous ensemble sur son visage en disant :

—      O notre père, comment pourrais-tu être séparé de nous ? Comment la terre te recueillerait-elle et te dissimulerait à nos yeux ?

Ils se lamentèrent beaucoup à ces mots. Notre père Adam les bénit tous, et après les avoir bénis, il dit à Seth :

—      Seth mon fils, tu connais ce monde plein de chagrin et de lourdeur, tu sais tout ce qui nous est arrivé, et nos épreuves ici. Je t’instruis donc en ces mots : garde l’innocence, sois juste et pur, et crois en Dieu. Ne fléchis pas aux discours de satan, ni aux apparences sous lesquelles il se montre à toi.    

Garde les instructions que je te donne en ce jour. Fais pareillement pour ton fils Énos, qu’Énos le transmette à son fils Kenan, et Kenan à son fils Mahalaleel, afin que cette instruction demeure résolument parmi tous vos enfants. O Seth mon fils, au moment que je serais mort, prends mon corps et enveloppe-le de myrrhe, d’aloès et de cassis, et laisse-moi ici dans cette Caverne des trésors, dans laquelle sont tous ces témoignages que Dieu nous a donnés du Jardin, préserve cet or, cet encens et cette myrrhe.        

Par la suite, o mon fils, un déluge viendra submerger toutes créatures et épargnera seulement 8 (80) âmes. Aussi o mon fils, que ceux qui partiront à ce moment parmi tes enfants, prennent mon corps avec eux hors de cette caverne, et quand ils l’auront emporté avec eux, que le plus vieux d’entre eux commande à ses enfants de placer mon corps dans un bateau jusqu'à ce que le déluge soit apaisé, et qu’ils sortent du bateau. Peu après qu’ils aient été sauvés des eaux du déluge, ils prendront alors mon corps et le placeront au centre de la terre. L’endroit où mon corps sera déposé est le centre de la terre. Dieu y viendra et sauvera toute notre lignée.    

Et maintenant o Seth mon fils, place-toi à la tête de ton peuple, garde-les et veille sur eux dans la crainte de Dieu, et conduis-les dans la bonne voie. Instruis-les de jeûner devant Dieu et fais-leur comprendre qu’ils ne doivent pas écouter satan de peur qu’il les détruise. Sépare de nouveau tes enfants, et tes petits-enfants, des enfants de Caïn.Ne les laisse plus jamais se mélanger avec eux, pour ne pas leur ressembler dans leurs actes, pas plus que dans leurs mots.

Adam laissa sa bénédiction descendre sur Seth, sur ses enfants, et sur tous ses petits-enfants. Et le vieil homme Metuselah l’ancien qui restait sur la montagne avec les fils de Noah, vécut neuf cent quatre-vingt-sept ans et tomba malade. Sa maladie était telle que pour cette raison il dût partir. Noah et ses fils Shem, Ham et Japhet, vinrent auprès de lui avec leurs femmes et lui demandèrent de les bénir.

—      Je demanderai encore à mon Seigneur Dieu de vous bénir, dit Metuselah, de vous augmenter et d’épandre votre race dans une terre étrangère vers laquelle vous irez. Que les glorieux dons que Dieu accorda à notre père Adam, du Jardin à cette Caverne des trésors bénie, qu’il vous les accorde aussi. Voici les 3 glorieux dons que Dieu fit à Adam :
― le 1er est la royauté, selon que Dieu fit d’Adam l’intendant sur ses travaux ; 

― le 2e glorieux don est le sacerdoce, car Dieu insuffla un Esprit de vie en sa face ;
― le 3e glorieux don est la prophétie, car Adam prophétisait concernant ce que Dieu pensait.    
Je demanderai au Seigneur, mon Dieu, d’accorder ces trois dons glorieux sur votre postérité.

Et Metuselah dit ainsi à Noah :
—      Noah, tu es béni de Dieu. Je te préviens et t’annonce que je pars de toi vers nos pères qui sont tous partis avant moi. Embaume mon corps et couche-le dans la Caverne des trésors. Tu seras laissé seul avec tes enfants sur cette montagne sacrée. Garde l’instruction que je te donne et ne néglige aucune chose de ce que je te dis. Voici, mon Dieu amènera rapidement un déluge sur la terre. Aussi prends ta femme, tes fils et leurs femmes, et descends de cette montagne sacrée en prenant avec toi le corps de notre père Adam. Va dans l’arche et place-le là jusqu’à ce que les eaux du déluge se retirent de la surface de la terre.     


Avant de mourir, mon fils, ordonne à ton fils premier-né Shem de prendre Melchisédec, le fils de Kainan et petit-fils d’Arpachshad car ce Melchisédec est cohen du Plus-haut Dieu , et de prendre avec eux le corps de notre père Adam de l’intérieur de l’arche, pour le déplacer et le déposer en terre. Et Melchisédec se tiendra pour faire le service sur cette montagne au centre de la terre, devant le corps de notre père Adam à jamais. L’ange de Dieu ira avec vous jusqu’à que vous arriviez à ce lieu au centre de la terre.     

O mon fils, que celui qui fait le service devant Dieu et devant le corps de notre père Adam ait un vêtement de peau et que ses reins soient ceints de cuir ; qu’il ne porte aucun ornement mais que son habit soit pauvre ; qu’il soit seul, et se tienne à prier notre Seigneur Dieu de préserver le corps de notre père Adam, car c’est un corps de grande valeur devant Dieu. Qu’il maintienne son service de cohen du Plus-haut Dieu, car il est très agréable à Dieu ainsi que le service qui s’accomplit devant Dieu.

Noah vécut trois cent cinquante ans après qu’il sortit de l’arche. Il appela son fils premier-né Shem et dit :
—      Mon fils, écoute ce que je te recommande. Voici, je t’enjoins de maintenir le bien jusqu’à ce que je meure et que tu m’enterres. Lorsque tu auras fini de t’endeuiller pour moi, va dans l’arche dans laquelle nous avons été épargnés du déluge, et sors le corps de notre père Adam sans que personne ne sache, excepté celui qui est de ta semence. Fais-lui une belle boite et le place alors dedans. Prends aussi une provision de pain avec toi en chemin, et du vin à boire pour ta route, car le pays où tu iras est rugueux et sec.   


Prends Melchisédec, le plus jeune fils de ton fils Kainan, car Dieu l’a choisi d’entre toutes les générations d’humains pour se tenir devant lui, pour le service face à lui auprès du corps de notre père Adam. Dépose le corps d’Adam au centre de la terre et place Melchisédec pour qu’il se tienne devant lui, et montre-lui comment accomplir son ministère service devant Dieu. Si tu gardes mon instruction et partes [comme je te dis], un ange de Dieu ira avec toi et te montrera le chemin jusqu’à ce que tu arrives au lieu où tu déposeras le corps d’Adam au centre de la terre. Dans ce même lieu Dieu produira son salut pour le monde entier.           

Je sais mon fils comment nos enfants ont abandonné cette si bonne prescription de ne pas descendre de la montagne sainte se mélanger avec les enfants de Caïn, et ont été détruits avec eux dans les eaux du déluge. Mon grand-père Metuselah me donna une grande instruction que j’ai conservée, que je te donne également. Ainsi, reçois mon instruction et retiens bien mes paroles. Cache ce secret dans ton coeur et ne le révèle à aucun de ta parenté.

L’arche était restée close durant les jours de Noah et personne n’était autorisé à la toucher. Quand ils venaient à elle, ils se bénissaient en elle et parlaient. Cependant Noah y allait chaque soir allumer la lampe qu’il avait faite devant notre père Adam et se bénissait en ce corps. Il ne négligea pas son service quant à la lampe, comme c’était en premier dans la Caverne des trésors.

Noah savait qu’après lui l’arche ne resterait pas intacte, que ses enfants se sépareraient, et ne reviendraient pas s’occuper du corps de notre père Adam. Que l’infamie croîtrait sur la terre et des horreurs parmi les hommes. Aussi il commanda à son fils Shem de se hâter prendre le corps de notre père Adam et de le déplacer jusqu’au centre de la terre selon l’ordre de Dieu. Noah divisa la terre en trois lots entre ses fils Shem, Ham et Japhet pour que chacun d’eux s’installe dans son propre lot. Quand qu’ils eurent fini le deuil de Noah, un ange de Dieu apparut dans une vision à Kainan, le père de Melchisédec, et lui dit :

—    Me connais-tu ?

—    Non mon-seigneur, répondit Kainan.

—    Je suis l’ange que Dieu envoie vers toi pour te donner son ordre, lui dit l’ange. Ne transgresse pas l’ordre de Dieu.

—     Parle, o mon-seigneur ! dit Kainan émerveillé lorsqu’il entendit l’ange de Dieu.

—    Je suis l’ange qui apporta l’or à ton père Adam lorsqu’il était en dessous du Jardin.
Je suis l’ange qui supplia Dieu avec lui quand il offrit son propre sang sur l’autel. Je suis Michael, l’ange qui reçut l’âme du juste Abel.
Je suis l’ange qui était avec Seth lorsqu’il naquit dans la caverne.      
Je suis l’ange qui était avec Énos, Kenan, Mahalaleel, Jared, Henoc,
Metuselah, Lamech et Noah ; et depuis qu’il est entré au repos, je me tiens près de son premier-né Shem.        

Voici, Dieu m’a envoyé vers toi pour prendre ton fils Melchisédec et l'amener vers la terre où Dieu placera le corps de notre père Adam, pour qu’il soit
hautement célébré devant Dieu. Que ton coeur ne s’attriste pas de son départ.

À ces paroles de l’ange, Kainan s’inclina devant lui disant :

—    La volonté de Dieu se fasse ! Voici, moi et mon fils sommes entre ses mains, qu’il fasse comme il lui plait.

Ce n’est pas en considération de la droiture et l’innocence de Kainan que cet ange apparut à Kainan, mais en considération de la droiture et l’innocence de Melchisédec. Et l’ange lui dit :

—    Ne parle de ce secret à personne qu’à Shem seul.

Et l’ange le quitta et vint cette nuit-là vers Melchisédec. Il lui apparut sous la figure d’un jeune homme comme lui et le frappa d’une parole sur le côté pour le tirer de son sommeil. Melchisédec l'entendit et se leva. Il vit la maison pleine de lumière et une figure debout devant lui ; il eut peur car il n’était pas habitué à voir des anges que celui-là seulement. L’ange empêcha la peur de dominer sur lui, l’oignant sur la tête et la poitrine, disant :

—    Ne crains pas, je suis un ange de Dieu qui m’a envoyé vers toi avec ce message pour que tu l’accomplisses devant ton Dieu.

—    Quel est ce message ? Lui dit Melchisédec - dont la jeunesse du coeur était parfait.

—    Que tu ailles avec le corps de notre père Adam jusqu’au centre de la terre et que tu fasses là le ministère service devant lui afin de servir Dieu, qui t’a choisi dès ton enfance et que tu es de la semence des bénis, lui dit l’ange.

—      Qui emmènera le corps de mon père Adam, et moi avec lui, jusqu’au centre de la terre ? Dit Melchisédec.

—    Shem le fils de Noah, le grand-père de ton père, dit l’ange.

Et l’ange fortifia tendrement son coeur et le réconforta une heure entière. Il lui dit :

—    Ne confie à personne ces paroles cachées mais seulement à Shem, de peur que la nouvelle de cela se répande et qu’ils s’accrochent au corps d’Adam et ne le laissent aller dans la terre que Dieu a ordonné.

Et l’ange se départit de lui vint et vers Shem, le fils de Noah, et lui dit :

—    Lève-toi, et prends le corps d’Adam comme ton père Noah t’a instruit. Prends avec toi Melchisédec, va sans tarder avec eux au lieu ordonné par Dieu.

Dès qu’il fit jour, Shem fit un beau coffre et le cacha près de l’arche, puis il prépara des provisions, pain et vin, et partit chez Kainan s’enquérir pour son fils Melchisédec. Kainan lui raconta tout ce que l’ange lui dit et il lui céda son fils Melchisédec de bon coeur. Et Shem dit à Kainan :

—      Garde cela secret, ne le révèle à personne.

Shem prit Melchisédec, ils sellèrent entre eux un âne et partirent vers l’arche. Mais ils n’avaient pas la clé pour l’ouvrir, car Noah avait scellé l’arche d’un cadenas après en être sorti. Quand ils vinrent auprès de l’arche, ils se questionnèrent sur comment l’ouvrir, Shem alla vers la porte et se tournant vers Melchisédec il dit :

—      O toi grand Dieu, viens ouvrir !

Quand Melchisédec entendit, il alla vers la porte et saisit le cadenas, la porte s’ouvrit d’un coup. Une voix cria alors de l’intérieur de l’arche :

—    Réjouis-toi, o toi cohen du Plus-haut Dieu, car tu as été trouvé digne d’entrer dans la fonction de cohen de Dieu, premier créé par lui dans le monde.

Cette voix venait du saint Esprit. Melchisédec reconnut cette voix quand elle souffla sur son visage, il reconnut aussi la très grande grâce qui entra en lui. Il s’émerveilla et dit à Shem :

—      O mon-seigneur, malgré que je ne vis aucune forme et n’entendis aucune voix me parler, ni vu personne, mais par le souffle sur mon visage je sais que cette voix vient du corps de notre père Adam.

Shem resta tremblant, ne sachant pas quoi dire. Tandis qu’ils attendaient à la porte de l’arche, la parole de Dieu vint et dit :

—    Je suis celui qui t’a fait cohen et qui a insufflé mon esprit en toi. Tu es mon juste cohen, digne de porter le corps d’Adam que j’ai créé, en qui j’ai insufflé mon esprit et fait de lui un cohen, un roi, et un prophète. Entre le premier, sors son corps.

Melchisédec entra dans l’arche et s’inclina de vénération envers le corps de notre père Adam ; il se bénit en lui et le sortit, aidé de l’ange Michael pendant qu’il le portait. Shem entra aussi et sortit l’or, l’encens et la myrrhe, et les mit ensemble avec le corps de notre père Adam. Il plaça alors le corps à l’intérieur du coffre qu’il referma au-dessus du corps. Puis il referma la porte de l’arche comme elle était en premier.

Shem et Melchisédec prirent le corps d’Adam et s’engagèrent sur leur chemin, l’ange de Dieu allait avec eux, leur montrant où aller. Ils marchèrent en ce jour jusqu’au soir et ils s’arrêtèrent se reposer à un certain endroit. Shem et Melchisédec se mirent en prière. Pendant qu’ils priaient, vint une voix de l’intérieur du coffre d’Adam qui dit :

--     Gloire à Dieu qui m’a créé, qui me donna vie et me fit mourir, qui me ramènera de nouveau vers la terre de laquelle il me prit.

La voix bénit le jeune Melchisédec et lui dit :

--     De toute notre lignée, Dieu ne choisit personne que toi, non plus qu’il n’oignît aucun d’entre eux de sa propre main comme cohen mais que toi. Non plus qu’il insuffla son pur esprit dans la face d’aucun comme il l’insuffla en toi. Je me réjouis mon fils que tu aies été trouvé digne d’un tel honneur de Dieu.

Et la voix se retira de Melchisédec qui s’émerveilla à cette voix venant d’un homme mort. Cela se produit par le pouvoir de Dieu. Lorsque Shem vit cette première merveille se produire pour Melchisédec, il embrassa son visage et se réjouit grandement à son sujet. Quant à Melchisédec, il ne goûta à rien cette nuit car la joie avait rempli son coeur ; il continua à se tenir devant le coffre d’Adam, louangeant Dieu et priant jusqu’au matin. Cette vision apparut à Melchisédec à l’âge de quinze ans.

Shem et Melchisédec mirent le coffre sur l’âne et reprirent leur chemin, l’ange de Dieu allait avec eux. Et lorsqu’ils arrivaient à des endroits difficiles, l’ange les portait par le pouvoir de Dieu qui les faisait passer par-dessus des terrains de montagne. Ainsi ils poursuivirent leur chemin jusqu’au soir du 2e jour, quand ils s’arrêtèrent se reposer selon leur usage. Shem et Melchisédec se levèrent pour prier. Comme ils priaient, voici une grande lumière brilla sur eux. Melchisédec ne sentit aucune fatigue en raison de la force de Dieu qui était en lui, et se réjouissait comme celui qui va à son mariage. Tandis qu’ils se tenaient en prière selon leur habitude devant le coffre de notre père Adam, une voix venant du haut du coffre dit à Melchisédec et Shem :

--      Voici nous approchons l’endroit que le Seigneur a décrété pour nous.  Sur la terre où nous allons, dit la voix à Melchisédec, la parole de Dieu descendra et souffrira, sera crucifié à l’endroit où mon corps sera déposé. La couronne de ma tête sera baptisée de son sang et mon salut viendra alors. Il me restaurera dans mon royaume, me donnera ma prêtrise, et mon don de prophétie.

Et la voix devint silencieuse par le pouvoir de Dieu. Melchisédec et Shem s’émerveillèrent de la voix qui leur avait parlé. Melchisédec resta toute cette nuit à prier joyeusement jusqu’au lever du jour. Ils mirent alors le corps d’Adam sur l’âne et reprirent leur chemin, l’ange de Dieu allait avec eux.

Quand ils approchèrent de l’endroit, Melchisédec passa alors devant eux et se mit devant l’âne, et tira le coffre seul, non comme les deux fois précédentes où il l’avait tiré. Quand le coffre toucha le roc, le roc se sépara en deux parties, car c’était le lieu pour le coffre. Melchisédec et Shem comprirent que c’était le lieu que Dieu avait désigné. Alors l’ange les quitta et partit au ciel dire à Dieu :

—    Voici le corps de notre père Adam est arrivé, placé à l’endroit que tu as choisi : j’ai fait ce que tu m’as commandé.

La parole de Dieu dit à l’ange :

—    Descends vers Melchisédec, fortifie son coeur, et commande-lui d’habiter auprès du corps d’Adam. Et après que Shem se sera reposé, dis à Melchisédec d’aller prendre de Shem le pain et le vin qu’il a avec lui, et de les conserver.

Partant de Dieu, l’ange descendit sous la figure d’un humain et apparut à Melchisédec et à Shem. Il fortifia leurs coeurs et déposa le corps de notre père Adam à sa place, et dit à Melchisédec :

—    Prends de Shem le pain et le vin.

Melchisédec fit comme l’ange lui dit, puis Shem et lui se levèrent pour prier auprès du corps de notre père Adam jusqu’au soir, lorsqu’une grande lumière descendit sur le corps et des anges montaient et descendaient à cet endroit sur le corps de notre père Adam, se réjouissant, louangeant et disant :

—    Gloire soit à toi O Dieu qui créas les mondes, qui fis les justes de la poussière de terre, et les exaltas au-dessus des êtres célestes.

Les anges louangèrent Dieu ainsi, au-dessus du corps de notre père Adam, toute cette nuit jusqu’au lever du jour. Et au lever du soleil la parole de Dieu vint à Melchisédec et lui dit :

—    Lève-toi et prends 12 de ces pierres et fais-en un autel. Présente dessus le pain et le vin qui étaient avec Shem. Offrez-les, toi et lui.

Entendant la parole de Dieu, Melchisédec adora entre ses mains, et se hâta d’agir comme Dieu lui avait ordonné. Au moment où il présenta l’offrande sur l’autel, demandant à Dieu de la sanctifier, l’Esprit saint descendit sur l’offrande et la montagne fut comblée de lumière. Et les anges lui dirent :

—    Cette offrande est agréée par Dieu. Gloire est à celui qui créa les justes de la terre, et leur a révélé de grands mystères !

La parole de Dieu apparut à Melchisédec et dit :

—    Voici que je t’ai fait cohen. Shem et toi, présentez cette 1ère offrande que vous faites. Comme tu as placé ces 12 solides fondements de pierre inébranlables, j’élèverai douze messagers malakim pour être les piliers du monde.
Comme tu as fait cet autel, je te ferai un autel dans le monde.
Comme tu as fait une offrande de pain et vin, je présenterai aussi l’offrande de mon corps et sang pour faire de cela le pardon des péchés.
J’en ferai un lieu saint là où tu te tiens, dans lequel le corps d’Adam est déposé, et toutes créatures de la terre seront bénies en lui. J’accorderai en lui le pardon à tous ceux qui viendront ici.

Alors la parole de Dieu bénit Melchisédec, le nomma cohen, et remonta alors au ciel en partant de lui dans la gloire, et se réjouissant avec ses anges. Melchisédec louangea Dieu, et Shem et lui firent une offrande.

Shem resta avec lui ce jour pour se reposer de la fatigue du voyage, et lorsque le jour se leva, il parut bon à Shem de partir. Melchisédec lui souhaita la vitesse de Dieu, il le bénit disant :

—      Le Seigneur Dieu qui nous a conduits à cet endroit est avec toi et te guide jusqu’à ce que tu reviennes à ta propre place. Lorsqu’ils s’enquerront de toi à mon sujet, dit Melchisédec, ne leur montre pas le chemin pour qu’ils ne viennent pas vers moi. Et lorsque mon père et ma mère te demanderont à propos de moi, dis-leur. Il est parti et je ne connais pas le nom du lieu de son pèlerinage. Afin qu’en leur parlant ainsi, leur espérance sur moi soit écourtée et ils sentiront qu’il est inutile de penser à moi, ils ne te presseront pas pour te faire venir vers moi.

Shem partit et retourna vers sa parenté, tandis que Melchisédec se tint devant le corps de notre père Adam au service de Dieu, et le vénérant pour toujours. Un ange habitait avec lui, le protégeant et lui apportant à manger jusqu’au temps du patriarche Abraham. Le vêtement de ce Melchisédec était de peaux, avec une ceinture de cuir autour de ses reins, il servait Dieu, priait et jeûnait beaucoup.

 ============



HENOC | Les 10 semaines - Le livre des secrets de Henoc

Dieu aima ce sage, le grand bienfaisant l’accueillit pour qu’il voit les résidences célestes des royaumes du grand sage Dieu, immuable et inconcevable, Maître de tous ;

- la gloire merveilleuse de toutes les positions lumineuses tenues par les servants du Seigneur ;
-l’inapprochable Trône du Seigneur ;
-les degrés rangs et opérations des armées incorporelles.  
                                                           
Et qu’il témoigne intégralement de :
                                                           
-l’administration indescriptible de la multitude des créatures ;       
- de la variété des formes ;         
-du chant indescriptible de la multitude des chérubim kerubim      
-et de ce monde infini.

Moi Henoc Енохо j’avais à peine terminé ma 165e année quand j’engendrai mon fils Metuselah et après avoir vécu 200 ans, j’avais entièrement accompli 365 ans de ma vie. Dans le 1er mois, un jour particulier, le 1er jour du 1er mois, j’étais seul dans ma maison et reposai sur mon lit. Pendant que je dormais, une grande tristesse entra dans mon coeur et dans mon rêve je pleurai par mes yeux sans pouvoir comprendre la raison de ce qui m’arrivait.

—      Deux hommes m’apparurent, grands comme je n’en ai jamais vu sur terre, leurs visages éclairaient comme le soleil, leurs yeux comme des lampes brûlantes ; du feu sortaient de leurs lèvres, leur vêtement était comme l’écume, leur pied violet, leurs ailes plus brillantes que l’or, leurs mains plus blanches que la neige. Ils étaient debout à la tête de mon lit et m’appelèrent par mon nom. Je me réveillai de mon sommeil et vis distinctement ces hommes debout face à moi. Je me dépêchai de leur obéir, j’étais terrifié et l’expression de mon visage se changea par la peur. Ces hommes me dirent :

—    N’aie pas peur Henoc. Aie bon courage, Dieu Éternel nous envoie vers toi. Voici, aujourd’hui tu monteras avec nous au ciel. Dis à tes fils, à tes serviteurs et tous ceux qui travaillent dans ta maison, que personne ne te cherche jusqu’à ce que le Seigneur te ramène à eux.

Je me dépêchai de leur obéir et sortis de ma maison, fermant les portes comme demandé. J’appelai mes fils Metuselah Меѳоусала Маѳоусала, Regim Регимa, et Gaidad Гаидада et leur dis les choses merveilleuses qu’ils me dirent :

—      Écoutez-moi mes enfants. Je ne sais pas où je vais aller, ni ce qui m’attends, mais je vous le dis maintenant mes enfants, ne vous détournez pas de Dieu. Mais marchez devant la face du Seigneur en gardant ses jugements. Ne vénérez pas de vaines créatures qui n’ont fait ni le ciel ni la terre, et qui périssent comme ceux qui les vénèrent. Mes enfants, que personne ne me cherche jusqu’à ce que le Seigneur me ramène à vous.


Le jour que le Seigneur des esprits l’assit sur son trôneLivre de Henoc

—    Ceux qui renient l’habitation des saints êtres et le Nom du Seigneur des esprits ne monteront pas au ciel et ils n’iront pas sur terre.Les pécheurs qui dénient le Nom du Seigneur des esprits auront pour lot des souffrances angoissantes, prévues pendant des jours.      

Ce jour-là, mon être élu s’assiéra sur le Trône de gloire pour faire un choix parmi leurs prouesses : leurs habitations seront innumérables, leurs âmes se fortifieront quand ils verront mes élus, et ceux qui ont fait appel à mon glorieux Nom. Ce jour-là je ferais habiter mon être élu parmi eux, je transformerais le ciel pour en faire une bénédiction d’éternelle lumière. Je transformerais la terre pour en faire une bénédiction et que mes saints y habitent. Mais les pécheurs malfaisants n’y poseront pas le pied. Car il y a avec moi un jugement imminent contre les pécheurs pour que je les détruise de la surface de la terre, mais je verrais à satisfaire de paix mes justes en les faisant habiter devant moi.

Moi Henoc je vis là l’Entête des jours, à la tête blanche comme laine, et avec lui un autre être ressemblant à un homme, au visage débordant de grâce comme l'un des saints anges. Je demandai à l’ange qui m’accompagnait de me montrer toutes les choses cachées sur ce fils d’homme ; qui il est, d’où il vient et pourquoi il accompagne l’Entête des jours. Il me répondit :

—    C’est le fils de l’homme qui a justice et en qui demeurent les justes. Qui révèle les trésors de tout ce qui est caché. Le Seigneur des esprits l’a choisi parce que son lot a depuis toujours tout surpassé en justice devant le Seigneur des esprits. Ce fils de l’homme que tu as vu fera lever les puissants rois de leurs couches et les forts de leurs trônes. Il rendra les reins des forts lâches et broiera en poudre les dents des pécheurs. Il rabaissera la royauté et détrônera les rois qui ne veulent pas le louanger ni l’exalter, ni reconnaître avec gratitude que la royauté leur a été confiée. Il abaissera la contenance des forts pour que la honte les couvre, car la noirceur sera leur habitation sur leur lit de larves. Ils n’auront pas espoir de se relever de leurs lits pour ne pas avoir exalté le Nom du Seigneur des esprits. Ce sont ceux qui se sont crus maîtres des étoiles du ciel pour lever leurs mains contre le Plus-hautelElion et écraser la terre qu’ils habitent. Tous leurs méfaits démontrent de la déviance. Leurs méfaits sont dans l'injustice, leur force se base dans leurs richesses, et par leur croyance dans des idoles teraphim fabriquées de leurs mains, ils renient le Nom du Seigneur des esprits. Ils seront chassés des lieux d'assemblée de ses croyants qui s’inclinent au Nom du Seigneur des esprits.

En ces jours-là la prière des justes et le sang des justes de la terre monteront devant le Seigneur des esprits.   
En ces jours-là les êtres saints qui habitent dans les cieux au-dessus s’uniront d’une voix pour supplier et intercéder, louanger et rendre grâce, et bénir le Nom du Seigneur des esprits, pour le compte du sang du juste ayant été versé, pour que la prière du juste ne soit pas vaine devant le Seigneur des esprits, et que le jugement s’exécute pour eux pour qu’ils n’aient pas toujours à souffrir.

J’eus la vision de ces jours-là où l’Ancien des jours s’assied sur le Trône de sa gloire, le livre des vivants ouvert devant lui et toute son armée céleste autour de lui aux cieux se tenant devant lui. Les coeurs des saints se remplirent de joie à l’approche du nombre des justes, parce que la prière du juste est entendue et le sang du juste réclamé par le Seigneur des esprits. J’eux à cet endroit la vision d’une intarissable Fontaine de justice et autour plusieurs Fontaines de sagesse dont tous les assoiffés boivent et se remplissent de sagesse, et ont leurs habitations avec les justes, les élus et les saints.

À cette heure-là ce fils d’homme est désigné par son nom en présence du Seigneur des esprits devant l’Entête des jours. Avant que le soleil et les signes fussent créés, avant que les étoiles du ciel fussent formées, son nom a été nommé devant le Seigneur des esprits pour être une houlette sur laquelle les justes se soutiendront pour ne pas faillir, il sera la lumière des païens, l’espoir de ceux dont les coeurs sont troublés. Tous les habitants de la terre se baisseront, pliant les genoux devant lui pour chanter des chants de célébration au Seigneur des esprits. C’est pour cette raison qu’il a été choisi à toujours, caché devant lui avant la Création du monde. La sagesse du Seigneur des esprits l’a révélé aux saints et aux justes, car il réserve un lot aux justes qui haïssent ce monde, qui méprisent les injustices et ont de la haine de tous leurs faits et gestes dans le Nom du Seigneur des esprits. Ils sont sauvés en son Nom, car il est le vengeur de leur vie.

En ces jours-là les rois terrestres, les puissants qui possèdent la terre, auront une basse contenance à cause des crimes de leurs mains. Leurs âmes ne seront pas sauvées au jour de leur incombante angoisse.

—    Je les livrerai aux mains de mon élu : ils brûleront comme du foin en flamme devant la face du saint. Ils s’écrouleront comme du plomb fondu devant la face du juste. Plus aucune trace d’eux ne sera trouvée !

Il y aura du répit sur la terre au jour de leur affliction lorsqu’ils tomberont devant eux pour ne plus se relever, ni personne pour les prendre par les mains pour les relever parce qu’ils ont renié le Seigneur des esprits et son messie messiah. Béni est le Nom du Seigneur des esprits !

La sagesse se déverse comme de l’eau, et la gloire ne défaille pas devant lui, pour toujours et à jamais. Il a force dans tous les secrets de justice pour que l’erreur disparaisse comme une ombre qui ne dure pas, car l’être élu se tient devant le Seigneur des esprits pour sa gloire pour toujours et à jamais, et son pouvoir est sur toutes les générations. Avec lui habitent l’esprit de sagesse, l’esprit de Celui qui donne connaissance, l’esprit de force de compréhension, et l’esprit de ceux qui sommeillent pour le jugement. Il juge les choses secrètes : personne n’est capable de proférer un mensonge devant lui, il est élu devant le Seigneur des esprits par son bon gré. En ces jours-là, un changement prendra place au lot des saints élus, la lumière des jours habitera avec eux et l’honneur de la gloire se convertira en sainteté.

Au jour de turbulence tribulation, quand le malveillant se joindra aux pécheurs, la victoire sera pour le juste dans le Nom du Seigneur des esprits.

—    Qui ne se repent pas devant lui mourra, [et dès lors il ne montrera] pas de pitié pour eux, dit que le Seigneur des esprits.

Il fera que d’autres soient témoins et se repentent, et qu’ils renoncent aux méfaits de leurs mains. Mais aucun honneur ne les attend dans le Nom du Seigneur des esprits, bien qu’ils soient sauvés par son nom et que le Seigneur des esprits ait compassion d’eux, car sa miséricorde est grande. Il est juste dans son jugement en présence de sa gloire. Aucun tord ne subsiste à son jugement.

En ces jours-là la terre rendra ceux qui sont précieusement dans son sein, le shéol rendra ce qu’il a reçu, le shéol rendra ce qu’il doit. Il choisira le juste et le saint parmi eux parce que le jour de leur rédemption est arrivé. Car le Seigneur des esprits l’a doté et le glorifie.

—    En ces jours l’être élu s’assiéra sur mon trône et tous les mystères de la sagesse jailliront par sa bouche.

En ces jours-là les montagnes bondiront comme des béliers, les collines sauteront comme des agneaux rassasiés de lait, et tous deviendront des anges du ciel. Leurs faces seront illuminées de joie parce que l’être élu est apparu en ces jours. La terre se réjouira avec le juste qui y habite, et l’élite qui y va et vient.

Là mes yeux virent une vallée ayant des cavités larges et profondes, et tous ceux qui habitent sur la terre, sur mer et sur les îles y apportent des dons, présents et offrandes de considération. Pourtant cette vallée profonde ne se remplit pas entièrement, car leurs mains commettent des crimes comme les pécheurs qu’ils sont qui dévorent outrageusement tous les biens. Comme pour les pécheurs, ils périront en face du Seigneur des esprits et seront soustraits de la surface de sa terre, continuellement à jamais et pour toujours. Et je vis les anges du châtiment qui habitent là, préparer tous les instruments de satan. J’interrogeai l’ange de paix qui était avec moi :

—      Pour qui préparent-ils ces instruments ?

—    Ce sont les instruments pour les rois et les puissants de la terre, avec lesquels ils seront détruits, me dit-il. Après cela, l’élu de justice fera paraître la maison de son assemblée : ils ne seront plus du tout entravés pour le Nom du Seigneur des esprits, car devant sa justice, ces montagnes ne seront pas aussi fermes que la terre, et les collines seront comme une fontaine d’eau. Alors les justes auront du répit de l’oppression des pécheurs.

Je regardai autour vers un autre côté et vis une profonde vallée brûlante de feu où ils emmènent des rois et des puissants pour les mettre dans la profondeur de cette vallée. Mes yeux virent les instruments qu’ils avaient faits, des chaînes de fer d’un poids démesuré. Alors j’interrogeai l’ange de paix qui était avec moi :

—      Pour qui préparent-ils ces instruments de chaînes ?

—    Ce sont les instruments pour les armées d’Azazel, avec lesquels ils les prendront pour les jeter dans l’abysse de la condamnation absolue, et recouvrir leurs mâchoires entrées de pierres pointues comme le Seigneur des esprits l’a commandé. En ce jour Michael, Gabriel, Raphael, et Phanuel se saisiront d’eux pour les jeter le jour même dans la fournaise ardente afin que le Seigneur des esprits prenne vengeance sur eux pour leurs crimes, pour s’être assujettis à satan et avoir trompés ceux qui habitent sur terre.

En ces jours-là je vis que de longues cordes furent données à ces anges qui prirent leurs ailes et partirent vers le nord. Je questionnai l’ange en disant :

—      Pourquoi sont-ils partis avec ces cordes ?

—    Ils sont partis mesurer et vont apporter aux justes les mesures de la justice et les cordes de la justice pour qu’ils puissent rester eux-mêmes dans le Nom du Seigneur des esprits pour toujours, me dit l’ange qui m'accompagnait. L’élite commencera à habiter avec l’élu et ces mesures vont être données à la foi pour redresser la droiture. Ces mesures révèleront tout ce qui est caché dans les profondeurs de la terre pour que ceux qui ont été détruits par le désert, qui ont été dévorés par le poisson de l’océan, et par les bêtes, reviennent et restent eux-mêmes au jour de l’être élu. Car personne ne sera détruit en présence du Seigneur des esprits, ni ne pourra être détruit.

Et tous les pouvoirs qui habitent au-dessus dans le ciel reçurent un commandement, une voix, et une lumière comme du feu, et ils bénirent, glorifièrent avec sagesse, et exaltèrent cet unique par-dessus tout, et se montrèrent sages en parole et en esprit de vie.

Et le Seigneur des esprits plaça l’être élu sur le Trône de gloire pour qu’il examine tous les travaux de sainteté dans le ciel et pèse leurs faits sur la balance. Et quand il élèvera sa contenance jusqu’à examiner leurs voies secrètes d’après le Nom du Seigneur des esprits, et leur circuit d’après la voie du juste jugement du Plus-haut Dieu, tous parleront alors d’une seule voix et béniront, glorifieront, louangeront et exalteront le Nom du Seigneur des esprits. Il en appellera à toute l’armée des cieux et à tous les saints d’en haut, l’armée de Dieu, les chérubim, séraphim et ophanim, et tous les anges de pouvoir, tous les anges des principautés des êtres élus, et les autres pouvoirs sur terre et dessus des eaux en ce jour-là. Ils élèveront une voix, béniront et glorifieront dans l’esprit de foi, dans l’esprit de sagesse et de patience, dans l’esprit de miséricorde, dans l’esprit de jugement et de paix, et dans l’esprit de bienveillance. Tous diront d’une voix :

—    Il est béni ! Le Nom du Seigneur des esprits est béni à jamais pour toujours !

Tous ceux qui ne dorment pas en haut au ciel, tous les élus qui habitent dans le Jardin de vie, et tous les esprits de lumière le béniront, car ils peuvent bénir, glorifier, d’exalter et de louanger ton saint Nom ; et tous ceux sont sans mesure de la chair glorifieront et béniront ton saint Nom pour toujours et à jamais ! Grande est la grâce du Seigneur des esprits, car il est endurant : il révèle à la juste élite son oeuvre entière et toute l’étendue de son oeuvre par le Nom du Seigneur des esprits. Le Seigneur ordonna aux rois exaltés de puissance et à ceux qui habitent sur terre :

—    Que vos yeux s’ouvrent et que vos cornes se lèvent si vous pouvez reconnaître l’être élu !

Le Seigneur des esprits l’assit sur le Trône de sa gloire, l’esprit de justice fut versé sur lui et la parole de sa bouche frappa entièrement les pécheurs : tous les injustes furent détruits devant sa face. Tous les rois exaltés de puissance et ceux qui possèdent la terre se lèveront en ce jour et ils reconnaîtront celui qui s’assit sur le Trône de sa gloire, et verront comment le jugement fait justice devant lui et qu’aucun mensonge n’est dit devant lui. La souffrance alors viendra sur eux comme sur une femme en travail dont l’accouchement est pénible, et qui souffre à faire sortir son enfant par l’ouverture du ventre. Une part d’entre eux regarderont l’autre et seront terrifiés, car leur contenance tombera et la douleur les saisira quand ils verront ce fils d’homme assis sur le Trône de sa gloire.

Alors les rois, les puissants et tous ceux qui possèdent la terre glorifieront et béniront Celui qui gouverne sur tout, qui était caché. Car le fils de l’homme est caché depuis le commencement, sa présence est préservée et révélée à l’élite par la puissance du Plus-haut. La sainteté et l’élection seront semées dans la congrégation et toute l’élite se tiendra en ce jour devant lui. Tous les rois exaltés de puissance et ceux qui gouvernent sur la terre tomberont sur leurs faces devant lui en le vénérant. Ils placeront leur espoir sur ce fils de l’homme, ils le prieront en lui sollicitant sa grâce.

Néanmoins le Seigneur des esprits les pressera pour qu’ils sortent de sa présence et que leurs faces soient couvertes de honte, et que l’obscurité s’accumule sur leurs faces. Les anges du châtiment les prendront en charge pour exécuter vengeance sur eux, pour avoir oppressé ses enfants et son élite. Ils seront en spectacle pour les justes et son élite, qui se réjouiront sur eux parce que la colère du Seigneur des esprits restera sur eux et son épée s’enivrera d’eux.

En ce jour les justes et l’élite seront sauvés et ils ne verront plus jamais la face des pécheurs et des injustes. Le Seigneur des esprits demeurera sur eux, ils mangeront, se coucheront et se lèveront avec ce fils d’homme pour toujours et à jamais. Les justes et l’élite se seront relevés de la terre, ils auront cessé d’être de moindre contenance, car ils seront habillés du vêtement de gloire. Et ce seront vos habits, les habits de vie devant le Seigneur des esprits, et vos vêtements ne s’useront pas, ni votre gloire disparaître devant le Seigneur des esprits.

En ces jours les puissants rois qui possèdent la terre imploreront les anges du châtiment à qui ils sont livrés pour leur demander un peu de répit, afin qu’ils puissent s’abaisser devant le Seigneur des esprits pour le vénérer et confesser leurs péchés devant lui. Ils béniront et glorifieront le Seigneur des esprits et diront :

—      Béni est le Seigneur des esprits, le Seigneur des rois, le Seigneur des puissants et le Seigneur des gouverneurs, le Seigneur de gloire, Seigneur de sagesse, devant qui rien n’est secret ! ton pouvoir est d’âge en âge et ta gloire pour toujours et à jamais ! Profonds et innumérables sont tes secrets et ta justice est au-dessus de tout calcul. Nous reconnaissons maintenant devoir te glorifier et te bénir, Seigneur des rois sur tous les rois ! Puissions-nous avoir du répit pour te glorifier, te remercier et confesser notre foi devant sa gloire…           

Maintenant nous aspirons à un peu de répit mais n’en trouvons pas. Nous n’en obtenons pas parce que nous nous sommes détournés. La lumière a disparu devant nous et l’obscurité est notre habitat pour toujours et à jamais. Car nous n’avons pas cru en lui, ni glorifié le Nom du Seigneur des esprits, ni notre Seigneur, mais notre assurance était dans le sceptre de notre royauté et dans notre gloire. Il ne nous sauve pas au jour de notre souffrante épreuve et nous ne trouvons pas de répit pour confesser avec foi que notre Seigneur est véritable dans tous ses travaux et dans ses jugements de justice, parce qu’il ne fait pas égard de personne dans ses jugements. Nous passerons outre de sa face à cause de nos méfaits et tous nos péchés sont comptés au jugement.

Ils se diront à eux-mêmes :

—      Nos âmes se sont satisfaites des gains de l’injustice et cela nous prévaut de descendre dans la douleur de la flamme du shéol.

Puis leur contenance sera comble de noirceur devant le fils de l’homme lorsqu’ils seront bannis de sa présence, et l’épée restera parmi eux devant sa face. Ainsi parle le Seigneur des esprits :

—    C’est le décret du jugement contre les rois exaltés de puissance et ceux qui possèdent la terre face au Seigneur des esprits !

Je vis aussi d’autres formes dans ce lieu du secret et j’entendis la voix d’un ange qui dit :

—    Ceux-là sont les anges qui sont descendus vers la terre et ont révélé ce qui était caché aux enfants des humains pour séduire les enfants des humains à commettre le péché.


Les dix semaines de Henoc Livre de Henoc

Le scribe Henoc écrivit toute la doctrine de la sagesse qui juge la terre entière, digne des louanges de tous les humains et de tous mes enfants qui habiteront sur la terre, et des futures générations qui observeront la droiture et la paix.

—      Ne laissez pas votre esprit se troubler au compte des temps, car le grand être de sainteté a prescrit un temps sur toutes choses. Le juste se lèvera de son sommeil, il se lèvera pour marcher dans la voie juste, et sa voie et sa conversation seront en éternelle bienveillance et en grâce. Il sera gracieux envers le juste et lui donnera éternellement justice. Il lui donnera le pouvoir de vivre de bienveillance et de justice, et marcher dans la lumière éternelle. Mais le péché périra pour toujours dans l’obscurité et ne sera plus vu à partir de ce jour à jamais.

Concernant les enfants de la justice, concernant l’élite du monde et le plant de justice, moi Henoc je vous les annonce suivant ce qui m’est apparu en vision céleste, et tel que déclaré par la parole des saints anges, et par ce que j’appris des tablettes célestes :

—      Je suis né le 7e, dans la1è semaine, alors que le jugement et la justice subsistaient encore.

Après moi, dans la2è semaine, il s’élèvera un grand mal et la tromperie se propagera ; en elle sera la 1e fin et en elle un homme Noah sera sauvé, mais après sa fin, l’injustice s’accroîtra et Il produira une loi pour les pécheurs.  

Ensuite, à la fin de la3è semaine, un homme Abraham sera choisi comme plant de justice et après lui viendra à tout jamais le plant de justice.   

Puis dans la4è semaine, vers sa fin, les visions de sainteté et de justice se verront, et une loi pour toutes les générations futures, et un enclos sera fait pour eux.

Dans la5è semaine, vers sa fin, la construction de l’Habitation glorieuse 1er Temple dominera à toujours.

Dans la6è semaine, tous ceux qui l’habitent seront aveuglés et les coeurs de tous seront démis par un malveillant oubli de la sagesse, et un homme s’élèvera. Vers sa fin la dominante Habitation brûlera par le feu et toute la race de la racine élue sera dispersée.        

Dans la7è semaine, une génération se lèvera et nombreux seront ses méfaits et tous ses faits seront trahison. Vers sa fin 2e Temple, la juste élite Jésus du plant de justice éternelle sera choisie pour recevoir au septuple l’instruction de son entière création.       

Il y aura ensuite une8è semaine, celle de la justice. Une épée lui sera donnée pour que le jugement et la justice s’exécutent sur ceux qui commettent l’oppression et que les pécheurs soient livrés aux mains des justes apôtres. À son terme 3e Temple, ils acquerront des habitations célestes par leur droiture et l’habitation du grand roi sera construite dans la gloire à tout jamais.
            
Puis dans la9è semaine, le monde sera voué à la destruction. Mais toute l’humanité verra la voie de la justice, le jugement de la justice sera révélé au monde entier, et tous les méfaits des sans-Dieu disparaîtront de la terre entière.

Dans la10è semaine, à la 7e partie, il y aura un grand jugement éternel par lequel il exécutera vengeance parmi les anges. Le 1er ciel expirera et partira, un nouveau ciel apparaîtra. Tous les pouvoirs des cieux brilleront 7 fois plus à jamais. Il y aura ensuite de nombreuses semaines en bienveillance et en justice sans nombre à jamais, et le péché ne sera plus jamais mentionné.


Lois de Henoc Livre de Hénoc

—      Ainsi je vous dis mes enfants, remettez les livres à vos enfants de toutes vos familles parmi les nations. Que ceux qui sont sages craignent le Seigneur et qu’ils les reçoivent et les aiment mieux que toute nourriture et les lisent. Mais pour ceux qui sont insensés, qui n’ont aucune pensée pour le Seigneur et ne le craignent pas, qui ne les reçoivent pas et se détournent en se gardant loin d’eux, le terrible jugement les attend.Béni est l’homme qui supporte leur joug et qui le met sur lui, car il sera libéré au grand jour du jugement.      

Ça mes enfants je le jure, mais je le ne jure pas avec caution, ni du ciel, ni de la terre, ni d’aucune autre créature de Dieu. Car Dieu a dit qu’on ne jure pas par lui par l’injustice mais par la vérité. S’il n’y a pas de vérité en l’homme, qu’ils jurent alors d’une parole, oui oui, non non. Oui oui je vous jure, que même un homme dans le ventre de sa mère a une place qui a été préparée pour son âme, une mesure et une norme quant à combien de temps il vivra dans ce monde et y sera testé. Ne vous abusez pas mes enfants, il y a ici une place préparée et assignée pour toute âme humaine.          

J’ai mis par écrit les agissements de tout homme, et personne sur terre ne peut se dissimuler ni cacher ses actions, car je vois tout comme un miroir. C’est pourquoi mes enfants, accomplissez vos jours avec patience et humilité, vous hériterez sans fin la vie à venir pour toute blessure, toute difficulté, toute malveillance et agression subies pour la cause du Seigneur.Alors que vous pouvez tirer vengeance, ne le faites pas, ni à votre prochain ou votre ennemi, car Dieu tirera vengeance pour vous au grand jour du jugement. Que ce ne soit pas à vous de tirer vengeance. Quiconque parmi vous dépense argent ou or pour la cause d’un frère recevra un abondant trésor au jour du jugement.      

Tendez vos mains à l’orphelin, à la veuve et à l’étranger. Tendez vos mains aux pauvres selon vos possibilités. Ne cachez pas votre argent dans la terre mais assistez l’homme honnête dans sa difficulté et la difficulté ne vous viendra pas au temps de votre labeur.Et quel que soit le joug qui sera mis sur vous, même cruel et violent, endurez tout à cause du Seigneur et vous recevrez une récompense au jour du jugement. Matin, midi, et soir il est bon de glorifier la maison du Seigneur, le Créateur de tout. C’est pourquoi que toute chose qui respire le glorifie, et que toutes créatures visible et invisible lui rendent hommage.         

Béni qui ouvre sa bouche pour magnifier Élohim sabaotet chante avec coeur des louanges au Seigneur.
Béni qui ouvre sa bouche en bénédiction et grâce au Seigneur.
Béni qui bénit tous les travaux du Seigneur.   
Béni qui prévoit de faire travailler sa propre main.      
Béni qui conserve les fondements de ses pères dès le commencement.
Béni qui fonde la paix et l’amour.     
Béni qui ne dit pas paix de sa langue mais dont le coeur est en paix envers tous.
Maudit qui ouvre sa bouche pour abuser et calomnier son prochain.    
Maudit qui ouvre sa bouche pour jurer et blasphémer tous ses jours devant la face du Seigneur. 
Maudit qui dit du mal des travaux du Seigneur.          
Maudit qui prévoit se servir d’un autre homme pour travailler. 
Maudit qui rompt les décrets de ses pères.    
Maudit qui dérange ceux qui sont en paix.     
Maudit qui dit paix de sa bouche mais dont le coeur n’a pas de paix.    
Toutes ces choses seront divulguées par les mesures et les livres au grand jour du jugement. Ne dites pas : Nos pères se tiennent devant Dieu et prient pour nous concernant nos péchés. Il n’y a personne ici pour aider quiconque à pécher.     

Et maintenant mes enfants, prêtez attention à toutes les paroles de votre père ancien que je vous ai dites afin de ne pas vous désoler ensuite et dire : Notre père pour une raison ou une autre ne nous a jamais parlé au moment de cette folie. Voyez comme j’ai transcrit tous les travaux de chaque homme avant sa création, et j’écrirai quelles choses sont faites pour chaque cas à jamais, et aucun homme peut ou ne peut dire ce que j’ai écrit de ma main, car Dieu voit toutes choses, et même les pensées qui sont couchées dans les entrepôts du coeur des mauvais.    Que ces livres que je vous donne de la part de Dieu soient un héritage de votre paix. Ne les cachez pas pour ceux qui les désirent, mais conseillez-les à ceux qui connaissent les travaux du Seigneur comme étant très merveilleux.      Mes enfants, le jour et l’heure appointés par Dieu approchent et me contraignent de partir. Les anges viendront se tenir devant moi sur la terre pour attendre ce qui leur a été commandé. Au matin je vais partir dans les plus hauts cieux vers mon éternelle demeure, cependant je vous ai dit tout ce qui est bien devant la face du Seigneur.

Metuselah répondit et dit à son père Henoc :

—      Si cela est bon à tes yeux mon père, laisse-moi apporter de la nourriture devant ta face, puis ayant béni nos maisons et nos fils et toute ta famille, que ton peuple soit glorifié par toi et tu partiras ensuite comme Dieu dit.

—      Écoute mon fils, lui dit Henoc, depuis que Dieu m’a oint de l’huile de sa gloire, il n’y a eu en moi aucune nourriture. Mon âme ne se souvient de rien des plaisirs terrestres, et je ne désire aucune chose terrestre.     
Appelle tes frères et toutes vos familles, et les anciens du peuple afin que je leur parle et parte comme il m’a été appointé.

Metuselah se dépêcha d’appeler ses frères, Régim, Riman, Ukhan Ахоузань, Khermion, Gaidad, et les anciens du peuple pour tous les amener devant son père Henoc et s’inclinèrent devant sa face. Il les bénit et leur parla.

—      Écoutez mes enfants. Dans les jours où le Seigneur vint sur la terre pour la cause d’Adam, et visiter sa création que lui-même avait fait, le Seigneur appela tous les troupeaux de la terre, toutes les bêtes et quadrupèdes, toutes les choses rampantes, tous les volants qui volent dans le ciel, et les amena tous devant la face de notre père Adam, qui donna des noms à toutes choses vivantes sur la terre. Le Seigneur le fit seigneur sur tout et mit toutes choses sous ses mains en soumission et obéissance. Ainsi le Seigneur fit l’humain maître sur toutes ses possessions.          

Le Seigneur jugera chaque âme animale pour la cause de l’homme, mais il jugera l’âme de l’homme pour la cause des âmes animales dans le monde à venir, car il n’y aura pas de jugement sur toutes les âmes vivantes que sur celles des hommes dans la grande vie à venir. Comme il y a un endroit spécifique pour la race humaine, pour les âmes des humains d’après leur nombre, ainsi il y en a aussi pour les animaux.          
Aucune âme que Dieu a faite ne périra jusqu’au grand jugement. Chaque âme animale apportera sa charge contre l’homme s’il les a mal nourris. 
Celui qui agit sans égard à la loi pour les âmes animales, agit sans égard à la loi pour sa propre âme.    
Un homme qui présente des animaux purs et qui fait son sacrifice préservera son âme. 
Qui présente un sacrifice d’animaux et d’oiseaux purs préserve son âme.         
Attachez les quatre pattes de tout ce qui vous est donné en nourriture ; c’est une expiation.      
Qui agit adéquatement préserve son âme. Celui qui tue un animal sans le saigner tue sa propre âme et pèche contre sa propre chair.      
Quiconque fait injure à un animal dans le secret pèche contre son âme ; c’est un acte malveillant.    
Celui qui fait injure à l’âme humaine fait injure à sa propre âme ; il n’y a pas de salut pour sa chair, ni pardon à jamais.
Celui qui tue l’âme humaine tue sa propre âme et détruit son propre corps ; il n’y a pas de salut pour lui à jamais.
Celui qui prépare un filet contre un autre homme tombera lui-même dedans. Il n’y a pas de salut pour lui à jamais.Celui qui prépare une arme contre un homme n’échappera pas au châtiment du grand jugement à jamais.
Si un homme agit par escroquerie ou parle mauvaisement contre une âme, il n’aura pas de justice pour lui à jamais.
Béni est l’homme qui apportera avec patience ses présents devant la face du Seigneur car il évitera la rétribution de son péché.    
S’il déclare des paroles hors saison, il n’y a plus de repentance pour lui s’il laisse passer le temps appointé et ne réalise pas le travail ; il n’est pas béni et il n’y a pas de repentance après la mort.     
Toute action qu’un homme fait hors saison est une offense devant les hommes et un péché devant Dieu.

Un homme qui habille un dénudé et qui nourrit un affamé reçoit une récompense de Dieu.       
Si son coeur murmure, il produit pour lui-même un double mal : il travaille à la destruction de ce qu’il donne et il n’a pas de récompense.       
Quant au pauvre, lorsque son coeur est satisfait ou que sa chair est revêtue et qu’il agit avec dédain, il détruit l’effet de son endurance dans la pauvreté et ne gagnera pas la bénédiction d’une récompense.      

Le Seigneur haït chaque dédaigneux et parleur arrogant ; chaque langue mensongère couverte d’injustice est coupée du tranchant d’une épée mortelle et jetée au feu qui brûle à toujours.
Maintenant mes enfants, préservez vos coeurs de toutes les injustices que le Seigneur haït. Comme un homme répare son âme par Dieu, qu’il agisse ainsi avec toute âme vivante. Car dans le monde à venir dont je connais toutes les choses, il y a plusieurs demeures préparées pour les humains. Bon pour bon, mal pour mal. Plusieurs et sans nombre. Bénis sont ceux qui iront dans les demeures des bénis, car dans celles des maudits il n’y a pas de répit, ni moyen d’en sortir.

Quand Henoc adressait ces paroles à ses fils, les princes du peuple et tout le peuple proche et éloigné, qui avaient entendu comment Henoc était appelé du Seigneur, prirent conseil et se dirent :

—      Allons embrasser Henoc !

Les hommes rassemblés étaient au nombre de 2000 [4000] venus au lieu Achuzan où Henoc était avec ses fils. Les anciens du peuple et leur armée venus ensemble avec humilité embrassèrent Henoc en disant :

—      Henoc notre père, sois béni du Seigneur le Roi éternel ! Béni tes fils et tout le peuple afin que nous soyons glorifiés devant toi aujourd’hui. Car tu es glorifié devant la face du Seigneur à jamais depuis que Dieu t’a choisi d’entre tous les hommes sur la terre et qu’il t’a désigné comme le scribe de sa Création, des choses visibles et invisibles, justicier des péchés des hommes, et secours pour ta famille !

Henoc répondit à tout son peuple :

—      Écoutez mes enfants.Avant qu’aucune chose n'existe et que toutes les créatures soient créées, le Seigneur fit toutes choses visibles et invisibles ensemble. Quand les temps de ces choses étaient venus et passés, comprenez comment après toutes ces choses il fit l’homme à sa propre image, d’après sa ressemblance, et plaça en lui des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un coeur pour comprendre, et une raison pour prendre conseil. 

Le Seigneur contempla le monde en la cause humaine et fit toute la Création pour sa cause, et la divisa dans le temps. Et au temps, il fit les années, et aux années il fit les mois, et aux mois il fit les jours semaines, et aux jours il en fit sept. En cela il fit les heures et les divisa en petites portions afin que l’homme puisse connaître les saisons, et suppute calcule les années, les mois et les heures, l’alternance des commencements et des fins, et qu’il puisse supputercalculer sa vie dès le commencement jusqu’à la mort pour méditer sur son péché et pouvoir écrire ses actions, bonnes et mauvaises. Car aucune action n’est cachée devant le Seigneur. Et que chaque homme reconnaisse ses actions et pour ne pas transgresser les commandements, qu’il garde mes écrits avec précaution, de génération en génération.       

Toute la Création, les choses visibles et invisibles que le Seigneur a faites, viennent chacune à leur fin, et chaque homme viendra au grand jugement du Seigneur. Dès lors le temps périra et il n’y aura ni année, ni mois, ni jour, ni heure, ni rien qu’on puisse compter. Il y aura une éternité et tous les justes qui échapperont au grand jugement du Seigneur seront réunis ensemble en vie éternelle pour toujours et à jamais : les justes seront réunis ensemble et ils seront éternels. De plus il n’y aura aucun labeur, ni maladie, ni chagrin, ni inquiétude, ni nécessité, ni nuit, ni obscurité mais une grande lumière. Et il y aura pour eux un grand mur qui ne peut être renversé, et le paradis, lumineux et incorruptible, sera leur protection et leur demeure éternelle. Car quand la vie éternelle sera là, toutes les choses corruptibles auront disparues.

Quand Henoc finit de parler au peuple, le Seigneur envoya une noirceur sur la terre et un assombrissement dissimula ces hommes se tenant avec Henoc. Les anges se dépêchèrent de prendre Henoc et l’emmenèrent jusqu’au plus haut ciel où le Seigneur le reçut et le plaça devant sa face. Le peuple ne comprit pas comment Henoc fut pris et glorifièrent Dieu, et ceux qui avaient vu ces choses trouvèrent le rouleau sur lequel était l’instruction concernant le Dieu invisible. Et ils repartirent dans leurs maisons.

 ============

 

 

 NOAH | Le shéol - Le livre des jubilés

Dans le 28e jubilé, Noah commença à enjoindre les fils de ses fils aux ordonnances des jugements et des ordres. Il recommanda à ses fils d’observer la justice, de couvrir la honte de leur chair, de bénir leur Créateur, d’honorer père et mère, d’aimer leur prochain, et garder leurs âmes contre la fornication et l’impureté et toute iniquité. Car à cause de ces 3 choses, le déluge vint sur terre nommément dû à la fornication par laquelle les vigiles allèrent à l’en-contre de la loi de leurs ordonnances avec les filles des hommes et prirent d’eux-mêmes des femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent et causèrent le commencement de l’impureté.

Ils engendrèrent des fils néphilim géants (Genèse 6:4) qui étaient tous haineux et se dévoraient l’un l’autre. Les géants frappaient le néphil, le néphil frappait l’eljo réphaim (Deut.3:11) l’eljo frappait l’humain, et l’humain frappait un autre. Tous s’accordaient de se réjouir du plaisir à faire la méchanceté, beaucoup de sang coula et la terre était remplie de malfaisance. Puis ils péchèrent contre les animaux, les oiseaux, et tout ce qui bouge et marche sur terre. Chaque désir de leur imagination humaine était déterminé continuellement au vice et à l’arrogance, et beaucoup de sang coula sur terre. C’est à cause du mauvais penchant de leur cruauté et à cause du sang qu’ils avaient versé au milieu de la terre, que le seigneur détruit tout de la surface de la terre. Il détruit tout, sauf vous mes fils, et moi, et tous ceux qui entrèrent dans l’arche avec nous.

Maintenant que je vois vos actions devant moi, que je vois les divisions commencées entre vous et vos enfants, vous ne marchez pas avec droiture. Vous vous séparez l’un de l’autre depuis que vous marchez dans la voie de la destruction, envieux l’un de l’autre, et non en paix, chacun de vous mes fils avec ses frères. Je crains pour votre compte après ma mort, car vous ferez couler le sang sur la terre et par conséquent vous serez détruits de la surface de la terre.

Quiconque verse le sang de l’homme ou se nourrit du sang de la chair sera entièrement détruit de la terre. Aucun homme qui mange le sang de la chair ou fait couler le sang humain sur terre ne sera pas épargné : aucune descendance vitale ne lui sera laissé sous le ciel mais ils iront dans le shéol. Ils descendront dans le lieu de condamnation, ténèbres de l’abysse, où ils seront placés entièrement dans la mort intense. Qu’aucun sang ne soit sur vous de tout le sang versé. Que le sang soit recouvert de terre lorsque vous tuez tout animal du troupeau ou tout oiseau tous les jours sur terre. Ainsi que j’ai été commandé de vous témoigner à vous et à vos enfants tous ensemble, de couvrir le sang de tout chair afin de bien faire pour vos âmes. Ne soyez pas comme ceux-là qui mangent avec le sang. Gardez-vous que personne ne mange du sang devant vous. Ne permettez pas que l’âme se mange avec la chair afin que votre vie ne dépende pas des mains qui versent le sang. Car la terre sera nettoyée et purifiée seulement par le sang de celui qui l’a versé, pour toutes ses générations. Écoutez mes enfants, maintenant agissez en connaissance du jugement de la justice afin que vous soyez plantés avec droiture sur la face entière de la terre, que votre gloire grandisse devant mon Dieu qui me sauva des eaux du déluge.

À partir de maintenant, vous allez vous construire des villes pour vous-mêmes, et y planter toutes les plantes qui sont sur terre, plus tous les arbres portant fruits. Tous les fruits qui se mangent ne seront pas prélevés dans les premiers trois ans. (Lévi.19:24) Dans la 4e année leurs premiers-fruits, comptés comme sacrés, seront présentés devant le Dieu Plus-haut qui créa la terre, le ciel, et toutes choses. Offrez les prémices des premiers-fruits de l’abondance de votre vigne et de votre huile sur l’autel du Seigneur qui les reçoit, et que les servants de la maison du Seigneur mangent ce qui reste devant l’autel. En fin de la 6e année, faites relâche pour que prospère ce que vous plantez. Vous serez juste de lui faire relâche suivant son juste droit. C’est ce que Henoc, le père de votre père, ordonna à son fils Metuselah et Metuselah à son fils Lamech, et que Lamech m’ordonna tout ce que ses pères l’avaient instruit. Mes fils, je vous donne ces ordres moi aussi comme Henoc, le 7e de sa génération, vivant encore alors ordonna à son fils dans le 1e jubilé, et qu’il ordonna à son fils de témoigner aux fils de son fils jusqu’au jour de sa mort.

 ============



ABRAHAM | Apocalypse d’Abraham - Apocryphal Old Testament

Voici le livre des révélations d’Abraham , fils de Térah, de Nahor, de Sérug, de Réu, de Péleg, d’Éber, de Sélah, d’Arphaxad, de Shem, de Noah, de Lamech, de Métuselah, de Henoc, de Jared, de Mahalalel, de Kenan, d’Énos, de Seth, fils d’Adam.

Le jour que je polissais les idoles téraphim de mon père Térah et de mon frère Nahor, je cherchais vraiment qui était le Dieu Tout-puissant. Le temps venu de mon tour, moi Abraham j'exécutai les services de mon père Térah pour ses idoles de bois, de pierre, or, argent, cuivre et de fer. Entré dans leur temple pour le service, je trouvai l’idole de pierre taillée, merumat, tombée aux pieds de l’idole de fer, nahon. Voyant cela, mon coeur et mon esprit furent perplexes. Incapable de le replacer seul, car c’était une grande pierre lourde, je partis informer mon père et nous l’avons soulevé ensemble pour le remettre à sa place. Et alors que je tenais la tête, elle se décrocha et mon père me dit :

—      Abraham !

—      Je suis là.

—      Apporte-moi de la maison une hache parmi les petites, dit-il.

Quand je lui apportais, il tailla d’une autre pierre un nouveau merumat et remplaça la tête tombée, puis écrasa tout ce qui en restait. Il fit aussi cinq autres idoles qu’il me remit en disant de les vendre à l’extérieur dans la rue de la ville.

Je sellais l’âne de mon père et les plaçais dessus, puis allais à l’auberge les vendre. Il y avait des marchants de Fandana de Syrie voyageant avec des chameaux jusqu’en Égypte pour le commerce. Tandis que je leur parlais, un des chameaux grogna, et épeura l’âne qui s’enfuit. Les idoles s’entrechoquèrent et tombèrent ; deux préservées, trois furent écrasées. Voyant que j’avais des idoles les syriens me dirent :

—      Pourquoi ne pas nous l’avoir dit, ils n’auraient pas été perdus ! Donne-nous ceux qui restent, car nous te donnerons pour eux un prix convenable.

Je me demandais comment je pouvais rapporter le prix de vente à mon père pour les trois cassés, que je jetais dans la rivière Gur, où ils se noyèrent dans les profondeurs de l’endroit et il ne resta rien d’eux.

Alors que j’étais encore en chemin, en dedans de moi mon coeur était perplexe, mon esprit dit en mon coeur : Quel action mauvaise que mon père fait… il est plutôt le créateur de ses idoles qui prirent existence par son habilité, ses ciseaux et ses tours, il serait plutôt convenable qu’ils vénèrent mon père puisqu’ils sont son travail.

Quelle est l’illusion de mon père envers ses travaux ? Voici, merumat est tombé, incapable de se mettre debout dans son propre temple. Je n’ai pu moi-même le relever avant que mon père arrive et qu’on le bouge ensemble. Quand sa tête est tombée, il la mit sur une autre idole de pierre qu’il a fabriquée. Quant aux autres cinq tombées de l’âne, incapables de s’aider ensemble à sortir de la rivière, ou de se venger de l’âne pour les avoir brisées…      
Je me dis encore en mon coeur : Comment les idoles de mon père pourraient-elles secourir un homme, ou récompenser la prière d’un homme, en ayant la tête sur une autre pierre, elle-même faite de pierre ?

J’arrivais à la maison de mon père tandis que je réfléchissais. J’abreuvais l’âne, lui donnais de la paille, et apportais l’argent à mon père Térah. Il fut content et dit :

—      Abraham, tu es béni par mes idoles ! Tu as apporté le prix des idoles et ainsi mon travail n’a pas été vain.

—      Écoute Térah mon père, répondis-je. Les idoles sont bénies par toi : puisque tu les as faites, tu es leur idole. Quant à leur bénédiction, c’est la ruine, et leur pouvoir est vain. S’ils ne peuvent s’aider eux-mêmes, comment pourraient-ils t’aider ou me bénir !       
J’ai pensé à toi avec bonté dans cette affaire et t’ai apporté l’argent pour les idoles brisées.

À mes mots, il devint furieux de colère contre moi, car j’avais dit des paroles dures contre ses idoles. Je pensais que la colère de mon père était écartée quand il dit :

—      Ramasse des bouts de bois tombés des idoles de bois de pin que j’ai faites lorsque que tu es arrivé, et tiens le feu prêt pour mon repas de la mi-journée, dit-il.

Alors que je ramassais des bouts de bois, il m’arriva de trouver une petite idole couchée dans les broussailles. Sur le front de l’idole était écrit barisat. Je ne le dis pas à mon père, je mis le feu au bois afin de le tenir prêt pour mon père, et avant de sortir poser une question au sujet du repas, je plaçais barisat devant le feu en le menaçant ainsi :

—      Fais attention barisat que le feu ne meurt pas jusqu’à mon retour, souffle dessus s’il meurt !

Je sortis faire ma tâche et à mon retour je trouvais barisat renversé en arrière, ses pieds cernés de feu et gravement brûlés. J’éclatais de rire et me dis : Vraiment tu peux allumer le feu et cuire à manger ! Et tandis que je parlais en riant, il arriva qu’il fut brûlé par le feu et réduit en cendre. J’apportais à manger à mon père et lui donnais du vin et du lait. Il mangea, il fut content et bénit son idole merumat.

—      Père Térah, dis-je, ne bénis pas ton idole merumat, ni le louange, mais louange plutôt ton idole barisat qui t’aime plus, car il s’est de lui-même jeté au feu pour cuire ton repas…

—      Où est-il maintenant ? Dit-il.

—      Il a brûlé jusqu’aux cendres dans la force du feu, et réduit en poussière.

—      Grand est le pouvoir de barisat ! J’en ferais un autre aujourd’hui, et demain il me préparera mon repas, dit-il.

Entendant de telles paroles, moi Abraham je me lamentais de chagrin dans la colère de mon âme, me disant moi-même : Comment des statues fabriquées par lui peuvent-elles être en aide à mon père ? Si le corps est assujetti à l’âme, et l’âme à l’esprit, comment l’esprit peut-il être autant dans l’ignorance et la folie ? Et je dis : Il est convenable d’endurer une fois le mal. Maintenant je vais diriger ma conscience vers ce qui est pur et mettre mes pensées ouvertement devant lui. Et je lui répondis :

—      Père Térah, qu’importe lequel d’eux tu louanges comme une idole, ton raisonnement est folie. Les idoles du temple de ton frère Haran ont plus de valeur que les tiennes, car zucheus l’idole de ton frère est fait d’or d’un grand prix pour les gens. Et quand il sera vieux, il le moulera encore. Mais si la pierre de merumat se brise, elle ne sera pas remoulée.        

Même chose pour l’idole joavon qui se tient avec zucheus vis-à-vis des autres idoles, car elle est faite en argent. Avant que barisat fût formé, son bois s’enracinait en terre, grand et merveilleux, avec la gloire des branches et des bourgeons avant que tu le tailles avec la hache. Voici sa graisse s’est desséchée et a péri, tombé de haut jusqu’au sol, de grand à petit, et son apparence disparue.barisat n’est plus, brûlé par le feu et réduit en cendre. Comme tu a dis : Aujourd’hui j’en ferais un autre pour préparer mon repas demain. Mais il a péri, totalement détruit !     

Le feu a plus de valeur que toutes ces choses formées. Même ce qui ne lui est pas assujetti le sera, car ses flammes se moquent des choses périssables. 
L’eau a encore plus de valeur, car il vainc le feu et étanche la terre. Malgré cela, je ne l’appelle pas Dieu, car il est assujetti à la terre devant qui l’eau s’incline.     
Je dis que la terre a plus de valeur, car elle a plus de pouvoirs que la nature de l’eau. Mais malgré cela je ne l’appelle pas Dieu, car elle se dessèche avec le soleil et doit être cultivé par les hommes suivant leur portion.          
Je dis que le soleil a plus de valeur que la terre parce que ses rayons illuminent le monde entier et les autres atmosphères. Encore là je ne l’appelle pas Dieu, car sa course s’obscurcit par les nuages et par la nuit. Encore là je ne dis pas que la lune ou les étoiles sont Dieu, car leur lumière s’obscurcit aussi en leur saison.

Écoute père Térah, car je te ferais connaître Dieu, celui qui a fait toutes choses et non ces idoles que nous considérons. Car qui est celui qui fait rougir les cieux, dorer le soleil, et étinceler la lune et les étoiles ? Qui est celui qui a fait la terre sèche au milieu de tant nombreuses eaux, et te plaça dessus ? Dieu se révèle lui-même à nous par lui-même !

Tandis que je parlais à mon père Térah dans la cour de sa maison, il vint une voix d’un être puissant qui descendit du ciel dans une nuée de feu, et dit tout haut :

—    Abraham, Abraham.

—      Je suis là.

—    Je suis ici. Toi qui cherches le Créateur Dieu dans la compréhension de tout ton coeur, sors de la maison de ton père Térah pour ne pas être frappé toi aussi des péchés de la maison de ton père, dit la voix.

Je sortis, et arrivé devant la porte de la cour il se fit entendre un grand tonnerre qui descendait. Lui et sa maison brûlèrent jusqu’à terre, avec tout ce qui était dans sa maison de 40 cubes. Après cela une voix vint vers moi et me dit à deux reprises :

—    Abraham, Abraham!

—      Je suis là, dis-je.

—    Ne crains pas. Je suis Dieu Tout-puissant face aux mondes, Celui qui a créé la lumière du monde. Je suis ton bouclier et ton aide puisque tu as aimé me rechercher. Je t’ai appelé mon ami. Va, prends-moi une génisse de trois ans, une chèvre de 3 ans, un bélier de 3 ans, une tourterelle et un pigeon pour me les offrir comme un sacrifice de purification. Par ce sacrifice je vais mettre les âges devant toi pour te faire connaître ce qui est secret. Tu verras de grandes choses que tu n’as jamais vues. Abstiens-toi de toute nourriture qui se procède par le feu et de boire du vin, et de mettre de l’huile pendant quarante jours ; puis présente-moi nécessairement tes sacrifices sur la haute montagne que je te montrerai. De là je te montrerai les âges que j’ai créés et établis, et fait renouveler par ma parole. Je te ferai savoir ce qui arrivera à ceux qui font justice et injustice aux générations des hommes.

Il se trouvait que lorsque j’entendis la voix de Celui qui dit de telles paroles, je regardai d’un côté et d’autre et voici il n’y avait pas souffle d’homme. Mon esprit était si effrayé que mon âme me quitta et je devins comme une pierre tombée sur le sol, sans force pour me tenir debout. J’étais encore étendu face contre terre quand j’entendis la voix du Saint être :

—    Va Jaoel par les moyens de mon Nom, relève-moi cet homme éloigné et fortifie-le du tremblement.

L’ange envoyé vint vers moi sous l’aspect d’un homme et me prit la main droite. Il me remit sur mes pieds et dit :

—    Debout ami qui aime Dieu ! Ne laisse pas le tremblement humain te prendre. Voici je suis envoyé pour te fortifier et te bénir dans le Nom de Dieu, toi qui aimes le Créateur du célestiel et du terrestiel. Sois vif et sans crainte envers lui. Je suis appelé Jaoel par Celui qui motive ce pouvoir qui existe en moi dans la septième étendue du firmament, en vertu du Nom qui habite en moi. Je suis celui à qui il fut donné de restreindre d’après son ordre la menace d’attaque des créatures vivantes des chérubim l’un contre l’autre. J’enseigne ceux qui lui portent le chant de la 7e heure de la nuit d’homme. Je suis placé pour restreindre le léviatan, car la menace d’attaque de tous et chacun des reptiles m’est assujettie. Je suis celui qui est désigné à desserrer shéol pour détruire celui qui fixe la mort. Je suis celui qui fut désigné à mettre le feu à la maison de ton père conjointement avec lui car il donne révérence aux morts. Et maintenant je suis envoyé pour te bénir, toi et la terre que l’Être éternel El olam que tu as invoqué a préparé pour toi et pour ta cause, aussi j’ai détourné mon chemin jusqu’à la terre. Debout Abraham, viens sans peur, seulement sois content et réjouis-toi, je suis avec toi. Un respect éternel est préparé pour toi par l’Être éternel. Va accomplir les sacrifices requis. Voici j’ai été désigné pour être avec toi et avec la génération préparée en toi. Michael et moi te bénissons pour toujours. Aie bonne confiance, va !

Je me levais et le vit prendre ma main droite pour me mettre sur mes pieds. La couleur de son corps était saphir, sa face chrysolite, les cheveux de sa tête comme neige, le turban de sa tête arc-en-ciel, ses vêtements violets, et dans sa main droite un sceptre d’or. Il me dit :

—    Abraham !

—      Je suis ton servant ici.

—    Que mon aspect ou mon discours ne te fasse peur, et que ton âme ne soit pas dérangée. Viens avec moi, je te serais visible jusqu’au sacrifice, mais invisible pour toujours après le sacrifice. Aie bonne confiance, va !

Nous sommes partis ensemble tous les deux pendant quarante jours et nuits. La vue de l’ange était ma nourriture et sa conversation mon boire, je ne mangeai ni pain, ni ne bus d’eau. Nous sommes allés à Horeb, la montagne glorieuse de Dieu. Je dis à l’ange :

—      Chantre de l’Être éternel ! Voici je n’ai aucun sacrifice avec moi, et je n’ai pas connaissance d’endroit avec un autel sur la montagne, comment apporterais-je un sacrifice ?

—    Regarde autour, dit-il.

Je regardais alentour et voici, tous les sacrifices prescrits nous suivaient : la jeune génisse, la chèvre, le bélier, la tourterelle et le pigeon. Et l’ange me dit :

—    Tue tous les animaux et sépare-les en moitié, l’une face à l’autre, et donne-les aux hommes que je te montrerai alors que je me tiens près de toi. Ils sont l’autel de la montagne où offrir un sacrifice à l’Être éternel. Ne sépare pas les oiseaux. Donne-moi la tourterelle et le pigeon, car je vais monter sur les ailes de l’oiseau afin de te montrer les cieux, la terre, la mer, l’abysse, le souterrain shéol, le jardin d’Éden et ses rivières. Tu verras toute la plénitude des cercles du monde entier.

Je fis comme l’ange m’avait commandé. Je donnais les animaux séparés aux anges qui vinrent avec nous et l’ange prit les oiseaux. Pendant que j’attendais pour le sacrifice du soir, un oiseau impur s’abattit sur les carcasses. Tandis que je le chassais, l’oiseau impur me parla.

—      Abraham, que fais-tu sur cette hauteur sainte où personne ne mange ni ne boit aucune nourriture d’homme, mais que le feu qui consume tout et te brûle… Abandonne l’homme qui est avec toi et fuis. Ils mettront fin à toi si tu montes dans les hauteurs.

En regardant l’oiseau parler, je dis à l’ange :

—      Qu’est cela, mon-seigneur ?

—    C’est l’impie azazel. Disgrâce sur toi azazel ! Lui dit-il. La part d’Abraham est au ciel mais la tienne sur la terre puisque tu as choisi de l’aimer comme habitation pour ton impureté. Le puissant Seigneur éternel t’a fait habiter sur terre avec les mauvais esprits du mensonge à travers toi, pour les épreuves et la colère des générations impies à travers toi.        
Le Tout-puissant Dieu éternel n’a pas autorisé que soient dans ta main les corps des justes par lesquels il permet de détruire l’impureté par une vie juste. Va-t’en de moi avec la honte ! Il ne t’est pas permis de faire le tentateur vis-à-vis des justes. Quitte cet homme ! Tu ne peux le dérouter car il est un ennemi pour toi et ceux qui te suivent, qui aiment ce que tu désires. Car voici, l’investiture qui était précédemment la tienne lui est réservée au ciel, et la mortalité qui était sienne est transférée sur toi.

L’ange dit :

—    Abraham !

—      Je suis ici ton servant.

—    Sache que tu es choisi de l’Être éternel en raison de ta bonne foi d’amour envers lui ! Sois dans cette autorité avec pouvoir, dit-il, je t’enjoins de l’utiliser contre quiconque fausse la vérité et pour humilier celui qui répand les secrets du ciel sur la terre pour fin de rébellion contre Dieu Tout-puissant.azazel, sois le charbon qui brûle dans la fournaise de la terre : va dans les parties inaccessibles de la terre, lui dit-il.

Je dis alors la parole que l’ange m’apprit, et il dit :

—    Ne lui réponds pas car Dieu lui a donné pouvoir sur ceux qui lui répondent. Malgré tout ce qu’il te dit, ne lui répond pas afin que sa volonté ne trouve pas d'entrée sur toi. Ne lui réponds pas, vu que le Tout-puissant Éternel lui a donné volonté et poids.

Je fis comme l’ange me recommanda et je ne lui répondis pas quoi qu’il me dise.

Quand le soleil se coucha j’aperçus la fumée d’une fournaise. Les anges montèrent du haut de la fumée avec les morceaux des sacrifices. L’ange prit ma main droite et me plaça sur l’aile droite du pigeon, se plaçant lui-même sur l’aile gauche de la tourterelle, et me conduit aux abords du feu en flamme, et nous sommes montés sur plusieurs vents jusqu’au ciel comme sur une surface rigide. De cette hauteur je vis une puissance lumière impossible à décrire. Voici, dans cette lumière, un violent feu brûlant beaucoup de peuples, des gens d’apparence masculine, tous changeant d’apparence et de forme, se transformant comme ils couraient, vénérant et s’exclamant avec des paroles retentissantes que je ne connaissais pas. Je dis à l’ange :

—      Depuis que tu m’as emmené ici, je deviens de plus en plus faible. Mon esprit me quitte et je ne peux plus voir.

—    Ne crains pas et reste près de moi, dit-il. La grande voix de sainteté qui vient droit sur nous est l’éternel Dieu que tu aimes mais lui-même tu ne le peux le voir. Ne laisse pas ton esprit devenir faible, je suis avec toi pour te fortifier.

Tandis qu’il parlait encore, voici, le feu vint droit sur nous tout alentour. Dans le feu était une voix de plusieurs eaux, une voix qui rugissait comme le son de la mer. L’ange pencha sa tête et vénéra avec moi. J’eus l’impression de tomber sur la terre mais la hauteur où je me tenais se releva en un instant et une autre roula vers le bas. Il me dit :

—    Abraham. Il n’y a pas de terre où tomber. Vénère seulement et chante le chant que je t’ai appris.

Et je vénérais seulement et dis le chant qu’il m’avait appris.

—    Récite sans cesse, dit-il.

Je récitais, lui aussi récita le chant avec moi :

—    Puissant éternel ! Saint El, seul suprême Dieu, qui s’est généré en soi, incorruptible, immaculé, incréé, impeccable, immortel, complet en soi, illuminé en soi ! Sans père et mère, non-engendré, exalté, ardent ! Aimant des hommes, bienveillant, généreux, jaloux du moi, très compatissant !

Éli, Dieu éternel, puissant des saintes armées, hautement glorieux. El, El, El ! Celui que mon âme aime ! Éternel protecteur brillant de feu dont la voix est comme e tonnerre, dont l’aspect est comme la foudre ! Tout voyant, qui reçoit les prières de ceux qui te donnent honneur ! Toi qui te détournes des demandes de ceux qui embarrassent avec leurs provocations ! Toi qui fais évanouir la confusion du monde qui s’élève contre les justes de la part des immorales dans l’Âge-impie, et qui renouvelle l’Âge-juste ! Toi qui es lumière, qui brilles sur tes créatures avant la lumière matinale sur terre et dans tes habitations célestes. Aucune autre lumière n'est nécessaire que ton visage, indescriptible splendeur des lumières. 

Accepte ma prière et que tu l’agrées ainsi que les sacrifices que tu as préparés par moi qui te cherche ! Accepte-moi favorablement ! Montre-moi, enseigne-moi. Fais connaître à ton servant ce que tu as promis…

Alors que nous récitions le chant sans cesser, à cause de l’abondance de la lumière, le feu s’éleva et j’entendis une voix rugir comme la mer. Quand le feu s’éleva, il monta jusque dans la lumière, je vis sous le feu un trône de feu et vis tout autour réciter le chant. Et sous le trône quatre créatures vivantes fougueuses qui chantaient, chacune avec quatre visages dont l’apparence était unique.

Les quatre créatures vivantes avaient sur chaque corps quatre têtes [seize visages] apparentées au lion, à l’homme, au boeuf et à l'aigle, avec six ailes aux épaules, aux côtés et aux reins. Ils couvraient leur visage avec les ailes des épaules, leurs pieds avec les ailes des reins, et ils se servaient de leurs ailes des côtés pour voler. À la fin du chant ils commencèrent à se regarder l’un l’autre et à se menacer mutuellement.

Dès que l’ange près de moi vit qu’ils se menaçaient mutuellement, il partit rapidement vers eux et détourna chacun de leur visage des créatures vivantes du visage menaçant afin qu’ils ne voient pas le visage menacer l’autre. Et il leur apprit le chant de paix qui a son origine dans l’Être éternel.

Alors que je me tenais seul, j’aperçus un chariot derrière les créatures vivantes avec des roues ardentes, chaque roue remplie d’yeux tout autour, et au-dessus des roues un trône rempli de feu, encerclé de feu. Et voici une armée ardente entourée d’un feu indescriptible, et j’entendis sa Voix sainte dont le timbre est comme celui d’un homme. Une Voix venue du milieu du feu vint vers moi et dit :

—    Abraham, Abraham !

—      Je suis ici, dis-je.

—    Considère les espaces sous le ciel d’où tu te trouves. Regarde dans chacun des espaces comme il n’y a aucun autre, que Celui que tu aimes, que tu as cherché !

En parlant, voici les espaces des cieux s’ouvrirent dessous moi.

Dans le 7e ciel où je me tenais je vis un invisible pouvoir de gloire au-dessus des créatures vivantes que j’ai aperçues, et le déploiement d’une grande multitude d’anges de feux, de lumières et de nuées, sans autre créature.

De la hauteur où je me tenais jusqu’au 6e ciel, là je vis une multitude d’anges d’esprit qui portaient les ordres des anges ardents qui sont au 8e ciel. Je me tenais en suspens au-dessus du ciel où les anges d’esprit se voyaient comme ceux du 7e ciel sans autre forme de pouvoir. Sur l’ordre de la voix d’emporter le 6e ciel, je vis alors le ciel du dessous.

Dans le 5e ciel sont les pouvoirs anges des étoiles qui portent les ordres à donner aux éléments de la terre, qui se soumettent à eux. Le Tout-puissant Éternel dit :

—    Abraham, Abraham !

—      Je suis ici.

—    Considère d’en-haut les étoiles sous toi, fais savoir leur nombre si tu peux les compter, dit le Seigneur.

—      Comment pourrais-je ? Je ne suis qu’un homme de cendres et poussière.

—    Quant au nombre des étoiles et de leur pouvoir, j’ai fait de ta semence une nation et un peuple mis à part pour moi dans mon héritage précédemment avec azazel.

—      Tout-puissant Éternel, que ton servant parle devant toi et que ta colère ne s’allume pas contre ton élu. Voici, avant que tu me conduises ici azazel m’a parlé avec beaucoup d’hostilité. Comment le considères-tu puisqu’il n’est pas devant toi présentement ?

—    Regarde maintenant le ciel sous tes pieds. Comprends la vision de la Création dans cet espace et l’existence des créatures selon les Âges préparées.

Je regardais au-dessous ce qu’il y avait dans le 6e ciel et je vis la terre et ses fruits, ses êtres vivants et ce qui se mouvaient dessus, le pouvoir de ses hommes, leurs actions droites et les actions jusqu'aux plus basses régions damnées des âmes qui manquent de dévotion dans les tourments de l’abysse. Je vis la mer et ses îles, ses poissons et ses monstres, le léviatan avec sa domination, son campement, ses cavernes ; le monde situé dessus, le compte de ses mouvements et les destructions du monde ; les rivières, la montée de leurs eaux et la torsion de leurs mouvements. Je vis le Jardin d’Éden, la source d'où vient la rivière, ses arbres et leur floraison, ses fruits, et ceux qui agissent avec droiture - et je vis là leurs nourritures et leurs bénédictions. Et je vis là une grande multitude d’hommes, de femmes et d’enfants, une moitié à droite et l’autre moitié du côté gauche.

—      Tout-puissant Éternel, quelle est cette vision de créatures ?

—    C’est ma volonté envers ceux qui viendront exister sur la terre de conseil. Ils m’ont paru agréable devant ma vue et par la suite je leur donnais les ordres par ma parole. Ainsi, tout ce que j’ai déterminé d’être prend place et se tient devant moi avant d’exister, déterminé d’avance dans ce que tu vois.

—      Seigneur Tout-puissant Éternel ! Qui sont ces gens d’un côté et d’autre ?

—    Ceux sur la gauche sont les multitudes des peuples qui existaient autrefois après toi - certains destinés pour le rétablissement de la droiture, les autres pour la vengeance et la destruction à la fin du monde. Ceux sur la droite sont les peuples mis à part pour moi des peuples précédemment avec azazel - ce sont ceux que j’ai déterminé d’exister de toi et appelés mon peuple.      
       
Maintenant regarde de nouveau qui est celui qui trompa Ève et quel est le fruit de l’arbre. Tu apprendras quelle sera ta semence parmi les peuples à la fin des jours des Âges, car je vais te dire ce qui est gardé dans mon coeur et te ferai savoir ce que tu ne peux comprendre. Car tu es agréable à mes yeux.

Je tournais mes yeux du côté du Jardin d’Éden et je vis un homme d'aspect distinctif, d’une grande hauteur et d’effrayante largeur, qui enlaçait une femme de même aspect se tenant sous un arbre d’Éden, dont le fruit est comme des grappes de raisin. Une chose en forme de serpent se tenait derrière l’arbre, avec des pieds et des mains d’homme, et six ailes de chaque côté de ses épaules. Les grappes étaient dans les mains de ceux que je vis s’enlacer en communion et ils en mangèrent.

—      Tout-puissant Éternel ! Qui sont ceux qui s’enlacent mutuellement ? Ou qu’y-a-t-il entre eux ? Ou quel est le fruit qu’ils mangent ?

—    Ce sont Adam et Ève et leur désir attrait vers la terre. Au milieu c’est azazel qui leur présente de lui-même la rébellion, le début de leur perte. Ceci est le monde de l’homme.

—      Tout-puissant Éternel ! Pourquoi as-tu donné à leurs actions un pouvoir si destructeur sur les générations d’homme sur la terre ?

—    J'ai donné à ce pouvoir de se faire aimer par ceux qui se rebellent - même si je hais tous ceux qui font ça.

—      Tout-puissant Éternel ! Pourquoi avoir voulu que cela arrive, ou que ce désir soit dans le coeur des hommes ? Ou es-tu irrité contre celui qui ne prend pas avantage de ton conseil loi ?

—    Tu vois ici le joug de ma colère sur les gens de ta famille qui se séparent de toi, et des nations à ton sujet. Je vais te dire pourquoi et comment seront les derniers jours. Vois maintenant.

Là je vis les choses créées avant moi ; Adam, Ève avec lui, et l’ennemi avec eux, Caïn qui se rebelle contre les ordres avec l’ennemi, Abel assassiné, la destruction qui commença à cause des transgressions de la loi : il y avait beaucoup d’impuretés, de convoitises, de rébellions, d'incestes, de jalousies, et de feux impurs dans la plus basse partie de la terre.          
Là je vis les voleurset leurs désirs de dépouiller leurs prochains, le plan de la vengeance et le jugement du grand tribunal.   
Là je vis les hommes disgrâciés exposer face à face les dommages faits aux autres, et la vengeance.   
Là en-tête je vis tous les désirs attraits des transgressions de la loi, le manque de respect du prochain, et les rejetés promis à la perdition. 
Là je vis le fanatismesemblable aux idoles que mon père avait l'habitude de faire avec du bois ; un homme vénérait son idole de bronze scintillant sur un autel et devant l’idole un garçon se faisait assassiner.

—      Tout-puissant Éternel ! Demandai-je. Quelle est cette idole ? Ou quelle est cet autel ? Ou qui est sacrifié ? Ou qui l’a sacrifié ? Et quel est ce Temple aux si beaux ornements dont la beauté est comme la gloire en dessous de ton Trône ?

—    Écoute Abraham. Tu aperçois ma pensée du sacerdoce pour la glorification de mon Nom et du bel autel où tous les sacrifices ordonnés sont offerts par mon peuple venu de ta génération, et du Temple où résident les prières de l’homme et des prophètes et des rois qui émergeront. Ma colère est dirigée contre les idolâtres du peuple qui procède de toi pour moi. L’homme meurtrier que tu vois est celui qui sacrifie en incitant des meurtres - depuis le début de la Création, ceux-là sont pour moi des témoins dans le dernier jugement.

—      Tout-puissant Éternel, pourquoi as-tu déterminé de faire cela ?

—    Abraham. Écoute ce que je te dis et comprends. Réponds à ce que je vais te demander. Pourquoi ton père Térah n’a-t-il pas écouté ta voix mais a continué le mal de l’idolâtrie par lequel il a péri avec toute sa maison ?

—      Car il a choisi de ne pas m’écouter. Moi aussi je n’ai pas suivi ses oeuvres.

—    Écoute Abraham. Le conseil de ton père est à l’intérieur de lui comme ton conseil est à l’intérieur de toi. Le conseil de ma volonté est à l’intérieur de Moi, préparé pour les jours à venir, bien avant que tu le saches ou que tes yeux l’aient vu. Maintenant vois comment seront ceux de ta semence.

Alors que je regardai, voici la vision se déplaça en avant et en arrière et un peuple de païens émergea sur la gauche et pillait les hommes, les femmes, et les enfants du côté droit et d’autres qu’ils gardèrent pour eux. Je les vis courant aux quatre entrées et ils brûlèrent le Temple et volèrent les choses saintes à l’intérieur.

—      Tout-puissant Éternel ! Que périssent les actions des sans-lois mais que s’accomplissent les actions des hommes justes suivant les ordres ! Car tu peuxfaire cela…

—    Les actions des hommes justes s’accomplissent dans la sainteté d’abord. Les justes rois et dirigeants furent créés pour d’abord se gouverner mais d’eux sortirent des hommes plus concernés par leurs intérêts, comme je te fais savoir et que tu as vu.

—      Tout-puissant ! Par ton pouvoir de sainteté, sois en faveur de ma demande puisque tu m’as emmené jusqu’à ta hauteur pour que je connaisse tes bien-aimés : cela durera-t-il longtemps ?

Le Seigneur me montra une multitude de son peuple et dit :

—    Ils me provoqueront sur quatre générations durant lesquelles je vais faire la vengeance que tu as vue. J’ai déterminé sur eux douze ans d’Âge-impie parmi les païens qui les retiendront et les oppresseront sur quatre générations. Fais tes calculs. Tout ce que tu as vu arrivera à tes descendants jusqu’à ce que le temps soit passé. Et maintenant regarde.

J’aperçus un homme se faire honorer par de nombreuses armées d'hommes, de femmes, et d'enfants venus du côté gauche des païens. Je vis quelques hommes du côté droit honorer cet homme et je vis ceux qui le suivaient tandis que d’autres l’insultaient et le frappaient. Et comment azazel courut l'honorer - embrasser son visage et se tenir dans son dos.

—      Qui est cet homme insulté et frappé, et ainsi honoré par les païenset azazel ? Dis-je au Tout-puissant.

—    Écoute Abraham. L’homme que tu vois se faire frapper, insulter, et honorer, c’est le répit shiloh des païens et du peuple qui procède de toi dans les derniers jours, à la 12e heure d’Âge-impie. Cet homme que tu vois parmi mon peuple de ta génération, à la 12e année de mon Âge-final je vais le placer en sorte que tous ceux qui sont appelés par Moi se joignent à lui pour le suivre - étant ceux qui changent leurs conseils que tu as vu venir du côté gauche. Nombreux sont les païens qui placeront leur espoir sur lui.     
Quant à ceux que tu as vus du côté droit, nombreux s’offenseront de lui. Vers la fin de la 12e heure, il examinera ceux de ta semence qui honorent dans l’intention de raccourcir l’Âge-impie avant que l’Âge-juste commence à grandir. Mon jugement contre les sans-lois viendra d’un peuple de ta semence séparé pour moi.
En ces jours je ferai venir dix plaies sur leurs âmes - de l’infortune à la maladie, des gémissements aux pleurs - sur toutes les créatures de la terre. Je ferai venir encore plus sur les générations des hommes sur terre qui provoquent la décadence des créatures, car c’est Moi qu’ils provoquent ainsi. Les hommes justes qui restent de ta semence - dont le nombre est un secret gardé en Moi, iront précipitemment au lieu dévasté que tu as vu, préparé d’avance pour eux avec la gloire de mon Nom. Ils y vivront pour établir la vérité véracité de l’Âge-juste et présenter de justes sacrifices en se réjouissant continuellement en Moi. Ils m’apercevront dans la plénitude de joie, et bonheur d'être avec mon peuple, alors qu’ils accueilleront ceux qui se tournent vers Moi avec repentance. Et ceux qui les ont détruits seront détruits. Ceux qui les ont blessés seront blessés. Ceux qui les auront calomniés se feront crachés au visage. Ceux qui les auront méprisés seront méprisés. Abraham ! Considère ce que tu as vu et entendu, ce que tu es tenu de connaître. Maintenant va vers ton héritage, voici je suis avec toi pour toujours.

—      Tout-puissant Éternel ! Je ne suis plus dans la gloire dans laquelle j’étais en haut… Mon âme languit de comprendre ce que mon coeur ne comprends, dis-je lorsque je me retrouvais sur terre.

—    Je vais te dire ce que ton coeur désire puisque tu cherches à comprendre les dix plaies que j’ai préparées d’avance pour les païens au moment de passer la 12e heure de la terre. Écoute ce que je te révèle de ce qui va arriver : 1e plaie, grande détresse. 2e, incendie de nombreuses villes. 3e, destruction des animaux par épidémie. 4e, pénurie d’aliment dans le monde entier. 5e, destruction du peuple par ses dirigeants, tremblement de terre et épée. 6e, multiplication des grêles. 7e, les animaux sauvages seront leur tombe. 8e, destruction par pénurie d’aliment et épidémie. 9e, punition par l’épée et conflits dans la détresse. 10e, voix de tonnerre et tremblement de terre destructeur.
Je ferai alors sonner la trompette dans les airs et j’enverrai mon élu et tous mes pouvoirs comme un seul avec lui pour rappeler mon peuple comme un seul méprisé des nations. Je brûlerai alors au feu tous ceux qui les ont insultés et qui les ont dominés dans les Âges. Je livrerai ceux qui m’ont comblé de moqueries aux moqueries de l’Âge-vengeur. J’ai déterminé pour eux de les nourrir du feu du shéol et d'incessants conflits dans le comble des vers du monde sous terre. Ils verront au-dessus d’eux la justice du Créateur. Ceux qui ont choisi de faire ma volonté et ceux qui gardent visiblement mes ordres se réjouiront de la chute qui reste de ceux qui suivent l’idolâtrie et de ceux qui donnent l'ordre d’assassiner. Leurs corps se décomposeront dans la saleté des vers d’azazel et brûleront dans la chaleur de la langue d’azazel. J’avais espéré qu’ils reviennent à Moi, mais étant sans louange, ni amour vis-à-vis des étrangers, ni impliqués auprès de ceux qui ne sont pas instruits, ils ont abandonné le Tout-puissant Seigneur. Alors écoute Abraham et vois. Voici, sept générations iront avec toi dans un pays étranger où ils seront esclaves et traités méchamment, mais je jugerais la nation qu’ils servent comme si c’était une heure d’Âge-impie.

============



JACOB  | Les visionnaires Testament de Jacob

Voici ce que leur père Jacob leur dit quand il les bénit, donnant sa bénédiction à chacun :

—      Venez vous assembler mes fils, je vais vous dire ce qui arrivera dans la suite des temps. Fils de Jacob , venez entendre. Écoutez votre père Israel.

Réuben mon premier-né, commencement de ma virilité et ma force, au premier rang et premier en pouvoir. Tu ne seras plus longtemps premier.| Que Réuben vive et ne meurt pas, que ses hommes ne soient pas peu nombreux. Réuben souilla le lit de son père. Aussi son aînesse fut donnée à Joseph, fils d’Israel. Le droit d’aînesse était à Joseph. (1Chroniques 5).  Parmi les fractions de Réuben étaient de grandes hésitations de coeur. Pourquoi t’assis-tu parmi les bergeries pour écouter les pépiements des flûtes pour les troupeaux ? Parmi les fractions de Ruben étaient de grandes interrogations de coeur. (Juges 5:16)

Vision :  Je vous conseille d’écouter Lévi qui connaît la loi du Seigneur, car il interprète ses préceptes et présente le sacrifice pour tout Israel jusqu’à la venue du oint messie, grand cohen de qui le Seigneur a parlé. Par le Dieu du ciel, je vous ordonne que chacun de vous se comporte avec honnêteté avec son prochain, et avoir de l’amour pour chacun de vos frères. Approchez Lévi avec humilité pour recevoir une bénédiction de sa bouche, car il bénira Israel et Judah puisque le Seigneur l’a choisi pour diriger, comme les rois sur les peuples. Accordez à leurs fils une déférence appropriée parce qu’ils mourront pour votre cause dans les combats visibles et invisibles, et il y aura parmi vous un roi éternel.

Siméon et Lévi sont l’un et l’autre pour la violence. Par la colère, leurs couteaux furent utilisés pour tuer des hommes, en accord pour mutiler des taureaux. Maudit pouvoir de leur colère, et débordement de leur rage ! mon âme n’entre pas dans leur complot, ma gloire ne s’unit pas dans leur assemblée.Je les disperserai dans Jacob, je les disséminerai dans Israel.|Sur Lévi. Que tes toumeiet ourei soient avec ton saint qui fut éprouvé à Massah, contesté aux eaux de Méribah. Il dit de son père et de sa mère : Je ne les ai pas vus. Il ne reconnaît ni ses frères, ni ses propres enfants. Car ils observent ta parole et garde ton alliance. Ils enseigneront tes jugements à Jacob, tes lois à Israel. Ils mettront l’encens devant toi, et le sacrifice à brûler sur ton autel. Seigneur ! Bénis sa fermeté et accepte les travaux de ses mains. Frappe ceux qui se lèvent contre lui et que ceux qui le haïssent ne se relèvent plus.

Vision de Siméon : Mes enfants, soumettez-vous à Lévi. Vous gagnerez votre liberté par Judah. Ne vous placez pas contre ces deux tribus car la délivrance de Dieu viendra sur vous par eux. Le Seigneur élèvera un grand cohen de Lévi et un roi de Judah et l'homme de Dieu délivrera la race d’Israel et tous les païens.

Vision de Lévi : Le Temple élu du Seigneur sera ravagé à cause de vos impuretés. Vous serez tous emmenés captifs par les païens et serez pour eux en abomination. Porteurs du reproche et de la honte éternelle d’être punis selon le juste jugement. Tous ceux qui vous verront se détourneront de vous en fuyant. Si ce n’était de nos pères Abraham, Isaac et Jacob, je n’aurais aucun descendant vivant sur terre.

Judah a sa main sur la nuque de vos ennemis. Tes frères se confesseront à toi, les fils de ton père s’inclineront à toi. Mon fils Judah est un jeune lion qui monte pour la proie. Admirable comme un lion qui s’accroupit, qui ose le provoquer ? Les tribus ne se séparerons pas de Judah, ni le sceptre de ses descendants ; les nations lui obéiront jusqu’à ce que vienne définitivement le shiloh pacificateur . Il attache son âne à sa vigne, son ânon au plant de sa vigne. Il lave ses vêtements dans le vin, son manteau dans le sang de raisin. Ses yeux sont rouges comme le vin, ses dents blanches comme le lait.| Écoute Seigneur. Écoute la voix de Judah et dirige-le vers son peuple ! que ses mains lui suffisent et que tu lui sois en aide contre ses ennemis.

Vision : Mes enfants, je suis très peiné de vous savoir coupable d'actions impies, et de tromperies, de la sorcellerie des idolâtres, des ventriloques et visionnaires contraires à la loi royale ; et courant après les démons de l’erreur. Vous ferez de vos filles des chanteuses et prostituées, et prendrez part aux choses détestables que font les barbares.

Zébulon s’établira sur les côtes de la mer, il sera ouvrier sur les bateaux, sa frontière atteindra Sidon. | Réjouis-toi Zébulon dans tes allés, et Issacar dans tes tentes. Ils appelleront le peuple sur la montagne pour y offrir de sacrifices justes. Ils suceront l’abondance des mers, et des trésors cachés dans le sable.De Zébulon se tient le bâton du scribe.Zébulon est un peuple qui met leurs vies en danger de mort. (Juges 5:14)

Vision : J’ai su par l’écrit de mes pères que dans les derniers jours vous abandonnerez le Seigneur. Vous commettrez de nombreuses atrocités et pratiquerez de nombreuses idolâtries. C'est pourquoi vos ennemis vous emmèneront au loin en captivité. Les païens vous oppresseront et vous feront subir l’indignité, la détresse et l’angoisse mentale. Puis vous vous souviendrez du Seigneur et vous vous repentirez. Il vous ramènera alors car il est miséricordieux et compatissant. Il n’a pas de mauvaise intention envers les hommes. Il sait qu’ils ne sont que pour la chair et que les esprits mensongers les trompent dans tout ce qu’ils font.

Issacar s’accroupit à la manière d’un âne parmi les bergeries. Voyant combien l’endroit est bon pour se reposer et la terre agréable. Il courbe alors son dos sous le fardeau, et travaille comme esclave.| Issacar est dans les tentes. (Voir Zébulon)

Vision : Mes enfants, je sais que vos fils se détourneront de la simplicité. Dans les derniers temps ils deviendront obsédés par l’avarice. Ils se détourneront de l’innocence pour préférer la tricherie, ils tourneront leur dos aux ordres du Seigneur pour s’unir à béliar. Ils vont arrêter de cultiver le grain et suivre leurs mauvais penchants jusqu’à ce que leurs ennemis les réduisent en esclaves et les dispersent parmi les païens. Instruisez cela à vos enfants, que s’ils pèchent, qu’ils retournent vite vers le Seigneur qui est miséricordieux. Car il les délivrera et leur rendra leur terre.

Dan combattra pour son peuple avec les tribus d’Israel comme un seul.Il jugera le serpent sur la route, la vipère du chemin, qui mord le talon du cheval pour faire tomber le conducteur. Je prie Dieu de t’aider.| Dan est le petit d’un lion qui saute du Bashan.Pourquoi Dan reste-il près des bateaux ?(Juges 5:17)

Vision : J’ai lu dans les livres du juste Henoc que satan est votre prince. Car tous les esprits, arrogants de fornication, se tourneront attentivement vers Lévi, pour constamment accabler la marche des fils de Lévi, et les faire pécher contre le Seigneur. Mes fils s’associeront à Lévi dans tous leurs péchés lorsque les fils de Judah convoiteront les biens des autres, qu’ils pilleront comme des lions. Avec eux vous serez emmenés captifs, et subirez toutes les plaies d’Égypte et toute la malice des barbares.

Gad subira des attaques de troupes qu’il combattra et mettra en échec.|Béni est Celui qui agrandit Gad qui est placé, tel un lion, pour déchirer un bras par la couronne de sa tête. Il prévoit la première part pour lui-même, car il est assis-là en tant qu’instructeur de la loi, venant avec les chefs du peuple pour exécuter la justice, et les jugements du Seigneur avec Israel.

Vision : Puisque le Seigneur fera venir de Judah et Lévi un sauveur en Israel : ordonnez à vos enfants de les respecter. Dans les derniers jours je sais que vos enfants seront indifférents envers eux, parce qu’ils se tourneront complètement dans la méchanceté, la corruption, et l’oppression devant la face du Seigneur.

Asher fera venir de riches nourritures, et apprêtera des délices de roi.| Qu’Asher soit béni avec mes enfants, et acceptable à ses frères. Qu’il trempe son pied dans l’huile lorsque vos souliers seront de cuivre et de fer, et votre force comme vos jours.Asher habite sur la côte de la mer, et se tient dans ses baies. (Juges 5:17)

Vision : Mes enfants, ne soyez pas comme les sodomites qui ne reconnurent pas les anges du Seigneur et qui périrent. Je sais que vous serez livrés à vos ennemis parce que vous aurez péché. Vos saints lieux seront détruits, votre terre dévastée.

Naphtali exprime de belles paroles, libre comme un cerf. et communique de belles paroles. | Naphtali est rassasié de faveurs, comblé de la bénédiction du Seigneur à l’ouest et au sud.

Vision : Comme on se remémore de l’homme dont l’enfant est bien élevé, ainsi une bonne action est remémorée devant Dieu. Dieu est déshonoré parmi les païens lorsque l’un de vous ne fait aucun bien. Aussi est-il maudit par les anges et les hommes. Le Seigneur le haïra car il appartiendra au démon qui l’utilise comme son objet et les animaux sauvages auront contrôle sur lui.

Joseph est un fils fécond dont la vigne s’est multipliée près d'une fontaine, dont les branchent passent au-dessus du mur. En l’attaquant, Ils rendirent sa vie amère ; Il était la cible des archers, mais son arc est resté ferme, et ses bras se sont fortifiés par les mains du Tout-puissant de Jacob, le berger bâtisseur d’Israel. Le Tout-puissant Dieu de ton père t’aidera et te bénira des bénédictions du ciel du-dessus, et de la couche profonde du-dessous, et des mamelles, et de la matrice. Que Les bénédictions de ton père, puissantes sur les bénédictions de mes pères jusqu’au bord le plus éloigné des montagnes éternelles, quelles soient sur la tête de Joseph comme la couronne sur la tête d’un prince parmi ses frères.| Béni est le Seigneur pour sa terre, ses choses précieuses du ciel, la rosée, la couche profonde du-dessous, les fruits précieux que le soleil génère, les précieuses choses produites par la lune, les choses en-tête des anciennes montagnes, les précieuses choses endurantes des collines, les abondantes choses précieuses de la terre, et pour le bon vouloir de Celui qui était plaçé dans le buisson ! Que les bénédictions viennent sur la tête de Joseph, sur le haut de la tête de celui qui fut séparé de ses frères. Sa gloire est comme celle du premier-né de son taureau, ses cornes comme celles des unicornes. Avec elles ensemble, il poussera le peuple jusqu’au extrémités de la terre avec les dix milles d’Éphraïm, les milliers de Manaseh .D’Éphraïm sortira ceux dont la racine est en Amalek, après toi Benjamin parmi tes gens. De Machir (fils de Manaseh) sortira des dirigeants. (Juges 5:14)

Vision : Mes enfants, écoutez les visions que j’ai vues. Alors que douze cerfs se nourrissaient, neuf se divisèrent, dispersés sur la terre ainsi que les trois autres. Je vis qu'une vierge portant une robe de lin naquit de Judah et qu'un agneau sans tâche sortit d’elle. À sa main droite était un lion que tous les animaux assaillaient mais l’agneau les vainquit. Il les foula sous les pieds et les détruit. La terre entière, les hommes ainsi que les anges se réjouirent à son sujet.

Benjamin est un loup qui met en pièces. Il divise sa proie en soirée et mange une portion le matin.| Le bien-aimé du Seigneur habitera en sécurité auprès de lui et le Seigneur le couvrira tout le jour et demeurera entre ses épaules.

Vision : J’ai trouvé dans les paroles du juste Henoc que vous entretiendrez des relations insensées avec les femmes, adonné à pratiquer des actes d'impuretés et des fornications comme les hommes de Sodome. Vous périrez tous sauf quelques uns. Le royaume du Seigneur ne restera pas parmi vous, il vous le reprendra sans attendre. Le Temple de Dieu sera dans votre lot et le dernier sera plus glorieux que le premier. Les douze tribus s’y réuniront ensemble avec tous les païens jusqu’à ce que le Plus-haut envoie son salut venu par son unique prophète engendré.

============



 MOSHÉ | Les lois éternelles – Deutéronome 31.2

Moshé appela Joshua et dit en présence de tout Israel :

—      J’ai 120 ans aujourd’hui. Je ne peux plus aller et venir.Dieu m’a dit que je ne traverserais pas le Jourdain. Votre Seigneur Dieu Iehvah eloheiha sera celui qui ira devant vous, c’est lui qui détruira devant vous ces nations afin que vous les expulsiez.Joshua sera celui qui vous conduira selon ce que Dieu a promis.Dieu fera contre eux comme pour les rois amorites, il les effacera avec leur terre.Dieu vous donne le pouvoir de tout faire par le mandat que je vous ai montré. Soyez forts et courageux, ne les craignez pas, votre Seigneur Dieu est celui qui va vous accompagner, il ne vous fera pas défaut et ne se détournera pas de vous.         
Sois fort et courageux, dit-il à Joshua. Tu seras celui qui amène cette nation sur la terre que Dieu a jurée à leurs pères de leur donner. Tu seras celui qui en fera le partage, Dieu sera celui qui ira avec toi, il sera devant toi, il ne se détournera jamais de toi. N’aie crainte, ne laisse pas ton esprit s’accabler.

Moshé écrivit cette torah et la remit aux fils de Lévi, aux cohanim qui portaient l’arche d’alliance de Iehvaharon berit Iehvah et à tous les anciens d’Israel. Moshé leurs donna ces ordres :

—      Au temps fixé de la fête de sukot , après l’année de relâche shanat shemitah , à chaque fin de sept années tout Israel viendra se présenter devant le Seigneur Dieu au lieu qu’il choisira et vous lirez cette torah devant tous afin qu’Israel l’entende. Assemblez le peuple - hommes, femme, enfants et prosélytes de vos villages afin qu’ils entendent et apprennent comment devenir nobles par leur Seigneur Dieu en portant attention aux paroles de cette torah. Ceux de vos enfants qui ne savent pas écouteront et deviendront nobles par votre Seigneur Dieu aussi longtemps que vous vivrez en habitant la terre de l’autre côté du Jourdain.

—    Ton temps est venu de mourir. Appelle Joshua, présentez-vous dans la tente de réunion baohel moed et je lui donnerais une charge.

Moshé et Joshua allèrent se présenter dans la tente de réunion.Dieu apparut dans une colonne de nuée qui se tint à l’entrée de la tente.Dieu dit à Moshé :

—    Quand tu seras parti te coucher avec tes ancêtres, cette nation se lèvera pour se perdre avec les idoles des étrangers de la terre où ils vont. Ils vont se détourner de Moi et ainsi violer l’alliance que j’ai faite avec eux. Alors je les abandonnerais dans la colère que j’enverrais contre eux. Je leur cacherais ma face et ils deviendront une proie. Frappés de nombreux problèmes et de nuisances, ils diront : C’est parce que Dieu n’est plus avec moi que toutes ces nuisances tombent contre nous. En ce jour je vais complètement cacher ma face à cause de toutes les fautes qu’ils auront faites en se détournant par les idoles des étrangers.      

Écrivez pour vous ce chant maintenant, apprenez-le aux israélites, faites-leur mémoriser. Que ce chant soit un témoignage pour les israélites. Car lorsque je les emmènerais sur la terre débordante de lait et de miel que j’ai promis à leurs ancêtres, ils mangeront à satiété et se livreront au luxe. Ils se tourneront alors vers les idoles des étrangers pour les vénérer, jusqu'à violer mon alliance et avoir pour Moi du mépris. Quand ils seront alors frappés par de nombreux problèmes et de nuisances, ce chant témoi­gnera envers eux et leurs descendants qui ne l’auront pas oublié. Je connais leurs déviances par ce qu’ils font présentement avant même que je les aie emmenés vers la terre promise.

Il donna une charge à Joshua fils de Nun, disant :

—    Sois fort et courageux ! Que ta force augmente azaq véamatz puisque tu conduiras les israélites sur la terre que j’ai promis. Je suis avec toi. 

Moshé écrit ce chant ce jour-là et l’enseigna aux israélites. Moshé termina jusqu’à la fin le rouleau des paroles de cette torah et donna ces ordres aux lévites qui portaient l’arche de l’alliance de Dieu :

—      Mes frères, prenez ce rouleau de torah et placez-le comme un témoignage dans l’arche de Dieu à côté l’alliance de votre Seigneur. Je connais votre esprit rebelle et votre entêtement. Car même que je vis encore parmi vous, vous vous rebellez contre Dieu. Que ferez-vous alors quand je serais mort ! Assemblez les anciens et vos forces de l’ordre pour que je leur dise aussi ces paroles, et afin de prendre le ciel et la terre à témoin contre vous.Car je sais qu’après ma mort, vous vous corromprez. Vous vous détournerez de la voie droite que je vous ai prescrite. Mais vous serez aussitôt frappés de nuisances dès que vous ferez le mal aux yeux de Dieu, que vous mettrez en colère par les méfaits de vos mains.

Je suis Iehvah ton Dieu, aucun autre que moi.
Ne te fais aucune idole où te prosterner.
Ne prends pas mon nom vainement.
Garde le repos du 7e jour.
Honore père et mère.
Ne fais pas l’adultère.
Ne tue pas. 
Ne mens pas.
Ne vole pas.
Ne convoite pas.

============

 


DAVID  | La voie du berger – Psaumes 1

Béni est l’homme qui a ses délices dans la loi de Iehvah , qui la médite nuit et jour. Il sera comme un arbre planté près des eaux de la rivière, qui porte ses fruits en sa saison, dont les feuilles ne fanent pas ! Ce qu’il fait prospère.

Il ne suit pas le conseil des impies non-croyants, il ne se tient pas sur la route des fautifs. Il ne s’assied pas au banc des moqueurs. Les coupables ne se tiennent pas debout au jugement, ni les fautifs au tribunal de la justice, ainsi que les malveillants qui se dissiperont comme la paille au vent.

Iehvah connaît le tracé de la loi, et il détruira le tracé des malfaisants.

 ···

Promesse à la maison de David - 2Samuel 7:8

Nathan, tu diras à mon serviteur David. Ainsi parle l'Éternel des armées.Je t'ai pris au pâturage derrière les brebis, pour que tu sois chef sur mon peuple Israel. J’ai été avec toi partout où tu as marché, j’ai exterminé tous tes ennemis devant toi, j’ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre. J’ai donné une demeure à mon peuple, à Israël, et je l'ai planté pour qu'il s'y fixe et ne soit plus agité ; et que les méchants ne l'oppriment plus comme avant. Et comme à l'époque où j'avais des juges établis sur mon peuple Israel, Je t'ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis. Maintenant, Iehvaht'annonce qu'il te créera une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères ; j'élèverai ta postérité après toi, par celui qui sera sorti de tes entrailles. J’affermirai son règne Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom. Et j'affermirai pour toujours le trône de son royaume. Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. S'il fait le mal, je le châtierai avec la verge des hommes, avec les coups des hommes. Mais ma grâce ne se retirera pas de lui comme je l'ai retirée de Saul que j'ai rejeté devant toi. Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés. Ton trône sera pour toujours affermi.

···

Bergers de vaches, France 1846 | Les bergers Mélanie Calvat & Maximin Giraud (14 et 10 ans). Apparition à la montagne de Baisses (La Salette, France)

Le samedi 19 septembre 1846, nous avons vue une belle dame. Je ne sais pas si c’est la Vierge ou une autre personne, mais aujourd’hui je crois que c’est Marie.Voici ce que cette dame m’a dit :

« Si mon peuple continue, ce que je dis va arriver plus tôt.Si cela ne change qu’un peu, ce sera un peu plus tard.La France a corrompu le monde ; un jour elle sera punie. La foi mourra en France, les trois quarts de la France ne pratiqueront plus ou presque plus, l’autre quart pratiquera sans vraiment pratiquer. Ensuite alors les nations se convertiront, la foi va se rallumer partout. Un grand pays actuellement protestant, au nord de l’Europe, se convertira. Avec l’aide de ce pays, toutes les autres nations du monde se convertiront.  
Avant que tout cela n’arrive, de grands désordres viendront de partout sur l’église. Alors le pontife sera ensuite persécuté. Son successeur sera quelqu’un que personne n’attendait. Alors une grande paix viendra ensuite mais ne durera pas longtemps, un monstre viendra la perturber. Tout ce que je vous dis arrivera dans l’autre siècle, au plus tard l’année deux mille. 
Le temps de la colère de Dieu est arrivé. Dites aux gens ce que je vous ai dit : ― Je vous ai donné six jours pour travailler, le septième je l’ai réservé pour Moi mais encore personne ne veut me le donner. Les conducteurs de chariots ne peuvent insulter sans impliquer le nom de mon fils. Je vous demande de dire ces deux choses qui rendent le bras de mon fils très lourd. S’ils ne s’appliquent pas, si après cela la face de la terre ne change pas, Dieu se vengera du peuple ingrat, esclave du démon. »

La dame a prévenu en disant d’avance ce qui allaient arriver :

1846 -La famine en France (pourriture des patates, des grain, vignes et noix. Les enfants saisis de tremblement).

1858 - Les prêtres indignes (inaptes à se dévouer à la sainte communion, amoureux d’honneur et d’argent).

1864 - Lucifer est détaché de l’enfer (possession démoniaque des communautés, manque de foi, persécution).

1865 - Montée de l’antéchrist (conflits en France, en Italie, Espagne, Angleterre). Naissance d’un nouvel ordre de Dieu.

···

Bergers de chèvres, Portugal 1917 | Les bergers Lucia dos Santos, Francisco & Jacinta Marto (10, 9 et 7 ans)à Cova di Iria (Fátima, Portugal)

Dans l’année 1916, Lucia, Francesco et Jacinta gardaient leurs chèvres lorsqu'un ange les visita :

– N’ayez pas peur, écoutez-moi. Je suis l’ange de la paix. Faisons une prière : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère, je t’aime. Je demande votre pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas, qui n’aiment pas. » Priez de cette façon, car les coeurs de Jésus et de Marie seront attentifs à la voix de vos supplications.

L’ange apparut une autre fois en disant :

– Que faites-vous ? Priez. Vous devez prier. Les coeurs de Jésus et Marie ont des projets de miséricorde sur vous. Vous devez continuellement offrir des prières et des sacrifices au Très-haut.

– Lucia : Comment peut-on offrir un sacrifice à Dieu ?

– L’ange : Tout est possible pour plaire au Seigneur. Vous pouvez offrir un sacrifice en réparation des péchés à cause desquels il est offensé - et des prières pour la conversion des pécheurs - et amener la joie de paix dans votre terre natale. Je suis son ange gardien, l’ange gardien du Portugal. En premier acceptez avec soumission de porter les difficultés que le Seigneur vous enverra. Répétez après moi : 

« Très sainte trinité, Père, Fils, et saint Esprit, je vous aime profondément.Je vous offre le plus précieux corps de l'âme sainte et divine de Jésus Christ, présent dans tous les tabernacles du monde en réparation pour les outrages sacrilèges et l'indifférence par lesquels lui-même est offensé. Par les mérites infinis de son coeur et du coeur de Marie, je vous demande de convertir tous les pécheurs»

Prenez et buvez le corps et le sang de Jésus Christ horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leur crime en réconfortant votre Dieu.

– Francesco : J’ai vu l’hostie et le sang, et j’ai senti, j’ai senti Dieu en moi.

Dimanche 13 mai 1917 | 21 iyar

– Marie : N’ayez pas peur, je ne vous veux pas de mal.

– Lucia : D’où êtes-vous madame ?

– Marie : Je viens du ciel.

– Lucia : Mais que faites-vous ici ?

– Marie : Je suis venue vous dire de venir ici le 13 de chaque mois pendant six mois à la même heure. Plus tard je vous dirais qui je suis et ce que je veux.

Lucia demanda si elle ira au ciel. Marie répondit qu’elle, avec Jacinta, Francisco et ses deux cousins, iront au ciel aussi, mais avant il devra réciter beaucoup de prières. Maria, une amie de ta soeur, est au ciel, mais Amélia son autre amie, est au purgatoire jusqu’à la fin du monde.

– Marie : Pour empêcher les souffrances que Dieu veut vous envoyer, voulez-vous lui offrir un acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé, ou des supplications pour la conversion des pécheurs ?

– Lucia : Oui nous le voulons.

– Marie : Vous aurez beaucoup à porter, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort.

– Les enfants : O très sainte trinité ! Je vous adore. Mon Dieu mon Dieu ! Je vous adore et je vous aime dans les très saints sacrements.

– Marie : Récitez une prière chaque jour pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre.

Mercredi 13 juin| 23 sivan

Après l’apparition, Lucia rapporta ceci à Francisco, (car il ne pouvait voir Marie mais l’entendait seulement) :

– Je vais te dire ce qu’elle a dit, c’est un secret. Écoute. J’ai demandé à notre dame de nous emmenez aux cieux avec elle et elle a dit :Oui Lucia. Jacinta et Francisco me rejoindront bientôt. Vous resterez parmi les vôtres pour me faire connaître et me faire aimer par tous.J’ai eu tellement peur que je lui ai dit : je vais rester seule ?! Et elle a dit : Non ma fille. Sache que je ne t’abandonnerais jamais.

Vendredi 13 juillet| 23 tammuz

Plus de 4000 personnes des environs étaient présentes ce 13 du mois.

– Jacinta : Elle est ici. Parle Lucia, ne vois-tu pas qu’elle est ici !

– Lucia : Que voulez-vous de nous ?

– Marie : Je veux que vous veniez le 13 le mois prochain. Continuez de réciter votre prière chaque jour en l’honneur de Notre-dame de la miséricorde pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’elle va vous aider. Sacrifiez-vous souvent pour les pécheurs en disant à Jésus, spécialement en faisant un sacrifice : « Pour l’amour de toi Jésus, pour la conversion des pécheurs, pour la réparation des péchés commis contre le coeur de Marie. »

– Lucia : S’il vous plait madame, pouvez-vous nous dire qui vous êtes ? Pouvez-vous faire un miracle pour que les gens sachent que vous nous apparaissez vraiment ?

– Marie : Continuez de venir ici chaque mois. En octobre je vous dirais qui je suis et je ferais un miracle que tout le monde verra !

Tout d’un coup, une lumière fut projetée sur le sol, elle ouvrit ses mains et leur fit voir la première vision de l’enfer.

Lucia : Notre-dame nous a montré une grande mer de feu sous la terre, où se baignaient des démons et des âmes humaines de couleur bronze noirci. De gros nuages de fumée sortaient du feu et montaient dans l’air au milieu des larmes et des cris, de souffrance et de désespoir. Les démons se reconnaissaient par leur ressemblance à de terribles animaux de noir transparent, inconnus de nous.

La vision suivante a été gardée secrète 27 ans (elle fut révélée en janvier 1944).

– Lucia : Nous avons vu un ange avec une épée de feu dans sa main gauche qui jetait des flammes qui mettraient le feu au monde, mais elles moururent au contact de la Splendeur qui sortait vers lui de la main droite de Notre-dame. L’ange a pointé la terre de sa main droite et a dit d'une voix forte : Pénitence ! Pénitence ! Pénitence !   Nous avons vu dans une grande lumière comme dans un miroir, un homme habillé en blanc et d’autres hommes et femmes, (des religieux de niveaux différents) qui montaient une montagne avec difficulté, où au sommet une grosse croix faite avec des bûches coupées. Pour monter là, l’homme est passé par une grande ville à moitié en ruine. Il s’est arrêté pour prier, tremblant et souffrant pour les âmes des corps trouvés le long de son chemin. Quand il est arrivé en haut de la montagne, alors à genou au pied de la grosse croix, un groupe de soldats ont tiré des flèches et l’ont tué. Les autres hommes et femmes sont morts de la même façon. Puis Deux anges, chacun avec un bol de cristal dans la main, recueillirent le sang des tuées en-dessous des deux bras de la croix, puis ils en aspergèrent les âmes.

– Lucia à Francisco (plus tard). Marie nous a dit : Tu as vu les âmes des pécheurs qui sont en enfer. Pour les sauver, Dieu veut établir la dévotion de mon coeur par une communion de réparation, le premier samedi de chaque mois. Si vous faites ce que je vous dis, la guerre finira bientôt. Mais Si vous n’arrêtez pas d’offenser Dieu, une autre guerre va commencer encore plus terrible. Après elle a dit : Si vous faites ce que je demande, nous aurons la paix. Sinon quelqu'un va propager des erreurs autour du monde pour provoquer des guerres et des persécutions contre l’église. Les bonnes personnes seront martyrisées, l’homme, (habillé en blanc) va beaucoup souffrir, des nations entières vont être détruites.À la fin mon coeur va triompher. La Russie va se convertir et l’homme, (habillé en blanc) se consacrera pour moi. Un temps de paix sera accordé au monde.

Lundi 13 août| 25 av

La dame apparut sur une branche à trois branches.

– Marie : Priez. Priez beaucoup. Faites des sacrifices pour les pécheurs. Beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’ils n’ont personne qui sacrifie pour eux.

Les semaines suivantes, Lucia, Francisco, et Jacinta s’attachèrent une corde autour du ventre, car ils voulaient souffrir pour les pécheurs, en sacrifice pour Dieu, (et souffrir aussi de soif pour la conversion des pécheurs et consoler Jésus qui était triste).

Jeudi 13 septembre| 26 elul

Plus de 70,000 personnes sont venues.

Lucia : Que voulez-vous de moi ?

Marie : Priez Notre-dame du rosaire d’arrêter la guerre. En octobre je vais venir avec Joseph et l’enfant Jésus pour apporter la paix dans le monde. Notre Seigneur va apparaître pour vous donner sa bénédiction, car Dieu est satisfait de vos sacrifices. Mais ne dormez pas avec la corde, portez-là seulement le jour.

– Lucia : Il y a ici une petite fille sourde et muette, est-ce qu’elle va guérir un jour ?

– Marie : Elle sera mieux avant un an.

– Lucia : J’ai beaucoup d’autres demandes de guérison.

– Marie : Je sais. Je guérirais certains mais d’autres non, (ceux en qui le Seigneur n’a pas confiance).

– Lucia : J’ai deux lettres à vous donner d’une dame d’Olival qui m’a dit de vous offrir cette bouteille de parfum.

– Marie : Cela ne m’est pas utile au ciel !

Samedi 13 octobre 191727 tishrei

– Lucia : Que voulez-vous de moi ?

– Marie : Ce que je veux c’est de construire une chapelle ici en mon honneur. Je suis Notre-dame du rosaire. Continuez toujours de dire votre prière. Priez chaque jour.La guerre finira et bientôt les soldats retourneront à leurs familles.

– Lucia : J’ai à vous demander de sauver tous nos malades et convertir les pécheurs.

– Marie : Je le ferais pour certains mais les autres doivent se corriger et demander pardon de leurs péchés. N’offenser pas notre Seigneur, car il est encore offensé.

– Lucia : Que voulez-vous de moi maintenant ?

– Marie : Je ne veux rien de toi maintenant.

============

 


 ISAIAH | Ma gloire parmi les païens – Ésaïe 66.18

—    Je réunirais toutes les nations de toutes langues pour venir voir ma gloire. Je mettrai un signe sur eux et enverrai ceux qui échappent, vers les païens de Tarshish, Pul, et Lud.
Je tendrai l’arc jusqu’à Tubal, Javan, et les îles lointaines qui n’ont jamais entendu ma renommée, ni vu ma gloire, et ils déclareront ma gloire parmi les païens goyim sur des chevaux, des mules, dromadaires et bêtes rapides, sur des chariots et des litières. Hors de toutes les nations, ils présenteront tous vos frères comme une offrande à Iehvah à ma montagne sainte à Jérusalem, sur des chevaux, des mules, dro­ma­daires et bêtes rapides, sur des cha­riots et des litières, dit Iehvah . Je les prendrai ainsi comme cohanim et lévites des enfants d’Israel qui présentent dans un vase pur une offrande à la Maison de Iehvah , dit Iehvah .

—    Comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je ferai resteront devant moi, ainsi ton nom et ta semence resteront devant moi, dit Iehvah . Il arrivera, dit Iehvah , que d’une nouvelle lune à l’autre, d’un shabat à l’autre, toute chair viendra se prosterner devant moi. Quand ils iront, ils verront les corps des hommes qui ont fauté contre moi, dont les vers ne meurent pas, ni le feu ne s’éteint, en dégoût de toute chair.

============

 


 ZÉPHANIAH | Les croisées de la mort Apocalypse of Zephaniah

L’Esprit me prit et m’emmena au 5e ciel. Je vis des anges appelés seigneurs ayant sur eux le diadème placé par l’Esprit saint. Chacun de leur trône était sept fois plus brillant que la lumière du soleil levant. Ils habitaient dans les temples du salut et chantaient à Dieu des hymnes indescriptibles.

—      Les ténèbres de la nuit n’existent donc pas dans ce lieu ? Dis-je à l’ange du Seigneur.

—    Aucune noirceur n’existe dans ce lieu où sont les justes et les saints. Car leur existence est pour toujours dans la lumière.

Moi Zéphaniah Sophonie je vis une âme que cinq mille anges gardiens punissaient. Ils l’avaient prise à l’est et l’amenaient à l’ouest en la frappant de cent coups de fouet donnés par chacun quotidiennement. J’eus peur et me jetai sur ma face. L’ange m’aida et il me dit :

—    Sois fort comme celui qui surmonte l’accusateur et sort triomphant du shéol.

—      Qui punissent-ils ? Dis-je en me relevant.

—    C’est une âme qui a été trouvée sans-loi quand elle fut visitée. Elle fut prise de son corps avant qu’elle ait eu le temps de se repentir.

Puis je partis de ma ville avec l’ange du Seigneur. Quand il me prit je vis deux hommes sur une route qui marchaient ensemble en parlant ainsi que deux femmes moudre ensemble en parlant.

Je vis toutes les âmes humaines - quelle était leur existence dans le châtiment purgatoire. Alors je suppliai le Seigneur Tout-puissant : O Dieu qui demeure avec les saints, aie compassion de ces âmes dans ce châtiment…

—    Viens, je te montrerai le lieu des injustes, dit l’ange du Seigneur.

Il m’emmena au mont Séir et me montra trois hommes, tandis que près d'eux deux anges se réjouissaient en s'exultant sur eux, et deux anges qui se lamentaient sur ces trois hommes. Je dis à l’ange :

—      Qui sont-ils ?

—    Ce sont les trois fils du cohen Joatham qui ne gardent ni les ordres de leur père, ni n’observent les ordon-nances du Seigneur. Eux, ce sont les anges du Seigneur Tout-puissant qui écrivent tous les bienfaits des justes sur leurs rouleaux tandis qu’ils surveillent à la porte du ciel.Ce que je prends de leurs mains, je l’apporte devant le Seigneur Tout-puissant qui écrit leur nom dans le livre des vivants. Les anges de l’ac-cusateur qui est sur terre écrivent tous les péchés des hommes tandis qu’ils sont assis à la porte du ciel.Ils les disent à l’accusateur qui les écrit sur son rouleau afin de les accuser lorsqu’ils sortiront du monde jusqu’ici.

Tandis que je marchai avec l’ange du Seigneur, je vis devant moi un endroit où entraient des milliers de milliers, des my-riades de myriades d’anges à la face de léopard, ayant de longues dents pointues hors de leur bouche comme les sangliers, les yeux mêlés de sang, les cheveux déliés comme ceux des femmes, avec de brûlants fouets dans leurs mains.J’eus peur et dis à l’ange qui marchait avec moi :

—      Qui sont-ils ?

—    Ce sont les servants de toute la création qui viennent vers les âmes humaines sans-Dieu pour les prendre et les placer à cet endroit. Ils passent trois jours dans les airs avant de les amener à être rejetés au châtiment éternel.

—      Je te supplie Seigneur, ne leur donne aucune autorité de venir vers moi.…

—    Ne crains pas. Je ne les laisserais pas venir vers toi car tu es pur devant le Seigneur. Je ne les laisserais pas venir vers toi, dit l’ange. Le Seigneur Tout-puissant m’envoie vers toi parce que tu es pur devant lui.

J’allai avec l’ange du Seigneur quand j’aperçus des portes devant moi. L'éclat de feu de ces portes se projetait sur cinquante stades devant moi. En les approchant je découvris qu’elles étaient de bronze, les boulons étaient en bronze et la barre en fer. Elles s’ouvrirent devant l’ange quand il les toucha et j’entrai avec lui. Je trouvai une belle ville entièrement carrée, et marchant en son centre, l’ange du Seigneur se transforma à cet endroit près de moi. Ma bouche fut bée. Je revins, et en marchant je vis une grande mer, pensant que c’était une mer d’eau, mais elle était totalement de feu, aux vagues brûlantes de soufre et de bitume, et projetait beaucoup de flammes. Lorsque je vis qu’elles commençaient à s’approcher de moi, je pensai que le Seigneur Tout-puissant vint me visiter et je tombai sur ma face afin de le vénérer. J’eus très peur et le suppliai de me sauver de cette détresse en criant :

—      Élohé Seigneur, Adonai sabaot, Je te supplie de me sauver de cette détresse qui est tombée sur moi.

En me relevant, debout devant moi je vis un grand ange avec une chevelure comme celle d'un lion, déliée comme celle des femmes, les dents hors de sa bouche comme un ours, et au corps de serpent. Il voulait m’avaler. J’eus si peur que tous les membres du corps me lâchèrent et je tombai sur ma face, incapable de me tenir. Je priai le Tout-puissant Seigneur :

—      Sauve-moi de cette détresse, toi qui sauvas Israel de la main de Pharoh d’Égypte ! Toi qui sauva Susanna des mains injustes des anciens ! Toi qui sauvas Shadrach, Meshach et Abednégo, ces trois saints, des flammes du feu de la fournaise. Je te supplie de me sauver de la détresse !

En me relevant, debout devant moi je vis un grand ange dont le visage brillait comme les rayons du soleil de sa gloire, le visage parfait de sa gloire. Il avait autour de la poitrine une ceinture d’or et ses pieds étaient de bronze mêlé de feu. Je me réjouis en le voyant, pensant que le Seigneur Tout-puissant vint me visiter et tombai sur ma face et le vénérai. Il dit :

—    Prends garde de ne pas vénérer, car je ne suis pas le Seigneur Tout-puissant. Je suis Remeiel, le grand ange qui est au-dessus du shéol et de l’abysse, dans lesquels toutes les âmes sont prisonnières depuis le déluge qui vint sur terre jusqu’à ce jour.

—      Quel est ce lieu où je suis venu ? Demandai-je.

—    C’est le shéol, dit-il.

—      Qui est le grand ange qui était là que j’ai vu ?

—    C’est lui qui accuse les hommes en présence du Seigneur, dit-il.

J'aperçus un rouleau dans sa main qu’il commença à dérouler. Dès qu'il fut déroulé, je le lus, et trouvai écrit dans ma langue tous les péchés que j’avais faits à ce jour.Ces fautes étaient écrites sur ce rouleau : n’avoir pas été visiter un orphelin - la faute était écrite sur mon rouleau ; n’avoir pas jeûner et prier au moment de la prière - la faute était écrite sur mon rouleau ; ne m’être pas tourné vers les fils d’Israel - car c’est une faute qui était inscrite sur mon rouleau.             
Je me jetai sur ma face et priai le Seigneur Tout-puissant :

—      Que ta miséricorde m’atteigne et que tu effaces mon rouleau. Car ta miséricorde survient à tout endroit et remplit tout.

En me relevant, debout près de moi je vis un grand ange qui me dit :

—    Le triomphe prévaut. Tu as dominé et triomphé l’accusateur.Tu es remonté du shéol et de l’abysse. Tu as maintenant traversé les passages croisés.

Un autre rouleau fut apporté de nouveau et il commença à le dérouler. Je le lus et trouvai écrit dans ma langue.
(Deux pages manquent, probablement les bonnes actions du prophète.)

Ils m’aidèrent à me placer sur ce bateau. Des milliers de milliers, et myriades de myriades d’anges proclamaient des louanges devant moi. Je revêtus un vêtement d’ange et me joins à la prière de tous ces anges. Je connaissais la langue avec laquelle ils parlaient. Mes fils, voici maintenant l’épreuve où le bien et le mal sont pesés sur une balance. Un grand ange vint avec une trompette d’or dans sa main. Il en souffla trois fois par-dessus ma tête et dit :

—    Sois courageux comme celui dont la domination triomphe, comme celui qui a dominé. Tu as triomphé sur l’accusateur, car tu t’es échappé du shéol et de l’abysse. Tu as traversé les passages croisés, car ton nom est écrit dans le livre des vivants.

Je voulus le serrer mais incapable - car grande est la gloire du grand ange. Il courut vers tous les justes nommés Abraham, Isaac, Jacob, Henoc, Élijah, David - et parla avec eux, conversant l’un avec l’autre d’ami à ami. Le grand ange à la trompette d’or en main vint vers moi et souffla jusqu’au ciel. Le ciel s’ouvrit du nord au sud là où le soleil se couche. Je vis la mer que j’avais vue au fond du shéol, ses vagues montèrent jusqu’aux nuages et toutes les âmes s’y noyèrent.

—      Qui sont-ils ? Dis-je en apercevant certains avec des chaînes aux pieds et aux mains, et les mains liées au cou.

—    Ce sont ceux qui se sont vendus en recevant or et argent pour perdre les âmes des humains, me dit-il.

—      J'en aperçus d’autres recouverts d'une couche de feu, et dis :

—      Qui sont ceux-là ?

—    Ce sont ceux qui ont prêté de l’argent à intérêt et qui ont reçu intérêt sur intérêt.

Je fus frappé d’admiration à la vue de toutes ces oeuvres de Dieu. En apercevant certains aveugles se lamenter, je dis :

—      Qui sont ceux-là ?

—    Ce sont ceux qui ont entendu la parole de Dieu mais ne furent pas parfaits dans le travail qu’ils ont entendu.

—      N’y-a-t-il pas de repentance ici ?

—    Non, dit-il.

—      Pendant combien de temps ?

—    Jusqu’au jour du jugement du Seigneur, dit-il.

—      Il y a des gens avec une barbe dans ce lieu ? Dis-je quand je les aperçus.

—    Le Seigneur laisse la barbe à leur corps tel qu'il veut.

J’aperçus les multitudes emmenées là, qui poussaient des hurlements. Tous ceux qui les virent dans ces tourments supplièrent ainsi :

—      Seigneur Tout-puissant, nous te supplions pour la cause de ceux dans tous ces tourments: aies pitié d’eux !

Je dis à l’ange qui parlait avec moi :

—      Qui sont-ils ?

—    Ceux qui supplient le Seigneur sont Abraham, Isaac et Jacob. Chaque jour à une certaine heure ils viennent avec le grand ange qui sonne la trompette au ciel et avec un autre qui sonne sur terre. Et lorsque tous les justes entendent le son, ils viennent chaque jour en courant prier le Seigneur Tout-puissant pour la cause de tous ceux dans ces tourments.

Le grand ange à la trompette d’or à la main vint de nouveau, et lorsqu'il souffla sur terre, cela s'entendit du lever du soleil à son couchant et du nord au sud. Il souffla encore vers le ciel et le son écho se fit entendre.

—      Seigneur, pourquoi ne pas m’avoir laissé jusqu’à ce que je voie tout ?

—    Je n’ai pas autorité de te les montrer avant que se lève la colère du Seigneur Tout-puissant pour détruir les cieux et la terre. Toute chair qui le verra sera perturbée et ils se lamenteront. Ce qui t’est attribué, nous te le donnerons au jour du Seigneur, dit-il. Qui se tiendra en sa présence quand il relèvera la terre dans sa colère ?!

···

Les voix du Purgatoire

Iehvah fait mourir et vivre, il fait descendre et remonter du shéol. 

Frère padre Pio [1887–1968, Italie]

Une nuit, alors que frère Pio était en train de prier, un vieillard entra dans la pièce et s’assit à côté de lui.Il le regarda, ne comprenant pas comment il était entré dans le monastère à cette heure-là. Il lui demanda qui il était et ce qu’il voulait. Frère Pio, je suis Pietro di Mauro, surnommé Précoco. Je suis mort dans un incendie le 18 septembre 1908 dans la chambre 4 de ce monastère. Je suis encore au purgatoire et j’ai besoin d’une messe pour libérer mon âme. Dieu m’a donné la permission de venir vous voir et vous demander des prières. Après l’avoir entendu, frère Pio répondit : Soyez sûr que demain je vais célébrer une messe pour votre délivrance.

Un jour, un des moines vit frère Pio partir brusquement en se mettant à parler comme s’il discutait avec quelqu’un. Les moines crurent que frère Pio était devenu fou et lui demandèrent avec qui il parlait.  Ne vous inquiétez pas, j’étais en train de discuter avec certaines âmes qui passaient du purgatoire au ciel. Elles se sont arrêtées ici pour me remercier de m’être souvenu d’elles dans ma messe de ce matin. Beaucoup d’âmes du purgatoire grimpent cette montagne pour venir entendre mes messes et chercher mes prières. Et qui veut éviter le purgatoire doit accepter tout ce qui vient de la main de Dieu en lui offrant tout avec amour et remerciement. Cela permet de passer de notre lit de mort au ciel. 

Maria Simma [1915–2004, Autriche]

Maria Simma était une paysanne d’Autriche, son père et sa mère, humbles catholiques, avaient une foi simple mais très dévouée envers Dieu. Dès l’âge de 7 ans, Maria fut appelée à aider les autres à travers ses prières et ses sacrifices par une vie pieuse. Depuis qu’elle se dévoua aux autres, (encouragée par le curé de la paroisse), Maria fut fréquemment visitée par des âmes, (dont un prêtre qui vivait en l’an 555). Maria décéda à l’âge de 89 ans.

Le purgatoire : Il y a trois grands niveaux au purgatoire. Les âmes qui viennent me visiter sont celles à qui il manque peu de chose pour accéder au ciel. Je crois ne rencontrer que les âmes dans les niveaux les plus élevés du purgatoire, (d’après ce que j’ai vu dans un journal tenu par une princesse allemande des années 1920). Tout en bas, satan peut attaquer les âmes.Les âmes au niveau inférieur doivent expier leurs péchés d’abord, avant que nos prières et bonnes actions leur soient profitables. Une partie des souffrances de ces niveaux est de continuer à subir les attaques de satan. Mais il ne peut plus le faire aux niveaux supérieurs.

Les âmes : La première fois qu’elle eut la visite d’une âme c’était en 1940 autour de 3 heures du matin. Elle entendit quelqu’un entrer dans sa chambre. Cela la réveilla et elle regarda qui pouvait bien être entré.Elle vit un étranger marcher, allant et venant lentement. Bien qu’elle lui ait dit de partir de sa chambre, il ne cessait de marcher comme s’il n’entendait pas. Elle sauta du lit pour l’attraper mais il n’y avait rien que de l’air (elle se demandait comment elle voyait cet homme sans pouvoir s'en saisir). Elle se leva encore pour l'arrêter de marcher mais il n’y avait que du vide. Le lendemain, après la messe, elle en parla à son directeur spirituel qui lui dit de ne pas demander qui il était mais plutôt ce qu’il voulait. La nuit suivante, elle lui demanda alors ce qu’il voulait. Et l’homme répondit : Faites célébrer trois messes pour moi et je serais délivré.  Elle comprit alors que c’était une âme du purgatoire. Son directeur spirituel lui conseilla de ne pas se détourner des âmes qui souffraient et d’accepter ce qu’elles demandaient avec coeur. Maria a eu des visites durant plusieurs années. Dans la majorité des cas, ils lui demandaient de célébrer des messes, de réciter le rosaire, et les stations de la croix.

 Le purgatoire, dit Maria, est le temps imposé par nos impuretés face à Dieu. Une blessure d’amour qui provoque une intense souffrance d’attendre pour l’amour. Cette brûlure est précisément cette attente qui purifie ce qui est encore impure en nous et retarde notre union avec Dieu. Marie vient souvent les consoler et leur dire ce qu’ils ont fait de bien pour les encourager, particulièrement au jour de Noel, au jour des saints (toussaint), le vendredi saint de pâques, à l’assomption de Marie (montée au ciel) et à l’ascension de Jésus. Les fautes qui mènent le plus souvent au purgatoire sont ceux contre la charité, contre l’amour de son prochain, la dureté du coeur, l’hostilité, la diffamation calomnieuse. Dire des calomnies et des mauvaises choses sont parmi les pires imperfections qui requiè-rent de plus longues purifications. Dans les autres fautes contre la charité il y a aussi le rejet des gens que nous n’aimons pas, le refusde faire la paix et de pardonner, et toutes les choses amères que nous gardons à l’intérieur.

Maria a mentionné cette femme qui, à sa mort, alla dans le purgatoire le plus terrible et aux souffran-ces les plus atroces. Elle dit à Maria qu’une grande antipathie s’était mise entre son amie et elle. Elle garda cela ainsi pendant des années et jusqu’à son lit de mort bien que son amie avait demandé de faire la paix à plusieurs reprises. Mais chaque fois elle avait refusé la réconciliation. Il y avait aussi cette mère de quatre enfants qui, au moment de mourir, au lieu de se rebeller d’inquiétude, dit au Seigneur :  J’accepte la mort si c’est ta volonté.Je remets ma vie entre tes mains et te confie mes fils. Je sais que tu prendras soin d’eux. Grâce à sa confiance envers Dieu, elle évita le purgatoire et alla directement au ciel.

Une nuit, un homme apparut à Maria, et après lui avoir dit ce qu’il lui fallait pour être délivré, il dit :  Est-ce que vous me reconnaissez ? À dix-sept ans (en 1932) alors qu'il voyageait dans le même train que Maria, il a violemment critiqué l’église et la religion. Maria lui dit que ce n’était pas bien d'attaquer les choses saintes. Et lorsqu'il a quitté le wagon, elle a simplement fait cette prière à voix basse : Mon Dieu, ne laissez pas cette âme se perdre…Il dit que cette simple prière l’avait empêché de se perdre. La plus grande chance d’aller directement au ciel, dit Maria, est d'avoir bon coeur envers tous.

============

 


 LES ESSÉNIENS | Apocalypse des esséniens - Book of Revelation of the Essene

Les anges de l’air le porteront et tous les yeux le verront. Vraiment, l’assemblée des frères et la vaste assemblée des frères de la terre élèveront leur voix comme un seul pour chanter à sa cause.

—    Je suis l’aleph et le tav , premier et dernier ani richon vehet-aharonim de ce qui était, de ce qui est, de ce qui vient, me dit la voix.Isaiah 41:4

Je me tournai vers la voix qui emplissait l’air comme des eaux vives et vit sept bougies dorées, et au milieu de leur lumière flamboyante, j’aperçus un fils d’homme habillé d’une blancheur de neige, avec sept étoiles dans ses mains. Lorsqu'il parlait sa face éclairait d’une brûlante lumière dorée comme mille soleils.

—    Ne crains pas. Je suis premier et dernier, le commencement et la fin. Écris ce que tu as vu :
― ceux qui sont et ceux qui viennent ensuite ;
― le mystère des sept étoiles qui remplissent mes mains ;      
― les sept bougies dorées étincelantes de lumière d’éternité.  

Les sept étoiles sont les anges célestes du Père. Les sept bougies sont les anges terrestres de Mère.

[voir l'Évangile de Thomas, # 101: Ma mère est la vérité qui me donna vie. Et l'Apocalypse de Jean : La nouvelle Jérusalem.]

Je suis l’Esprit en l’homme, la flamme qui éclaire la lumière d’étoile et la louange de la bougie, un pont de lumière sacrée entre ciel et terre.

Celui qui te parle tient les sept étoiles dans ses mains et marche dans les flammes des sept bougies dorées. Que celui qui a une oreille entende ce que l’Esprit dit à celui qui vaincra : Je lui permettrais de manger de l’arbre de vie au centre du jardin de Dieu.

Ensuite, je vis une porte ouverte au ciel et une voix qui résonnait de tous côtés comme une trompette, qui me dit :

—    Viens ici que je te montre la suite !

Je fus immédiatement en esprit au seuil de la porte. En entrant il y avait une mer flamboyante de lumière, et au centre un trône d’émeraude entouré d’un arc-en-ciel. Assis sur le trône, je vis quelqu’un ayant la face cachée, entouré de treize sièges où étaient assis treize anciens vêtus d’habits blancs, les visages cachés par des nuées de lumière. La mer de cristal de verre qui était devant le trône reflétait les montagnes et les vallées avec toutes les créatures qui vivent sur la terre. Devant le trône étaient sept étoiles célestes de feu brûlant - du Père céleste, et sept lampes de feu brûlant - de Mère terrestre. Les treize anciens s’inclinèrent à la splendeur de celui à la face cachée assis sur le trône. Des rivières de lumière s'écoulèrent de leurs mains de l'un envers l’autre et ils s’écrièrent :

—      Saint, saint, saint Seigneur Dieu Tout-puissant, qui étais, qui es et qui viens ! Seigneur, tu es digne de recevoir l'honneur et la gloire des pouvoirs pour avoir tout créé !

J’aperçus un livre à la droite de celui assis sur le trône, écrit dedans et dehors et scellé de sept sceaux. Je pleurai d'être incapable d’ouvrir le livre et lire ce qui était écrit. L'un des anciens me dit :

—      Ne pleure pas, prend le livre dans ta main.

Dès que je touchai le livre de mes mains, la couverture s’ouvrit et j’aperçus par mes yeux, sur les pages dorées, le secret des sept sceaux. Et autour du trône j'aperçus dix mille fois dix mille, des milliers de milliers d’anges, et j’entendis leur voix dire d’une seule voix tous ensemble :

—      À celui qui révèle le secret des secrets, à lui toute la gloire pour la sagesse, la force et le pouvoir, pour toujours et à jamais !

Des tourbillons de lumière d'or jaillirent de mes mains comme un pont de feu vers les mains des treize anciens et vers les pieds de celui à la face cachée sur le trône.

Quand j’ouvris le 1er sceau, j’aperçus l’ange de l’air s’agenouiller pour impartir les vents de sagesse à l’homme qui l’inspira : et le souffle de vie jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais dès que l'homme expira, le ciel devint sombre, l’air pur devint puant, et des nuages d'infectes fumées flottèrent sur toute la surface de la terre. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 2e sceau, j’aperçus l’ange de l’eau s’agenouiller pour impartir la mer d’amour à l’homme, pour entrer dans les eaux brillantes de clarté : et l’eau de vie jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais dès que l'homme toucha l’eau, les courants d’eau claire furent assombris, les eaux cristallines devinrent collantes comme de la boue, les poissons sans souffle s’étendirent dans la noire saleté et toutes les créatures moururent de soif. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 3e sceau, j’aperçus l’ange du soleil s’agenouiller pour impartir les feux du pouvoir à l’homme, pour entrer dans le coeur de l’homme avec la force du soleil : et la lumière de vie jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais dès que l'homme prit le pouvoir, il fit de lui un faux soleil qui répandit des feux destructeurs, laissant se calciner les os de ses frères et brûlant les forêts, jetant les déchets dans les vertes vallées. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 4e sceau, j’aperçus l’ange de la joie s’agenouiller pour impartir le chant de paix à l’homme, pour entrer dans l’âme de l’homme comme une musique joyeuse de paix : et le chant de vie jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais l'homme n’entendit que tristesse, il se détourna brusquement par discorde et leva son épée contre les chefs des chantres pour les faire taire. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 5e sceau, j’aperçus l’ange de vie s’agenouiller pour impartir le don de création à l’homme : et l’alliance bénie entre Dieu et l’homme jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais l’homme créa une faucille de fer de la forme d’un serpent et recueillit une moisson de famine et de mort. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 6e sceau, j’aperçus l’ange de la terre s’agenouiller pour impartir le secret d’éternité à l’homme, à qui il fut dit d’ouvrir ses yeux pour voir le secret de l’arbre de vie dans la mer sans fin : et la rivière de vie éternelle jaillit de la bouche de l’ange sur la terre. Mais l’homme leva sa main et ferma ses yeux en disant : Il n’y a pas d’éternité. Je détournai ma face de honte.

Quand j’ouvris le 7e sceau, j’aperçus l’ange de Mère terrestre apporter du trône du Père céleste unmessage éclatant de lumière à l’homme. Comme ce message n’était seulement pour que l’homme l’entende, celui qui marche entre le ciel et la terre murmura le message de lumière à son oreille. Mais il n’écouta pas. Je ne détournai pas ma face, mais voici, je tendis la main vers les ailes de l’ange et tournai ma voix vers le ciel, disant :

—      Dites-moi le message, que je puisse manger du fruit de l’arbre de vie qui pousse dans la mer de l’éternité.

L’ange me regarda avec grande tristesse et un silence se fit au ciel. J’entendis alors la voix résonnant comme une trompette qui dit :

—    Homme ! Peux-tu voir le mal que tu fais lorsque tu détournes ta face loin du trône de Dieu ? Lorsque tu n’utilises pas les dons des sept anges de Mère terrestre et des sept anges de Père céleste ?

Une douleur terrible me saisit en ressentant en moi les âmes de ceux qui avaient été aveuglés par leur propre chair pour ne voir que leur désir déviance.

J’aperçus les sept anges qui se tiennent devant Dieu, à qui fut donné sept trompettes. Un autre ange vint se tenir à l’autel d'or avec un encensoir d'or, à qui il fut donné autant d’encens que toutes les prières d’anges, à offrir sur l’autel en face du trône, par la main de cet ange.

Lorsque le parfum des encens monta devant Dieu, cet ange remplit l’encensoir d'or de la flamme de l’autel d'or et le projeta sur la terre. Il y eut des voix de tonnerre, des tremblements de terre et des éclairs, puis les sept anges qui avaient les sept trompettes se préparèrent à sonner.

Au 1er son de l’ange, de la grêle mêlée de sang fut jetée sur la terre et les arbres des forêts vertes furent brûlés avec toutes herbes vertes et réduits en cendres.

Au 2e son de l’ange, une grande montagne brûlante de feu fut jetée dans la mer et le sang s'éleva comme une vapeur de la terre.

Au 4e son de l’ange, il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir et la lune en sang.

Au 5e son de l’ange, les étoiles du ciel tombèrent sur la terre comme les figues d’un figuier secouées par un vent puissant.

Au 6e son de l’ange, les cieux partirent ensemble, roulé comme un rouleau, et la terre entière fut sans arbre, sans fleur, ni feuille. Mes pieds s’enlisèrent dans la boue molle et épaisse de sang d’aussi loin que l’oeil peut voir. Et le silence fut sur toute la terre.

Au 7e son de l’ange, je vis venir du ciel une puissance angélique vêtue d’une nuée, ayant un arc-en-ciel sur sa tête. Son visage était comme le soleil et ses jambes comme des piliers de feu. Il avait un livre ouvert dans sa main et plaça son pied droit sur la mer et le gauche sur la terre.

—    Homme ! Veux-tu que cette vision arrive ? Cria-t-il d’une voix merveilleuse.

—      Sache que je ferais tout pour que ces choses terribles n’arrivent pas lui, lui répondis-je.

—    En se détournant tout à fait des anges du Père céleste et de Mère terrestre, l’homme soumet lui-même son âme aux pouvoirs destructeur, ce qui implique sa propre destruction.

—      N’y-a-t-il pas d’espoir, brillant ange ?

—    Il y a toujours espoir pour toi pour qui ciel et terre furent créés, dit-il tandis qu’une éclatante lumière jaillit de ses mains comme une rivière.

L’ange qui se tenait sur la mer et sur la terre leva sa main vers le ciel et jura par Celui qui vit à jamais :

—    Par Celui qui a créé les cieux et tous ceux qui y sont, la terre et tous ceux qui y sont, la mer et tous ceux qui y sont, il n'y aura plus de temps aux jours de l’ange du 7e son. Lorsqu'il commencera à sonner, le mystère de Dieu sera révélé à ceux qui ont mangé de l’arbre de vie qui se tient dans la mer de l’éternité.

La voix me dit de nouveau :

—      Prends le livre de la main de l’ange qui se tient sur la mer et sur la terre.

J’allai vers l’ange et dit :

—      Donne-moi le livre car je mangerai de l’arbre de vie qui se tient au centre de la mer de l’éternité.

Lorsque l’ange me remit le livre, je l’ouvris et lus ce qui a toujours été, ce qui était, et ce qui viendra. Je vis qu’une grande destruction prévaudrait sur la terre, destruction qui engloutira tout son peuple dans des océans de sang.

Je vis aussi le pardon sans fin du Tout-puissant, l’éternité de l’humanité, les âmes des hommes comme des pages blanches d’un livre préparées pour un nouveau chant à inscrire pour toujours. Je levai ma face vers les sept anges de Mère terrestre et les sept anges de Père céleste et prononçai l’hymne d’action de grâce :

—      Je te remercie Père céleste de m’avoir placé à la source d’eau vive ! Source de vie dans une terre de sécheresse ! Eau merveilleuse du Jardin éternel de l’arbre de vie ! Mystère des mystères des branches qui poussent du plant de l’éternité dont les racines baignent dans le courant de la source de vie éternelle du Père céleste ! Dont les fruits sont gardés jour et nuit, dans chaque direction, par les anges illuminés par les flammes de lumière éternelle.

La voix dit de nouveau - mais alors mes yeux furent de nouveau retirés du royaume des splendeurs de lumière :

—    Écoute homme ! Tu peux marcher dans la voie juste en marchant dans la présence des anges. Tu peux chanter sur la Mère terrestre de jour et sur le Père céleste de nuit, étant voyageur à travers le courant d’or de la loi. Mais laisseras-tu tes frères plonger à travers l’abysse béant de sang alors que la terre ruinée gémit de souffrance et tremblante sous ses chaînes de pierre ? Peux-tu boire à la coupe de vie éternelle quand tes frères meurent de soif ?

Mon coeur se remplit de pitié. Mes yeux furent de nouveau retirés du royaume des splendeurs de lumière.Je regardai et voici qu’une grande merveille parut dans le ciel. Une femme habillée du soleil, la lune à ses pieds, sur la tête un diadème de sept étoiles. Je connus qu’elleétait la source des eaux vives et mère des forêts. Tandis que j’étais debout sur le rivage, j’aperçus une bête sortir de la mer,le corps couvert de pierres noires enfumées, une haleine puante sortait de son nez. Les eaux se transformèrent en fosse de boue lorsqu’il sortit de la mer.

Et la femme habillée du soleil offrit ses bras à la bête. La bête s’approcha et l’étreignit. Voici, ses bras de pierre l’écrasèrent et brisèrent son dos, sa peau de perle se dessécha sous la puanteur de son souffle et elle se noya dans la fosse de boue avec des larmes de sang. De la bouche de la bête jaillirent des armées d’hommes qui frappèrent d'une colère terrible. Ils se battaient les uns contre les autres avec des épées, se coupant leurs propres membres et arrachant leurs propres yeux, jusqu'à ce qu’ils crient dans les douleurs de l’agonie dans la fosse de boue.

Je mis le pied au bord de la fosse et tendis en bas ma main. Je pouvais voir tourner le tourbillon de sang et les hommes pris dedans comme des mouches dans une toile. Je criai très fort :

—      Prenez ma main, frère. Jetez vos épées ! Par celle qui vous a donné naissanceet par celui qui vous a donné héritage à travers vos jours : abandonnez les profanations à vendre et acheter, à chasser et tuer. Celui qui conduit en captivité ira en captivité, celui qui tue par l’épée sera tué par l’épée.      
Les marchands de la terre se lamenteront et pleureront, car plus personne n’achètera leurs marchandises d’or et d’argent, de pierres précieuses et de perles, de fin lin et soie teinte de pourpre violet, marbre, troupeaux de moutons, chevaux de chars, et âmes humaines d'esclave. Toutes ces choses à vendre et acheter seront enfouies dans une mer de sang parce que vous vous êtes détournés de votre Père et Mère pour célébrer la bête qui se construit un jardin de pierre. Jetez vos épées, mes frères, et prenez ma main !

Lorsque vos mains se joignirent en prière, je vis à distance une grande ville brillante de la blancheur d’albâtre éclatante dans l’horizon lointain.

Il y eut des bruits de tonnerres et d’éclairs et un puissant tremblement de terre immense comme il n’en a jamais eu depuis que les hommes sont sur la terre. La grande ville fut divisée en trois parts et les villes des nations tombèrent. La grande ville revint en mémoire devant Dieu pour lui donner la coupe de son ardente colère, et toutes les îles s’enfuirent, les montagnes ne furent plus trouvées, une grande tempête de grêle céleste du poids d’un talent chacune tomba sur les hommes. Une puissance angélique prit une grande pierre comme celle d’une meule et la jeta dans la mer, disant :

—    La grande ville sera renversée avec violence, car vos marchants - ces grands hommes de la terre - ont trompé toutes les nations par leurs sortilèges et le sang des prophètes et des saints et tous ceux assassinés sur terre a été trouvé en elle. La voix du harpiste et de ses musiciens ne sera plus trouvée, les airs de flûte et trompette ne seront plus entendus. Toute l’artisanerie des artisans ne sera plus trouvée. Le bruit de la meule ne sera plus entendu, la lueur de la bougie n’éclairera plus, les voix de la fiancée et du fiancé ne seront plus entendues en toi.

Mes frères saisirent ma main et luttèrent jusqu'à sortir de la boue. Ils se tinrent nus sur le sable du bord de la mer. Et Quand la pluie les inonda, les cieux s’ouvrirent, et une voix - comme celle de plusieurs eaux et du grand tonnerre - se fit entendre du ciel et des harpistes jouèrent de leurs harpes. J’entendis le nouveau chant qu’ils jouaient face au trône. À travers le ciel, je vis un ange voler, ayant avec lui les chants du jour et la nuit, et l’évangile de l’éternité à annoncer à ceux qui habitent sur la terre. Et ceux qui avaient remonté la fosse de boue et se tenaient nus furent inondés par la pluie devant le trône. Et cet ange s’écria :

—    Crains Dieu, donne-lui gloire ! Vénère Celui qui a fait ciel et terre, la mer et les fontaines d’eaux, car l’heure de son jugement est venue.

À l’ouverture du ciel je vis un cheval blanc appelé Foi et celui qui s’y assit juge avec justice, car ses yeux sont de flamme et sur sa tête sont plusieurs couronnes, il est revêtu de lumière éclatante et ses pieds sont découverts. Son nom est la Parole de Dieu et la sainte assemblée des frères vêtus de fin lin blanc le suivent sur des chevaux blancs et entrent dans l’infini Jardin de l’éternité au centre duquel est l’arbre de vie.

Devant eux des multitudes dénudées que la pluie a inondé vinrent, tremblants recevoir leur jugement. Leurs péchés étaient nombreux, car ils avaient souillé la terre, oui ils avaient détruit les créatures de la terre et de l’eau, empoisonné le sol et souillé l’air, et enterré vivant la Mère la vérité (sainte Jérusalem) qui leur avait donné naissance. Mais je ne vis pas ce qui leur arriva car ma vision changea.

Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre. Le premier ciel et la première terre disparurent et n’étaient plus. La sainte ville de l’assemblée des frères de Dieu descendit du ciel préparée comme une fiancée habillée pour son mari. J’entendis du ciel une voix forte qui dit :

—    Voici, la montagne de la maison du Seigneur est établie sur la hauteur des montagnes, exaltée au-dessus des collines. Tous les peuples afflueront vers elle en disant : Venez et allons à la montagne de la maison du Seigneur, car Dieu nous enseignera ses voies et nous marcherons dans ses voies ! La loi viendra de la sainte assemblée des frères, voici, le tabernacle de Dieu est avec les humains. Il habitera avec eux, ils seront son peuple, Dieu lui-même sera avec eux, il sera leur Dieu. Il n’y aura plus de mortalité, ni chagrin, ni pleur, ni douleur, car Dieu essuiera toutes larmes de leurs yeux. Les anciennes choses auront entièrement disparu. Les épées des guerriers seront transformées en charrue, leurs lances en hameçons ; une nation n’utilisera pas d’arme contre une nation et ils n’apprendront plus la guerre. Car les anciennes choses seront du passé.

Il dit encore :

—    Voici je ferai toutes choses nouvelles. Je suis l’aleph et le tav, le commencement et la fin. Je donnerai l’eau de vie à celui qui a soif pour en boire autant qu’il veut. Celui qui vaincra héritera de toutes choses, je serai son Dieu et il sera mon fils. Mais les anxieux incroyants, les meurtriers sans pitié, et les menteurs, creuseront leur propre tombe et seront brûlés dans le sulfure du feu.

Ma vision changea encore et j’entendis les voix de la sainte assemblée des frères s’élever dans un chant :

—      Venez et marchons dans la lumière de la loi !

J’aperçus la sainte ville et les frères afflués vers elle. La ville n’a pas besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’éclaire. J’aperçus la rivière pure - l’eau de vie claire comme du cristal - sortir du trône de Dieu. Au milieu de la rivière se tient l’arbre de vie qui porte quatorze espèces de fruits et qui tend son fruit à ceux qui désirent en manger et dont les feuilles sont pour guérir les nations. Il n’y a pas de nuit ici, ni besoin de bougie, ni soleil, car le Seigneur leur donne la lumière pour qu'ils règnent pour toujours à jamais.

J’ai atteint la vision spirituelle par ton Esprit, j’ai entendu en moi ton merveilleux secret et ta pensée secrète fait jaillir en moi ta connaissance comme une fontaine qui déverse de puissantes eaux vives en un déluge d’amour, embrassant toute la sagesse de la splendeur de lumière éternelle !

============

 


PIERRE CÉPHAS | Apocalypse de Pierre - Apocalypse of Peter

Le seigneur Jésus leur dit. Beaucoup de prophètes déviants nabi halimqui enseignent des faussetés apportent la perdition et deviennent des fils de perdition. Dieu Iehvah jugera ces fils injustes. Et il viendra vers mes fidèles, ceux qui sont affligés dans leur âme par la faim et la soif, dans cette vie d’épreuves.

Alors que nous allions prier sur la montagne, nous les douze disciples sommes partis avec lui et lui avons demandé de nous montrer l’un de nos frères justes qui avait quitté le monde - pour voir quelle forme ils sont et prendre ainsi courage et donner courage à ceux qui nous écouteraient.

Tandis que nous étions en train de prier, deux hommes apparurent soudainement devant le seigneur. Nous étions incapables de les regarder à cause des rayons de leur visage qui étaient comme le soleil et leur habit brillait comme nous n’avions jamais vu. Aucune bouche ne peut déclarer ni concevoir la si belle gloire dont ils étaient revêtus. Nous étions dans l’étonnement devant leur corps plus blanc que la neige, plus rouge que les roses, la rougeur mélangée à la blancheur. Leur chevelure bouclée et fleurie tombait sur leurs épaules comme des guirlandes de fleurs parfumées, variés comme l'arc-en-ciel du ciel. J’approchais du seigneur et dit :

—      Qui sont-ils ?

—    Ce sont vos justes frères que vous désiriez voir.

—      Où sont tous les justes ? Dans quelle sorte de monde sont-ils pour avoir une telle gloire ?

Le seigneur me montra une très vaste région hors de ce monde qui était d’une lumière extrêmement lumineuse, ensoleillée par des colonnes éclairées, dont la terre était remplie de plantes et d’épices qui produisait de soi-même des bourgeons et des fruits bénis avec des fleurs droites et incorruptibles dont le parfum parvenait jusqu'à nous. Les habitants de cette contrée étaient revêtus du vêtement des anges brillants. Leur vêtement ressemble à leur terre et à leurs anges qui courent autour d’eux. La gloire de ceux qui habitent là est égale pour tous d'entre eux dans cette contrée qui louangent de joie le Seigneur Dieu d’une même voix.

—    C’est le lieu de vos anciens les hommes justes, nous dit le seigneur.

À l’opposé de ce lieu, j’aperçus un autre lieu, un lieu de châtiment, très désagréable et sale, où les pénitents ont des vêtements qui ressemblent au lieu et aux anges qui les punissent. Il y a un immense lac de boue enflammé dans lequel sont les hommes qui ont rejeté la droiture avec les anges assignés à les tourmenter. Certains de ceux qui ont blasphémé contre les voies justes sont suspendus par leurs langues, et sous eux est un feu brûlant placé là pour les tourmenter.

Au-dessus de cette boue, les femmes sont suspendues par leur chevelure, ce sont celles qui se sont embellies pour l’adultère ; suspendus par leurs pieds, sont les hommes qui se sont joints à elles dans cet adultère. Leurs têtes cachées dans la boue, ils disaient :

—      Nous n’avons pas cru que nous viendrions dans cet endroit.

J’aperçus les meurtriers, et ceux avec qui ils se sont mis d’accord, se faire jeter dans un lieu étroit, rempli de mauvaises choses rampantes et de sombres vers placés sur eux. Dans ce tourment, tandis qu'ils étaient meurtris par les bêtes, les âmes de leurs victimes se tenaient debout et regardaient le tourment de leurs meurtriers en disant :

—      Ton jugement est juste, O Dieu !

À cet endroit navrant, dans un autre lieu étroit, j’aperçus un lac dans lequel se déversaient de puants déchets jusqu'à ceux qui étaient dans ce tourment.Des femmes y étaient assises jusqu’au cou, à côté de nombreux enfants non-nés en temps dû, assis en pleurant, qui frappaient les yeux de ces femmes avec des traits de feu pour avoir interrompue leur grossesse hors-mariage.

J’aperçus d’autres hommes et femmes à moitié brûlés, jetés dans un lieu sombre, fouettés par de mauvais esprits ; leurs entrailles étaient dévorées sans répit par des vers pour avoir persécutés les justes et les avoir accusés.

Près d’eux j’aperçus des hommes et des femmes se mordre les lèvres tourmentés au fer chauffé, placé sur leurs yeux pour avoir blasphémés et dit du mal contre la voie juste.

Près d’eux j’aperçus encore d’autres hommes et femmes se mordre la langue, une flamme de feu était placée dans leur bouche pour avoir été de faux témoins.

À une autre place j’aperçus des hommes et des femmes en haillons sales, tourmentés par une pointe de pierre aussi pointue que des épées, chauffée au feu qui roulait sur eux pour avoir eu confiance en leurs richesses, jusqu'à négliger les ordres de Dieu et sans miséricorde pour les veuves et les orphelins.

À une autre place j’aperçus des hommes et des femmes dans un immense lac plein de sang puant et de boue enflammée - debout jusqu’aux genoux - pour avoir demandé intérêt sur intérêt pour de l’argent prêté.

À une autre place des hommes et des femmes étaient tourmentés à se jeter d'un haut rocher vers un précipice et remonter encore et encore, forcés sans cesse par ceux qui leur sont assignés pour avoir souillés leur corps en se comportant comme les femmes, conjointement avec ces femmes qui ont couchés comme mari et femme.

À côté de ce rocher était un endroit remplie par un feu immense dans lequel étaient les hommes qui avaient fabriqué des images à la place de Dieu. Des femmes se fouettaient avec des chaînes devant ces idoles de mensonge, et près d’elles d’autres hommes et de femmes brûlaient avec les idoles dans cette boue.

Près d’eux d’autres hommes et de femmes qui se giflaient sans répit les uns les autres avec un fouet du feu du tourment. Près d’eux encore d’autres hommes et femmes qui brûlaient rôtis pour avoir abandonnés les voies de Dieu.

============

 


 JEAN  | Mystères de Jean - Mysteries of st John the divine

Ce sont les mystères que l’apôtre Jean, le chaste saint, apprit au ciel - dans la paix de Dieu - quand le sauveur se releva des morts et vint sur le mont des Oliviers. Il envoya des nuées ab dans tous les pays où les apôtres étaient pour les réunir sur le mont des Oliviers en présence du sauveur. Et Jean dit au sauveur :

—      Mon-seigneur, tu m’as dit : Tu as trouvé grâce devant moi, tu es mon bien-aimé. Aussi mon-seigneur, je désire que tu me prennes au ciel pour tout me montrer et que je sache.

—    Jean, questionne-moi pleinement et je ne te cacherais rien de ma part, répondit le sauveur. Lève-toi et prions vers le Père béni qui nous écoutera.

Le sauveur et les apôtres se levèrent, il pria une longue prière bénie et quand il eut donné l'amen, les cieux se déplacèrent d’un côté et de l’autre et s’ouvrirent l’un au-dessus de l’autre jusqu’au 7e ciel. Voici, toute la place brilla de la lumière éclatante d'un grand chérub venu du ciel qui projetait des traits de lumière hors de lui, dont le corps était entièrement couvert d’yeux.

Les apôtres tombèrent de peur sur le sol à en mourir mais le sauveur les pritpar la main pour les relever et ôta toute crainte d’eux en fortifiant leur coeur.

—      Maître, explique-moi l’ordre du chérub extrêmement terrible.

—    Écoute-moi, bien-aimé didi Jean, je te montrerais tout dit le sauveur. Les paroles du Père sont cachées dans le chérub kerub que tu vois depuis leur commencement jusqu’à leur accomplissement. Maintenant je vais le faire venir pour tout t’expliquer.

Le sauveur se tourna vers le chérub et lui dit :

—    Je te dis de prendre mon bien-aimé Jean au ciel et de lui expliquer toute question qu’il demandera.

Le chérub enleva Jean aussitôt sur son aile de lumière et le porta jusqu'au ciel. Arrivé à la première porte, les gardiens portiers ouvrirent la porte au chérub avec crainte et soumission. Moi Jean, je vis les grands mystères du premier ciel.

À l’intérieur de la très grande porte je vis douze hommes assis sur douze trônes de gloire de très grande dignité, et je dis au chérub :

—      Mon-seigneur, qui sont ceux qui sont assis dans une dignité si majestueuse ?

—    Ces douze hommes que tu vois sont les douze gouverneurs des mondes de lumière, dit le chérub. Chacun d’eux gouverne une année avec Michael et ordonner leurs opérations pour que la terre porte ses fruits tout pareillement.

—      Et quand une année de famine survient à un endroit ou à un autre ?

—    Je t’ai montré ce que tu demandais, dit le chérub.

—      Mon-seigneur, comment se fait-il que d'une année à l'autre l’eau soit rare - même s’il y a abondance, et que l’eau soit abondante - même s’il y a famine ?

—    Apprends que l’eau est sous les pieds du Père. L’eau s’élève quand le Père élève ses pieds.  Si les hommes agissent malhonnêtement devant Dieu au moment où il fait lever l’eau, il a coutume de rendre petit le fruit de la terre à cause de la faute des hommes. Mais si les hommes se gardent de faire le mal au moment où Dieu est sur le point d’accorder un peu d’abondance, le Père a coutume de bénir la terre pour porter fruit et que vienne l’abondance par la prière de Michael.   Si seulement les hommes connaissaient le moment où Michael prie que les eaux viennent sur la terre, ils se garderaient toujours de faire le mal. Michael prend avec lui douze fois dix mille anges qui se présentent au Père pour se jeter à ses pieds devant Lui ; ils ne se relèvent pas avant que Dieu envoie les eaux dans le monde.

—      J’ai entendu quelqu’un dire que Dieu créa les cieux et la terre après que Dieu ait créé les eaux dès le commencement.

—    Écoute, je vais t’informer sur tout. L’eau existait déjà avant que Dieu ait créé les cieux et la terre, mais personne, qui que ce soit, ne sait rien sur la création de l’eau que Dieu seul, me dit le chérub. Et pour cette raison, celui qui fait un faux serment par l’eau ne recevra pas de pardon, ainsi que celui qui fait un serment par le blé ; la même ordonnance s’applique pour l’eau et le blé.

—      Mon-seigneur, je désire que tu m’informes sur l’origine du blé avant qu'on cultive la terre, et me dire comment il fut trouvé par l’homme qui vit de cela.

—    Écoute, je vais t’informer sur tout, me dit le chérub. Quand Dieu créa Adam et le plaça dans le Jardin de joie, il lui donna cet ordre : Mange de tous les arbres du Jardin excepté l’arbre du savoir du bien et du mal, car tu mourrais le même jour que tu en mangeras. Le mauvais esprit était extrêmement jaloux contre Adam lorsqu’il vit la grande gloire alentour de lui, et les deux grands luminaires du soleil et de la lune venir honorer Adam avant leur levée sur terre. Le mauvais esprit vint et conseilla Adam et sa femme à mal faire, au point qu’ils furent expulsés du Jardin, et bannis dans la terre d’Eu-Eilat Elda où Adam vécut des craintes vitales.
 
Car Adam était dans le besoin de l’aliment dont il avait l’habitude de se nourrir dans le Jardin chaque jour. Dans l’incapacité d'en trouver, il cria vers le Seigneur dans les larmes et le coeur troublé, et le fils plein de grâce eut compassion de lui. Il agit envers lui comme un parrain et parla à son bon Père, Seigneur des anges et des esprits, et lui dit :    

— Voici, l’homme que nous avons créé à notre ressemblance est dans le besoin. Je suis triste à son sujet. Si c’est ta volonté mon Père, ne le laisse pas mourir devant ta face.  

Le Père de compassion répondit cette parole de sagesse à son fils bien-aimé :           

—Si la compassion te place en faveur l’homme que nous avons créé, qui rejette l’ordre derrière lui, va lui donner ton corps pour nourriture si tu es d’accord pour agir comme son défenseur.    

Le fils de bonté donna comme réponse à son Père :   

— Bénie est ta parole pour que je fasse comme tu dis !         

Le fils bien-aimé sortit de la présence de son bon Père et prit une part du côté droit de son corps divin, qu'il rompit en petits morceaux, et l'apporta à son saint Père.Son Père lui dit :

—Qu’est ceci ?  

— Ceci est mon corps comme tu m’as dit, répondit-il.
       
—Oui vraiment mon fils. Attends que je te donne une part de ma propre substance invisible.   

Son Père prit une part de son propre corps dont il fit une semence et apporta le sceau de lumière avec lequel il avait scellé les mondes de lumière, et scella la semence en son coeur. Il dit à son bien-aimé :

—Prends ceci. Donne-le à l’archange Michael pour qu’il le donne à Adam, et dise qu’Adam et ses fils vivront de cela. Que Michael lui enseigne comment le semer, le récolter, et l’amasser.       

Jésus appela Michael et lui dit : 
       
—Prends cela. Donne-le à Adam pour que lui et ses fils vivent de cela.      

Michael vint vers Adam qui était dans le Jourdain. C’était le huitième jour qu’il n’avait rien mangé et pleurait vers le Seigneur. Michael lui dit :         

— Paix sur toi ! Le Seigneur a entendu ta prière et t’envoie un grain de semence.
       
Quand Adam entendit de Michael ces paroles, son être retrouva sa force et il sortit de l’eau se jeter aux pieds de Michael. Michael lui remit la semence ayant le sceau de lumière et lui apprit comment le semer et le récolter, puis il retourna au ciel avec gloire. Ainsi l’eau, la semence de blé, et le trône du Père, sont au premier rang de même que le fils de Dieu.

Moi Jean j’aperçus ces choses et me réjouis de les entendre. Ensuite le chérub me souleva sur son aile de lumière pour me porter au 7e ciel où je vis se produire de grands miracles dans tous les rangs des anges :

—      Au 1er rang les séraphim ont des encensoirs d'or dans leurs mains et chantent l'alléluia.

—      Au 2e rang les anges ont dans leurs mains des verres d'or qu’ils remplissent de rosée et les déversent dans les champs. Michael les gouverne et assigne à chacun son travail.

J’aperçus autre grande et merveilleuse chose alors que je regardais tous les anges divisés en rang : le nom de Michael est écrit sur tous leurs vêtements et les anges disent toujours son nom.

—      Comment se fait-il que le nom de Michael soit écrit sur leurs vêtements et qu’ils le disent à haute voix ? Demandai-je au chérub.

—    Il n’est pas permis aux anges de venir sur la terre sauf si le nom de Michael est écrit sur ses vêtements. Ainsi, les esprits impurs ne les font pas dévier, répondit le chérub.

J’aperçus une immense fontaine d’eau aussi blanche que la neige et debout au-dessus un ange ayant les ailes dedans. La place autour de la fontaine était plantée d’arbres chargés de très gros fruits de différentes espèces. Cette fontaine était comme une mer et les arbres qui poussaient à côté sont d'une seule branche. Une autre merveille que j’aperçus là : la racine d’un arbre libère de l’eau dans la fontaine. Je dis au chérub :

—      Mon-seigneur, explique-moi l’utilité de cette fontaine d’eau blanche et l’ange debout au-dessus.

—    C’est la fontaine qui déverse la rosée sur la terre, dit le chérub.

—      Comment se fait-il que cet ange debout au-dessus a les ailes dans l’eau ?

—    Cet ange que tu vois, voici en quoi est son travail, dit le chérub. Chaque fois que la trompette sonne, il se lève secouer ses ailes pleines de rosée, et frappe les cieux qui s’ouvrent l’un après l’autre et leur apporte la rosée qui se déverse goutte à goutte sur la terre.

—      Comment les cieux s’ouvrent-ils l’un après l’autre pour que la lumière du jour passe à travers eux et venir dans le monde ?

—    Écoute, je vais tout t’expliquer, dit le chérub. Il y a sept trompettes assignées à la rosée qui sonnent juste avant que la rosée vienne sur la terre. Quand la 1e trompette sonne, la 2e et ainsi jusqu’à la 7e, la rosée suit le son des trompettes d’un ciel à l’autre. La 7e trompette revient à Michael. Tous les gouverneurs se retiennent lorsque Michael souffle sa trompette, car alors la rosée vient rapidement jusqu’à la terre pour faire grossir tous les fruits.

Alors que je m’émerveillais, j’aperçus à distance un autre ange en colère. Il vint se tenir près de la fontaine pleine de rosée rempli de colère contre les humains, et la place trembla dès qu’il arriva. Il se mit à pleurer et le sang coula, de ses yeux à la fontaine de rosée, et les cieux s’ouvrirent vers ce côté et de là partout.

J’aperçus un très puissant ange venir des cieux qu’ils désignaient par le nom de Michael. Il avait les reins ceints d’une ceinture d'or et dans sa main une éponge avec laquelle il essuya les larmes de l’ange en colère. Il amena l’ange au loin, disant :

—    Toi ange en colère, éloigne-toi de cette fontaine si tu souhaites apporter une famine sur terre.

—      Mon-seigneur, dis-je au chérub, montre-moi la raison de cet ange d’être en colère et du sang qui coule de ses yeux à la fontaine ?

—    Vois-tu l’ange en colère, il est l’ange de la famine, dit-il. Si Michael arrête d’essuyer les larmes qu’il verse et leur permet d’entrer dans la fontaine, la rosée qui tombe sur la terre viendrait à sa fin et des discordes et des maladies s’infiltreraient jusqu’à ce que la contrée soit frappée de famine. Voilà pourquoi quarante légions d’anges, chacune de dix mille anges, chantent des hymnes au-dessus de la rosée jusqu’à ce qu’elle vienne sur terre sans défaut à l’intérieur.

—      Mon-seigneur, je désire connaître la raison des chérubim de pleurer si fort au ciel, que tous les humains en tremblent sur la terre.

—    Vois-tu les anges placés sur ces grands vents enfermés dans leurs entrepôts ? Dès que la trompette sonne, les vents doux viennent souffler sur les ailes de l’ange au-dessus de la fontaine de rosée. L’ange secoue alors ses ailes pour que la rosée se déverse sur la terre et que les semences, les arbres, les cultures et les fruits grandissent sur terre. 
Si la trompette ne sonne pas, dit le chérub, alors un puissant bruit vient du ciel et l’eau de pluie vient en grandes quantités faire grandir les fruits sur la terre, et avec des pluies d'orages et de tonnerres pour effrayer les hommes. C’est le bruissement des ailes du séraph qui gouverne la pluie d'orage de descendre du firmament jusqu’à ce qu’elle tombe avec douceur sur terre. Car toutes les eaux sont dans le ciel des cieux. Et si le séraph ne descendait pas gouverner les pluies d'orage, elles viendraient avec violence sur la terre et dévasteraient la terre comme dans les eaux de Noah, avec les éclairs. Voici, j’ai mis au clair pour toi tous les mystères.

—      Mon-seigneur, quelles sont les ordonnances des heures de la nuit et du jour ?

—    Écoute ce que je vais te montrer, dit-il. Dieu a assigné à douze chérubim de chanter douze chants hors du voile sans forcer. Quand le 1e chérub a accompli son chant, la 1e heure du jour vient à sa fin. Quand le 2e chérub a accompli son chant, la 2e heure vient à sa fin, et ainsi jusqu’au 12e chérub. Les douze heures du jour finissent au 12e chérub.

—      Y-a-t-il des chérubim assignés aux douze heures de la nuit ?

—    Surement non. Ce sont les oiseaux et les poissons qui prient la nuit à partir de la 1e heure jusqu’à la 12e heure, car Dieu a assigné ces animaux pour placer une limite à ces heures.

—      Comment le soleil sait quand les douze heures sont complétées et aller à sa place se coucher et se lever ?

—    Quand les heures sont accomplies les anges soufflent les trompettes pour que Michael sache que le 12e chant est complété. Il dit alors à l’ange du soleil de mettre fin à sa course, dit le chérub.

—      Mon-seigneur, je désire connaître ce qui supporte le ciel et le garde suspendu ainsi.

—    Il est suspendu par l’ordonnance de la foi en Dieu, dit le chérub.

—      Qu’est-ce qui supporte la terre ?

—    Quatre piliers amudey scellés de sept sceaux chotam supportent la terre, dit le chérub.

—      Mon-seigneur, je désire que tu me montres ce qui supporte les quatre piliers.

—    Celui qui les a créés sait ce qui est approprié pour eux.

Le chérub m’emmena ensuite dans la terre de l'Est Qédem Il me plaça sur son aile de lumière et me porta à un endroit où le soleil se lève du côté de la fontaine qui fournit l’eau aux quatre rivières, Pishon, Tigre Hidéqel, Gihon, et Euphrate, J’aperçus le Jardin de joie rempli de toutes espèces d’arbres portant toutes sortes de fruits.

—      Mon-seigneur, je désire que tu me montres l’arbre qu'Adam a mangé et fut dénudé parce que Dieu était en colère contre lui, dis-je au chérub.

—    Ce que tu demandes fait partie des grands mystères. Je ne te cacheras rien, dit-il. Lève-toi, place-toi derrière moi, je vais tout t’expliquer et te montrer l’arbre qu’Adam a mangé.

Quand je me levai et le suivis, et marchai à travers le Jardin. Regardant alentour j’aperçus au centre du Jardin un arbre qui n’avait aucun fruit, ayant partout des épines, dont le tronc allait loin dans le sol. Je demandai au chérub :

—      Je désire connaître l’utilité de cet arbre n’ayant aucun fruit qui pousse et avec des épines.

—    C’est l’arbre qu’Adam a mangé et fut dénudé.

—      S’il n’y a aucun fruit, comment a-t-il trouvé de fruit ?

—    Il n’était pas sans fruit, une espèce de fruit y poussait, dit le chérub.

—      Quelle espèce de fruit était-ce ?

—    Une espèce de pomme.

—      Restera-t-il sans fruit ?

—    C’est l’ordre que Dieu lui a donné dès le commencement du péché.

Comme je m’émerveillai de ces choses, j’aperçus Adam à distance qui venait comme un homme, en se lamentant (depuis que Jésus l'avait ramené au Paradis). Il étendit son vêtement et y apportait ce qui était tombé sous l’arbre pour les enfouir dans le sol. Je dis au chérub :

—      Pourquoi Adam étend-t-il son vêtement pour y mettre les feuilles sèches tombées de l’arbre et les enterre-t-il dans le trou qu’il a creusé ?

—    Dans le temps l’arbre avait une douce senteur mais dès l’instant où l’esprit du mal entra dans le Jardin pour tromper Adam et sa femme Ève, il cessa d’avoir une senteur et ses feuilles sont tombées, dit le chérub. Adam a coutume de s’habiller de ces feuilles par contrition pour témoigner de ce qu’il a fait au jour du jugement.

—      Mon-seigneur, pour quelle raison l’esprit du mal est-il entré dans le Jardin et trompa Adam et Ève ? Car il n’a pu entrer à moins d’avoir été autorisé par Dieu, car rien n’arrive sans Dieu…

—    Quatre-vingt anges assignés sont dans le Jardin chaque jour, plus douze qui viennent ici pour adorer Dieu chaque jour. Au moment où l’esprit du mal entra dans le Jardin pour tromper Adam, il n’y avait pas du tout d’ange dans le Jardin. Car un accord avait pris place de rester en-dehors jusqu’à ce qu’Adam ait mangé de l’arbre.

—      S’ils se sont accordés de faire ça avec la permission de Dieu, alors le péché n’est pas sur Adam.

—    Pas du tout ! Si Adam avait patienté encore une courte période, Dieu lui aurait dit de manger de l’arbre. Dieu retira la droiture dont il était revêtu et le jeta hors du Jardin. Ainsi ce qu’il a dit s’accomplit, qu’il enverrait son fils dans le monde.

—      Mon-seigneur, quelle est l’habit de la droiture qu'Adam avait reçu de sa main ? Demandai-je.

—    Le jour que Dieu créa Adam, Adam reçut douze cubes de hauteur, six cubes de large, son cou était de trois cubes de longueur ; il était sans défaut comme la pierre d’albâtre, il n’avait ni froid l’hiver, ni chaud l’été, dit le chérub. Une fois qu’il avait mangé de l’arbre, il devint petit car la taille de son corps diminua, et la droiture dont il était revêtu s’enfuit, le laissant dénudé jusqu’aux bouts des ongles de ses doigts.

—      Mon-seigneur dis-je au chérub, au temps où Dieu créa Adam, a-t-il aussi créé Ève avec lui aux cieux ? D’un côté j’ai entendu que Dieu créa Adam et Ève au commencement, mais j’ai aussi entendu que Dieu amena un profond sommeil sur Adam et qu’il prit une côte de son côté pour faire une femme et mit de la chair à la place de la côte. Est-ce que le Tout-puissant créa deux corps ou il n’y en a qu’un ?

—    Écoute, dit le chérub, je vais tout t’expliquer. Au temps où Dieu créa Adam, il créa Ève dans un corps avec lui, car quand le Maître forma Adam, la pensée de Ève était avec lui. Et pour cette raison, d’un corps vint deux corps qu’il ne sépara pas l’un de l’autre immédiatement. Quand il apporta le sommeil sur Adam, Adam tomba de sommeil et dormit lourdement. Il sortit Ève hors de lui et elle devint sa femme. Elle était vraiment cachée dans la côte du côté gauche le jour où Dieu le créa.  Considère attentivement plutôt le signe qui est dans les fils d’Adam.

—      Mon-seigneur, quel est le signe qui est dans les fils d’Adam ?

—    Au moment où la glace est sur le point de venir sur la terre, les premières choses qui deviennent froides dans le corps de l’homme sont ses ongles. Aussi, au moment où Dieu retira la droiture dont Adam était revêtu, les ongles de ses doigts furent les premières choses qui devinrent froides. Il pleura alors et appela le Seigneur en disant :  Mon Seigneur, malheur à moi ! Au temps où je gardais l'ordre divin - avant que je mange de l’arbre - mes ongles étaient aussi blancs que mon corps entier.   Et pour cette raison, chaque fois qu’Adam considère ses ongles il a coutume de pleurer et d’en appeler à Dieu,comme Hézékiah Ézéchias avait coutume de pleurer tourné vers le mur lorsqu’il fut très malade.

—      Pourquoi ne regardait-il pas vers l’homme à la place ?

—    Je ferais tout manifeste pour toi, chaste loyal.  Dans le temps du roi Salomon, il avait contraint tous les démons de lui expliquer leurs sortes de mal avec les remèdes à utiliser pour guérir tout, ainsi que les divers herbages à utiliser pour soulager les douleurs des maladies. Salomon les avait écrits sur les murs de la Maison de Dieu pour que tout homme affligé de maladie - quelle qu'elle soit - ait coutume de venir au Temple regarder au mur pour trouver l'écrit du remède convenant à sa maladie, et retourner dans sa maison avec le remède, et rendre gloire à Dieu.

Après la mort du roi Salomon, Hézékiah recouvra de chaux les murs du Temple, et les prescriptions pour soulager les maladies ne furent plus trouvées. Mais quand le roi Hézékiah tomba malade à l’agonie, il ne trouva pas la prescription pour guérir sa maladie puisqu’il avait lui-même recouvert de chaux les murs du Temple, et les prescriptions écrites ne furent plus retrouvées. Il vint alors dans la Maison du Seigneur et se coucha là en pleurant à regarder le mur, disant : Mon Seigneur, ne tient pas pour péché d'avoir fait recouvrir de chaux les murs où étaient inscrites les prescriptions de guérison en disant, que les hommes supplient Dieu avec espérance, et ils trouveront guérison.Carjamais je ne trouverais une prescription par laquelle retrouver entièrement ma santé.   Le Seigneur l'entendit et eut compassion, il envoya le prophète Isaiah lui parler et dire :   Prends le fruit d’un figuier sauvage pour en recouvrir ton corps et tu trouveras soulagement.  Voilà pourquoi, Jean, Dieu n’abandonnera jamais l’homme qui va jusqu’au bout.

—      Mon-seigneur, le Seigneur Dieu détermine-t-il la vie d’un homme dès le ventre de sa mère ?

—    Sache que depuis la naissance de l’homme jusqu’à ce que sa vie prenne fin, il est déterminé combien de bonnes actions il fera et combien d’excès il fera. Toutefois une marque de Dieu est mise sur les justes avant d’être formés de sorte qu’il est impossible qu’il leur arrive quoi que ce soit sans Dieu. Quant au péché, chose étrangère à Dieu qui créa l’homme sans péché, dit le chérub, l’homme s’accorde en soi-même au péché par l’intermédiaire de son désir - par l’intermédiaire du désir de l’esprit du mal.  Selon Job : L’homme est né pour souffrir. Et ma mère me porta pour souffrir.  Le Seigneur Dieu compatissant n’abandonne pas l’homme totalement, il montre de la miséricorde à celui qui fut formé à sa propre image, façonné de ses propres mains. Aussi Jean, il n’abandonnera jamais celui qui fait sa volonté. Quiconque fait de bonnes actions recevra en retour et autant de fois au double dans la Maison de Dieu.

—      Mon-seigneur, au temps où Dieu créa l’homme, lui donna-t-il le titre de juste ?

—    Au moment où il va créer l’homme, avant de le placer dans le ventre de sa mère, dit le chérub, Dieu appelle tous les anges pour venir autour de lui.  Si la bouche du Père bénit l’âme par cette parole :  Cette âme va donner le répit. Les anges disent amen. Si le Père dit :  Cette âme va commettre la faute. Les anges disent amen.  Car toute parole qui vient de la bouche du Père va se produire.

—      Est-ce que la substance de l’homme est plus excellente que des animaux ?

—    Oui. Quand l’homme meurt, chacun est amené à la place dont il est digne. Quant aux animaux, leur place est dans la terre, qu’ils meurent ou qu’ils vivent.

—      Ont-ils une âme en eux ? Dis-je au chérub.

—    Tout être créé a une âme et l’âme de chaque être est son sang.

—      Seront-ils punis ou le repos leur sera donné ?

—    Que le repos leur soit donné et qu’ils ne souffrent plus ! L’humain qui a souffert peut jouir du repos.

Après avoir entendu toutes ces choses, je m’émerveillais beaucoup des ouvrages que Dieu accomplit en lien avec l’homme.

—      Je désire que tu me parles des étoiles que nous voyons dans le firmament : pourquoi cessent-elles d’être vues quand le soleil se lève, où vont-elles jusqu’à ce qu’elles fassent de nouveau leur service ?

—    Les étoiles ont chacune un parcours différent et certaines d’entre elles restent aux cieux jusqu’à midi et ne peuvent être vues à cause de la lumière du soleil, dit le chérub. Sept étoiles au nord du monde restent toujours dans les cieux. Sept étoiles aux cieux ne sont pas autorisées d’émerger du lieu de leur entrepôt sauf si la mort vient sur la terre.

—      Pourquoi une étoile diffère-t-elle d’une autre ? Pourquoi une étoile a coutume de se déplacer de son lieu d’origine ?

—    Écoute, de nombreux parcours d’étoiles se déplacent de leur lieu d’origine par un décret de Dieu qui demeure en elles et les dirige comme toujours. Ainsi j’ai rendu toutes choses manifestent pour toi bien-aimé de Dieu. Descends dans le monde et dis-leur tout ce que tu as vu.

Le chérub m’amena aussitôt sur le mont des Oliviers. Je retrouvais les apôtres réunis et leur dit les choses que j’avais vues. Puis nous nous sommes salués en donnant gloire à Dieu avant de repartir, chacun à son pays, pour annoncer le nom de Jésus Christ.

Gloire à Dieu le bon Père et à Jésus pour toujours, amen.

============



PAUL  | Apocalypse de Paul - Actes d’André et de Paul

Le marin amarra le bateau et vit André avec une foule rassemblée autour de lui. Paul lui avait dit d’apporter son manteau pour le remettre sur la rive à André. Quand la mère du marin alla accueillir son fils venant sur la rive, le manteau toucha ses yeux et elle fut capable de voir. Ils rendirent gloire à Dieu pour ce qui est arrivé. André approcha le marin et lui dit :

—      Où est l’homme qui était à bord avec toi ?

—      Il a sauté par-dessus bord en disant qu’il allait examiner les lieux de l’abysse où le seigneur est allé, et voir comment il les avait reformés. Il m’a dit de te dire de ne pas l’oublier et de ne pas le laisser, en cas où les créatures de l’abysse le saisiraient.

—      Dis-moi où Paul s’est jeté à l’eau.

André et le marin partirent en mer et naviguèrent jusqu’à ce que le marin dise, c’est ici ! André remplit une coupe d’eau douce et pria au-dessus :

—      Mon Seigneur ! Toi qui séparas la lumière des ténèbres, qui séparas la terre jusqu’à ce que le sec paraisse. Au nom de Jésus je verse cette coupe d’eau douce pour que l’eau salée recule et que le sec paraisse, que la terre s’ouvre jusqu’à l’abysse et que Paul sorte.

Puis il déversa la coupe d’eau douce dans la mer et dit :

—      Eau salée, recule devant l’eau douce.

À ces mots la terre sèche apparut, l’abysse se sépara et Paul sauta hors de l’eau, un morceau de bois dans sa main, et vint vers André pour le saluer.

—      D'où viens-tu, où as-tu été ? Dit André.

—      Pardonne-moi frère. Je suis allé examiner les lieux de l’abysse où le seigneur Jésus est allé, et j’ai vu quels genres d’endroits ils sont, dit Paul.

—      Tu as été extrêmement hardi, dit André. Nous les apôtres qui avons marché avec le seigneur jusqu’à sa résurrection, et qui nous a instruit sur tout en nous donnant maîtrise sur tous les pouvoirs, aucun n’a eu l’audace de faire ce que tu as fait…

—      Pardonne-moi frère, dit Paul, j’ai trouvé le moyen de le faire. Écoute ce qui s'est passé quand je suis descendu dans l’abysse, là j’ai vu où demeurent toutes les âmes, j’ai aperçu Judas - l’apôtre qui allait avec notre seigneur - dans une punition très sévère et je lui ai dit :       

― Que fais-tu dans cette punition ? Pourquoi le seigneur ne t’a-t-il pas emmené avec les âmes qu’il a sorties ?

— Malheur à moi ! Double malheur pour ce que j’ai fait à mon-seigneur ! J’ai péché contre lui, dit-il, je l’ai trahi pour l’argent des juifs. Mais je connus qu’il était mon-seigneur et celui de la terre entière, alors je suis allé rendre mon argent au grand cohen et lui demandai de me pardonner.

―   M’abandonneras-tu pour une chose que j’ai faite pour t’avoir vendu ?  Me regarderas-tu aller dans ma destruction ? Ne m’abandonne pas mais souviens-toi mon-seigneur que je t’ai entendu parler avec l’apôtre Céphas quand il t’a demandé : Si mon frère pèche contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner, jusqu’à 7 fois ? Tu lui as dit : Pas juste 7 mais jusqu’à 700 fois.  J’ai péché une fois contre toi, me regarderas-tu aller dans ma destruction ? Non mon-seigneur, qui est l’homme qui regarde son fils tomber dans la fosse sans l’aider ? Pareillement pour moi qui ai osé te trahir, me regarderas-tu aller dans ma destruction ? Non mon-seigneur. Alors il m’a envoyé au désert en me disant : N’aie crainte de personne excepté Dieu. N’aie crainte si tu vois le démon ou un autre venir, mais de Dieu seul.

Ainsi je partis jeûner au désert pour me faire pardonner de Dieu. Mais quand le destructeur vint et éleva sa tête au-dessus de moi avec la bouche ouverte prête à m’avaler, j’eus peur et je l’ai vénéré en disant : Tu es mon-seigneur. Il se retira de moi, et je pleurai comme s'il n'y avait plus aucun pardon pour moi. Et quand je dis, j’aurais fait appel au seigneur s'il avait été ici. Je fus aussitôt amené en cour pour être jugé. Et quand je dis, je vais me pendre. Je fus au shéol avant que le seigneur vienne prendre les âmes à un certain endroit, et il vida là le shéol excepté mon âme. Les portiers du shéol se plaignirent au démon :

― Que fais-tu à te vanter que tu es le seul roi et personne d’autre ? Maintenant nous savons que tu n’es pas roi et que quelqu’un est seigneur sur toi car il a repris tous ceux-là de toi.         

― Mes pouvoirs, pensez-vous que quelqu’un soit plus fort que nous ?! Il est venu ici mais il n’a pas été capable de prendre cette âme, dit le démon à ses pouvoirs. 

Aussi Jésus appela Michael qui l’avait accompagné au shéol et lui dit :

— Prends l’âme de Judas afin que le démon n'ait aucun reproche sur moi.         

Michael vint et me fit sortir. Et Michael cria :       

— Honte à toi, faible adversaire !    

— Maintenant, dit le seigneur à Michael, retourne l’âme au shéol.  

― Me laisseras-tu dans cette punition ? Dis-je en pleurant. Je savais que tu viendrais au shéol pour prendre ces âmes et que tu prendrais la mienne aussi, c’est pourquoi j’ai enlevé mon âme de mon corps.

— Qu’as-tu fait à te prosterner en vénérant le mal ? Dit Jésus.     

― Il est tombé sur moi comme un serpent, la bouche ouverte prête à me dévorer, j’ai eu peur et je l’ai vénéré.    

— Misérable ! Quand il est tombé sur toi, le Seigneur t’aurait sauvé si tu avais appelé à l’aide. Mais tu as fait autrement, une chose détestable à Dieu, en plus d’avoir commis le suicide, et pour cela tu resteras au shéol jusqu’au jour du jugement lorsque le Seigneur te jugera. Car je suis en ce jour-là, dit Jésus.

Quand j’entendis cela de Judas, moi Paul, j’étais extrêmement peiné des châtiments dans lesquels il se trouvait. Écoute ce que je te dis du shéol. J’ai vu des rues désertes où il n’y avait personne, et toutes les portes mises en pièces et détruites par le seigneur. Vois-tu ce morceau de bois dans ma main, frère André, c’est un morceau d'une porte du shéol que le seigneur a détruite que j’ai rapporté avec moi.  J’ai aussi vu d’immenses espaces à côté du shéol. J’ai demandé ce que c’était et on me dit que ces espaces furent pour les âmes des prophètes et d’Abraham, Isaac, Jacob.  A d’autres endroits que je ne voyais pas j’ai entendu une foule incalculable pleurer, et demandai qui ils étaient. On me dit que c’était des espaces que le seigneur n’avait pas visités quand il est descendu dans le shéol, des lieux de pleurs et de grincements de dents occupés par les assassins, les sorciers et les infanticides.

Lorsqu’il eut dit cela, le bateau accosta au rivage. 

============



THOMAS | Apocalypse de Thomas -Apocalypse of Thomas

Entends Thomas. Je suis le fils de Dieu le Père de tous les esprits. Entends de moi les signes qui vont arriver à la fin de ce monde. La fin du monde sera complète lorsque mes élus auront quitté ce monde. Je vais te parler ouvertement de ce qui va arriver, ce que les princes des anges ne savent pas, qui leur est présentement caché.

Après qu’il y aura des partages du monde entre roi et roi, que toute la terre sera en grande famine, dans de grandes maladies et de nombreuses détresses. Les fils de l’hommetomberont sous le tranchant de l’épée ou emmenés captifs chez les nations. Il y aura une grande agitation dans le monde.

Et quand l’heure de la fin approchera, il y aura 7 jours de grands signes au ciel et les pouvoirs des cieux seront déplacés.

Au commencement du 1er jour à la 3e heure du jour, au bruit d'une grande puissance de la voûte du ciel, un nuage de sang descendra du nord suivi de grands tonnerres et de puissants éclairs ; il recouvrira complètement la terre et une pluie de sangsur toute la terre. Ce sont les signes du 1er jour.

Le 2e jour, au grand bruit de la voûte du ciel, la terre se déplacera de sa position, les portes du ciel s'ouvriront à l’est de la voûte du ciel, la fumée d’un grand feu passera par les portes du ciel et recouvrira tout le ciel jusqu’au soir ; en ce jour le monde sera dans la peur et dans de grandes terreurs. Ce sont les signes du 2e jour.

Le 3e jour à la 3e heure, au grand bruit du ciel, l’abysse de la terre hurlera aux quatre coins du monde, les sommets de la voûte du ciel s'ouvriront, l’air se remplira complétement de colonnes de fumée avec une grande puanteur de soufre jusqu’à la 10e heure et les hommes se diront que le moment de mourir est proche. Ce sont les signes du 3e jour.

Le 4e jour à la 1ere heure, l’abysse hurlera en s'effondrant à l’est de la terre et toute la terre s’ébranlera sous la force du tremblement de terre ; en ce jour les édifices de la terre tomberont sous la force de la secousse avec les parures des idolâtres autels placés sur les toits. Ce sont les signes du 4e jour.

Le 5e jour à la 6e heure, au grand tonnerre du ciel, les pouvoirs lumineux des roues du soleil seront pris soudainement, suivis par de grandes ténèbres jusqu’au soir dans le monde - sans soleil ni lune, l’air s'assombrira et les étoiles arrêteront leur service. En ce jour toutes les nations se verront dans un miroir et détesteront de vivre dans ce monde. Ce sont les signes du 5e jour.

Le 6e jour à la 4e heure, au grand bruit du ciel, la voûte du ciel se fendra d’est en ouest et les anges des cieux regarderont la terre par les ouvertures des cieux - tous sur la terre verront l’armée des anges regarder du ciel et tous les hommes fuiront se cacher dans les monuments devant la face des justes anges en disant, La terre va s’ouvrir et nous avaler. Ces choses qui arriveront ne se sont jamais produites depuis que le monde fut créé. Ils me verront alors venir d’en haut avec la lumière du pouvoir de mon Père honoré des saints anges. À mon arrivée la barrière de feu qui entoure le paradis disparaîtra et ce feu perpétuel consumera la terre et tous les éléments du monde. Les âmes des hommes et les esprits quitteront du paradis pour venir sur toute la terre, et chacun d’eux ira vers son propre corps là où il est situé en disant, Ici repose mon corps. Après que le grand bruit de ces esprits sera entendu, la terre tremblera dans le monde entier, sous sa force les montagnes se fendront par le haut et les rochers par le bas, chaque âme retournera dans son propre vase et les corps endormis des saints se relèveront.

(+)  À la voix de l’ange, 1ère résurrection des apôtres de Christ avant tous, murmurant sans tristesse leur épreuve.
2e résurrection, les prophètes du monde se relèveront.
3e résurrection, les confesseurs à la clameur 'Ne les cachez plus'.
4e résurrection, les martyrs de la terre se relèveront.
5e résurrection de toutes les armées des saints.
6e résurrection, des vierges, des pénitents, des enfants, et des baptisés gardés en terre se relèveront.
7
e résurrection, tous se relèveront en vie du feu, des inondations, de la mer, de la terre, du souterrain.
Tremblant sous l’effort de la rencontre, le peuple des saintes troupes du ciel, le peuple de la terre et du shéol se rassembleront en vaste bande de chaque côté
. Leur fête est constante et suivant le nombre de leurs récompenses, de leurs trésors, de leurs stations, et de leur arrangement devant la face lumineuse du roi des 7 cieux.  (+)

Leurs corps se changeront à l’image et ressemblance honorée des saints anges par le pouvoir de mon image du saintPère ; ils seront revêtus de l’habit de vie éternelle de nuée de lumière - qui n’a jamais été vue dans ce monde - qui descend du plus haut royaume du ciel par le pouvoir de mon Père ; cette nuée entourera de beauté tous les esprits qui ont cru en moi. Lorsqu’ils en seront vêtus, ils seront portés par la main des saints anges - comme je t’ai dit auparavant - et seront élevés en l’air sur une nuée de lumière pour venir se réjouir avec moi au ciel, et continuer dans la lumière honorée de mon Père - pour eux grand bonheur avec mon Père devant les saints anges. Ce sont les signes du 6e jour.

Le 7e jour à la 8e heure, aux bruits des quatre coins du ciel, l’air alors ébranlé se remplira de saints anges qui feront entre eux la guerre tout au long du jour. En ce jour mes élus seront cherchés par mes saints anges avant la destruction du monde, et alors tous les hommes verront qu'à cette heure leur destruction est proche. Ce sont les signes du 7e jour.

Le 8e jour à la 6e heure, quand le 7e jour aura passé, au doux bruit à l’est du ciel, cet ange qui a pouvoir sur les saints anges se lèvera pour s’asseoir sur les chariots de nuée de mon saint Père et parcourir l’air avec joie, alors tous les anges sous le ciel iront à lui et libéreront les élus qui ont cru en moi, qui se réjouiront que soit arrivée la destruction de ce monde.

Les paroles du sauveur à Thomas sont terminées concernant la fin de ce monde.


Fin des Apocalypses apocryphes



BARNABÉ  | Les sept portes du shéol - séfer de Jésus (évangile de Barnabé)

Le shéol est un, et où les damnés subiront la punition éternelle. Il a 7 salles ou régions l'une plus profonde que l'autre, et celui qui va au plus profond subira une plus grande punition : qui a commis 1 péché mérite 1 shéol et qui a commis 2 péchés mérite 2 shéols.

Dans 1 seul shéol, les réprouvés éprouveront la punition comme s'ils étaient dans 10, 100, ou 1000. Mes paroles sont véritables quant à l'épée de l'ange Michael.Dieu Tout-puissant par Sa puissance et pour la cause de Sa justice fera que satan souffrira autant que s'il était dans 100,000 shéols, quant au reste ce sera chacun selon leur méchanceté.

Le shéol est un et contraire au paradis comme l'hiver contraire à l'été et le froid du chaud. Celui qui peut décrire la misère du shéol doit avoir vu les délices de Dieu au paradis. O lieu maudit du jugement de Dieu pour le malheur des réprouvés sans-foi dont parle Job (10.22) l'ami de Dieu,  : Il n’y a pas d’ordre là-bas mais une peur continuelle. Le prophète Ésaiah (66:24) dit contre les réprouvés : Leurs flammes ne peuvent s’éteindre ni leurs vers mourir. Notre père David (Ps 11.6) dit en larmes : Des charbons de soufre et de foudre de grande tempête tomberont sur eux.

O misérables pécheurs ! Comme les plats exquis, les vêtements coûteux, les lits moelleux et les doux chants leur sembleront repoussants ; comme ils seront malades en rageant de faim dans les flammes brûlantes des cendres embrasées, se lamentant amèrement dans les tourments cruels. En vérité, dit Jésus en larmes, il vaut mieux n'avoir jamais été formé que de subir ces atroces tourments... Imaginez la torture d’un homme souffrant dans chaque membre de son corps, moqué de tous et n’ayant personne pour lui montrer de la compassion.

Je vous dis en vérité, si Dieu place sur la balance la souffrance que tout homme subit dans ce monde jusqu’au jour du jugement - et de l'autre, 1 seule heure de souffrance au shéol, les réprouvés choisiront certainement les épreuves temporaires ! Car les temporaires viennent de main humaine tandis que les autres viennent de la main des démons totalement sans compassion. O le feu cruel qu’ils donneront aux misérables pécheurs ! Sans répit dans les flammes, quel froid glacial, quels grincements de dents, que de pleurs et de gémissements, dit Jésus. Le Jourdain a moins d'eau que les larmes qui couleront en tout temps de leurs yeux. Et là leurs langues maudiront toutes choses créées, leur père et mère et leur Créateur à jamais béni. Sachez que le shéol est un et qu’il a 7 centres l’un sous l’autre, de là que le péché est de 7 espèces et 7 portes que satan a générées ; ainsi il y a 7 punitions.

Le vaniteux, le plus hautain de coeur, sera plongé au plus bas centre en passant par tous les centres du dessus pour y endurer tous les maux. Parce qu’ici il cherchait à vouloir être plus haut que Dieu, à vouloir agir selon son plaisir personnel - contrairement à ce que Dieu ordonne - et sans reconnaître personne au-dessus de lui : là il sera mis sous les pieds des démons de satan qui le piétineront comme des grappes pour faire du vin, moqué et ridiculisé constamment des démons.

L'envieux, qui s’irrite ici du bien de son semblable et se réjouit de son infortune, descendra au 6e centre où il sera très irrité des morsures des nombreux serpents du shéol. Il lui semblera que tous ceux du shéol se réjouissent de son tourment en regrettant qu'il ne soit pas descendu jusqu’au 7e centre. Même si les damnés sont incapables d’aucune joie, la justice de Dieu fera sembler ainsi au misérable envieux comme on rêve de se faire mépriser et en ressentir de l’humiliation. La chose sera placée ainsi devant le misérable envieux : là où il n’y a pas du tout de joie, il lui semblera que chacun se réjouit de son malheur en déplorant de n’avoir pas eu pire encore.

L'avare descendra au 5e centre où il subira l’extrême pauvreté comme celle que le riche fêtard a subie. Pour une plus grande torture les démons lui offriront ce qu'il souhaite, mais d'autres arracheront violemment ce qu’il a dans ses mains par ces mots : Rappelle-toi que tu n’as pas voulu donner par amour pour Dieu, aussi Dieu ne veut pas que tu reçoives. Quel désastre pour l’homme qui se retrouve dans cette condition en voyant la privation du présent et les avoirs qu’il n’a plus ! Il se souviendra de l’abondance passée, par laquelle il aurait pu acquérir les délices éternels.

Les convoiteux qui ont changé le tracé qui leur fut ordonné par Dieu iront au 4e centre où ils seront comme du grain qui cuit dans l’ordure brûlante du démon, étreints par d'horribles serpents du shéol. Quant à ceux qui sont allés dans toutes leurs impuretés avec les putes, leurs actes seront changés en unisson avec des furies du shéol dont les démons femelles ont une chevelure de serpents, des yeux de soufre brûlant, une bouche empoisonnée, une langue de mouette, le corps ceint de barbelés avec lesquels on attrape le poisson fou, des pattes de griffons, des ongles de rasoirs, et des organes génitaux de la nature du feu. Et maintenant tous les convoiteux jouiront avec elles sur leur lit de braises du shéol.

Le paresseux dont la volonté est de ne pas travailler descendra au 3e centre, là où se construisent des villes et d’immenses palais qui sitôt terminés sont de suite renversés pour une pierre mal-alignée. Ces énormes pierres sont posées sur les épaules du paresseux qui n'a pas les mains libres pour se rafraîchir le corps et se faciliter le poids en marchant vu que la paresse a soustrait la force de ses bras, les jambes entravées par les serpents du shéol. Le pire derrière lui sera les démons qui le poussent pour le faire tomber sous le poids de nombreuses fois, sans personne pour l'aider à se relever, nay ! Et comme c’est très lourd à soulever, un double poids est mis sur lui.

L’insatiable descendra au 2e centre où il y a pénurie de nourriture au point qu’il n’y a que des serpents et des scorpions vivants à manger, qui lui procureront une telle torture qu'il aurait mieux valu ne jamais naître que d’avaler une telle nourriture. De fins repas en apparence seulement leur sont offerts par des démons puisqu'ils ne peuvent tendre la main au moment où le repas se présente à eux. Et le pire, les mêmes scorpions qu’il mange, étant incapables de sortir rapidement, dévorent son ventre et déchirent les parties secrètes de l’insatiable, et aussi sales qu’ils sont quand ils sortent souillés d’impuretés, ils sont mangés de nouveau.

Le colérique descend au 1er centre pour y être insulté par les démons et autant par les damnés qui descendent plus bas que lui, le méprisant, le frappant, le couchant sur la route où ils passent, enfonçant leur pas sous sa gorge tandis qu’il a mains et pieds liés et ne peut se défendre. Là il ne peut donner libre cours à sa colère pour insulter les autres, car sa langue est suspendue à un crochet comme celui dont se sert le vendeur de viande.

Il y a dans ce lieu maudit une punition générale commune à tous les centres telle un mixte de divers grains qui composent un pain. Feu, glace, tempêtes, éclairs, sulfure, chaleur, froid, vent, tornade et terreur, réunis ensemble par la justice de Dieu, mais en sorte que le froid ne tempère pas le chaud, ni le feu la glace, et où chacun donnera du tourment au misérable pécheur. Les infidèles resteront dans ce lieu maudit à tout jamais. Leur tourment ne peut avoir de fin puisqu’ils n’ont pas voulu mettre fin à leur péché par amour pour Dieu. Mais les croyants auront du réconfort parce que leur tourment aura une fin.

Les disciples furent effrayés d’entendre cela et dirent :

—Les fidèles doivent aller au shéol ?!

Tout le monde quel qu’il soit va au shéol, dit Jésus.

L’envoyé de Dieu, puisqu’il a un corps de chair, y viendra appliquer la justice de Dieu le temps d’examiner le shéol, aussi longtemps que d’ouvrir et fermer les yeux, et tous ceux qui ont corps de chair sous punition resteront sans punition. Dieu fera ainsi pour que chaque créature reconnaisse avoir reçu faveur de l’envoyé de Dieu. Quand il y viendra, tous les démons hurleront en essayant de se cacher sous les braises brûlantes, se disant l'un l'autre :

Fuyez, fuyez, car Digne d’éloges notre ennemi vient par ici.

Entendant cela, satan se frappera le visage de ses 2 mains et hurlera :

—Tu es plus noble que moi et cela s’est fait injustement à mon détriment...

Quant aux croyants des 2 derniers rangs parmi les 72 rangs, ceux qui auront eu foi sans les bienfaits - les uns s’attristant des bienfaits, les autres se réjouissant des méfaits - habiteront le shéol 70,000 ans. Après ces années l'ange Gabriel viendra vers le shéol et les entendra dire :

O Digne d’éloges, où sont tes promesses envers nous, que ceux qui ont ta foi n’habiteront pas au shéol à tout jamais ?

L'ange de Dieu retournera en Éden et s’approchant de l’envoyé de Dieu avec respect lui rapportera ce qu'il a alors entendu. S'adressant à Dieu, son envoyé dira :

Mon Dieu Seigneur, souviens-toi de la promesse faite envers moi ton servant que ceux qui ont reçu ma foi n’habiteront pas à tout jamais dans le shéol.

Demande ce que tu veux o mon ami, dira Dieu, car Je t’accorderai tout ce que tu demandes.

Seigneur, des croyants sont dans le shéol depuis 70,000 ans. Où est ta miséricorde o Seigneur ! Je te prie de les libérer de ces durs châtiments, dira l’envoyé de Dieu.

Dieu donnera ordre aux 4 messagers favoris de Dieu d’aller au shéol et de sortir tous ceux qui ont la foi en son messager pour les amener en Éden. Ils feront cela, car tel est le privilège de la foi au messager de Dieu : ceux qui croient en lui, même s’ils ne font aucune bonne action, iront en Éden après la punition dont j’ai parlé et s’ils meurent dans cette foi.

===

Naissance de Melchisédec | (italien) El nascita di melchisédec, nel libro segreto sul rapimento di enoch il giusto

Le troisième jour au moment du soir, les anciens du peuple parlèrent à Metuselah Matusalemme, disant : Viens te tenir en face du Seigneur, face à ton peuple, devant l'autel du Seigneur, et tu seras glorifié parmi ton peuple. Metuselah répondit à son peuple : Le Seigneur Dieu de mon père Henoc, c’est lui-même qui élèvera un prêtre sur son peuple. Les gens attendirent toute la nuit au lieu Azuchan et Metuselah resta à l'autel pour prier le Seigneur et dire : Seigneur de tous les siècles, qui es le seul, qui a choisi notre père Henoc. O Seigneur, révèle-nous un prêtre pour ton peuple et fais entendre ta gloire dans nos coeurs et de tout faire selon ta volonté. Quand Metuselah s'endormit, le Seigneur lui apparut dans une vision nocturne et lui dit : Écoute Metuselah, je suis le Seigneur, Dieu de ton père Henoc. Écoute la voix de ton peuple pour te tenir devant eux et devant mon autel ; je te glorifierai tous les jours de ta vie devant ce peuple qui est mien. S'étant levé de son sommeil, Metuselah bénit Celui qui lui était apparu. Le matin les anciens du peuple se tournèrent vers Metuselah et le Seigneur Dieu dirigea le coeur de Metuselah d'écouter la voix du peuple ; et il leur dit : Que le Seigneur notre Dieu fasse à son peuple ce qui est bien à ses yeux. Sarsan, Charmis, Zazas, et les anciens du peuple se dépêchèrent et revêtirent Metuselah d’un magnifique vêtement, et lui mirent une brillante couronne sur la tête. Le peuple se dépêcha et les gens conduisirent des moutons, des boeufs et des oiseaux, tous choisis avec soin vers Metuselah pour être sacrifiés devant le Seigneur face au peuple. Metuselah monta sur le lieu du sacrifice du Seigneur lorsque l'étoile du matin se leva et tout le monde alla à cette place. Metuselah se tint près de l'autel, et le monde tout autour de l'autel. Les anciens du peuple prirent les béliers et les boeufs, leur attachèrent les quatre pattes et les placèrent à la tête de l'autel. Et le peuple dit alors à Metuselah : Prends ton couteau et tue soigneusement ces animaux choisis face au Seigneur. Metuselah tendit la main au ciel et appela le Seigneur en disant : Alas Seigneur ! Qui suis-je pour me tenir à la tête de ton autel à la tête de tout ton peuple maintenant… Seigneur, jette les yeux sur ton servant à la tête de tout ton peuple, sur tout ce qui a été soigneusement choisi ; et accorde grâce à ton serviteur devant ce peuple afin qu'il puisse comprendre que c'est toi qui as établi un prêtre pour ton peuple. Il arriva que pendant que Metuselah priait, l'autel trembla, le couteau se souleva de l'autel et sauta jusqu’aux mains de Metuselah devant tout le peuple. Tout le monde commença à trembler en glorifiant le Seigneur. Metuselah fut honoré face au Seigneur devant tout le peuple à partir de ce jour. Metuselah prit et tua tout ce qui venait du peuple, et le peuple se réjouit face au Seigneur et face à Metuselah ce jour-là, puis ils rentrèrent dans leurs maisons. À partir de ce jour Metuselah fut à la tête de l'autel et à la tête de tout le peuple. En 1480 il visita la terre entière et chercha tous ceux qui croyaient au Seigneur. Ceux qui avaient changés, il les corrigea et les convertit, et ne trouva aucun homme qui se détournait face au Seigneur tous les jours que Metuselah vécut. Le Seigneur bénit Metuselah et manifesta de la bienveillance pour ses sacrifices, ses dons, ainsi que pour tout le service qu'il avait fait face au Seigneur. En fin des jours de Metuselah, le Seigneur lui apparut dans une vision nocturne et lui dit : Écoute Metuselah. Je suis le Seigneur Dieu de ton père Henoc. Je veux que tu saches que les jours de ta vie sont complets, car tu te rapproches du jour de ton repos. Appelle Nir, le 2e fils de ton fils Lamech, pour mettre tes vêtements sacrés et place-le à mon autel. Dis-lui tout ce qui lui arrivera durant son temps sur toute la terre, sur tout homme, sur tout ce qui bouge sur la terre, car en ses jours il y aura un grand désordre sur terre parce que l'homme est devenu envieux envers son prochain. Son peuple se précipiterons d’eux-mêmes peuple contre peuple, et la nation soulèvera la guerre, nation contre la nation, et toute la terre sera remplie de sang et du désordre du mal. Car ils abandonneront leur Créateur pour adorer ce qui est immobile dans le ciel, ce qui marche sur la terre et les vagues de la mer ; et l'adversaire exultera en se réjouissant dans leurs actions à mon détriment. Toute la terre changera d’ordre, chaque fruit et chaque herbe changeront leur temps dans l’attente du temps de destruction. Toutes les nations changeront sur terre à mon détriment.

Alors je commanderai aux eaux des abysses de sortir tomber sur la terre, et les entrepôts des eaux célestes sortiront et se précipiteront sur terre en grande manière, et suivant la première manière ; et l’entière construction de la terre périra et la terre entière sera secouée et privée de sa fondation dès ce jour. Alors je préserverai Noah, le fils premier-né de ton fils Lamech, et ferai qu’un autre monde s’élève de ta semence, et sa semence durera pour des siècles. Metuselah se leva de son sommeil grandement affligé par le rêve. Il appela tous les anciens du peuple et leur raconta tout ce que le Seigneur lui avait dit, et la vision qui lui était apparue venant du Seigneur. Le peuple fut affligé de cette vision et lui dirent : Le Seigneur a le pouvoir de faire suivant sa volonté, et maintenant fais tout ce que le Seigneur t’a dit. Metuselah appela Nir, le 2e fils de Lamech, et le vêtit des robes de la prêtrise devant tout le peuple à la tête de l’autel, et lui apprit tout ce qu’il avait à faire parmi le peuple. À partir de ce jour, Nir sera devant vous le guide du principe. Le peuple répondit : Metuselah. Qu’il soit pour nous et pour la parole du Seigneur, comme il t’a dit. Alors que Metuselah parlait au peuple, son âme fut troublée, il fléchit ses genoux et étendit ses mains au ciel, et pria le Seigneur. Et tandis qu’il priait, son âme sortit. Nir et tout le peuple se hâtèrent de fabriquer un sépulcre pour Metuselah et placèrent de l’encens et de la canne pour lui, avec plusieurs choses sacrées. Nir et le peuple vinrent soulever le corps de Metuselah et le placèrent dans le sépulcre qu’ils avaient fait, et le recouvrirent. Le peuple dit : Béni était Metuselah en face du Seigneur, et face à tout le peuple ! De là ils se réunirent et Nir dit au peuple : Hâtez-vous aujourd’hui, apportez le bélier, le taureau, la tourterelle et le pigeon, afin que nous présentions l’offrande face au Seigneur et nous réjouir, puis retournez dans vos maisons. Le peuple écouta le prêtre Nir et se hâta d’emmener et de lier à la tête de l’autel. Nir prit le couteau du sacrifice et sacrifia face au Seigneur. Le peuple se hâta de faire et de se réjouir face au Seigneur. Tous les jours le Seigneur Dieu, sauveur de Nir, fut glorifié devant le peuple. À partir de ce jour, tous étaient en paix et en ordre sur la terre entière dans les jours de Nir durant 202 ans. Après ceci, le peuple se détourna du Seigneur et commencèrent à s’envier l’un l’autre, et se souleva peuple contre peuple jusqu’à combattre nation contre nation ; et il y avait une grande turbulence. Le prêtre Nir écouta et fut grandement affligé, et se dit en son coeur : Le temps est venu. Que la parole dite à Metuselah, le père de mon père, plaise au Seigneur Dieu. Voici, Sofonim la femme de Nir était stérile et n’avait pas engendré d’enfant à Nir. Sofonim était au temps du vieil âge, au point de la mort, et conçu en sa matrice. Le prêtre Nir n’avait pas dormi avec elle depuis le jour que le Seigneur l’avait placé devant le peuple. Sofonim avait honte et se cachait chaque jour, et personne du peuple n’entendit à son sujet. Elle était au jour de la délivrance quand Nir se souvint de sa femme et l’appela pour visiter et converser avec elle dans la maison. Sofonim vint voir son mari, elle était enceinte, sur le point de la délivrance. La voyant, Nir eut grandement honte d’elle et lui dit : Pourquoi as-tu fait ce qui me donnera honte devant tout le peuple, femme ? Va-t’en maintenant loin de moi, va où tu as conçu la honte de ton ventre, car je ne mettrais pas mes mains sur toi et pécher face au Seigneur. Sofonim répondit à son mari : Voici mon-seigneur, le temps de mon vieil âge, l’ardeur de la jeunesse n’est pas en moi, et je ne sais pas comment l’indécence de mon ventre fut conçu. Nir ne la cru pas et lui dit une seconde fois : Va-t’en loin de moi afin que je ne te frappe pas et pèche face au Seigneur. Alors que Nir parlait à sa femme, Sofonim tomba aux pieds de Nir et mourut. Nir devint très affligé et dit en son coeur : Est-ce arrivé par ma parole ? Maintenant le Seigneur éternel est miséricordieux, car ma main ne s’est pas posée sur elle. Nir se hâta de fermer la porte de sa maison et vint vers son frère Noah, et lui dit tout ce qui était arrivé à sa femme. Noah se dépêcha vers la chambre de son frère, et à l’aspect de la femme morte de son frère et son ventre au moment de la naissance, Noah dit à Nir : Ne t’afflige pas mon frère Nir. Aujourd’hui le Seigneur a couvert ta honte, car personne du peuple ne sait cela. Et mainte-nant dépêchons-nous de l’enterrer, et le Seigneur couvrira notre honte. Je vais mettre Sofonim sur un lit et l’habiller de robes noires. Je fermais la porte et creusais une tombe en secret.

Alors qu’ils étaient sortis pour son sépulcre, le garçon sortit du corps de Sofonim et s’assit sur le lit. Noah et Nir vinrent pour prendre Sofonim et virent le garçon assis près du corps, son vête-ment sec. Noah et Nir furent effrayés. L’enfant avait le corps bien fait et parlait de sa bouche, bénissant le Seigneur. Noah et Nir le regardèrent, disant : Cela est du Seigneur mon frère. Voilà le sceau de la prêtrise sur sa poitrine et l’aspect glorieux. Noah dit à Nir : Voici frère, le Seigneur renouvelle la sanctification après nous. Nir et Noah se dépêchèrent de laver l’enfant et l’habillèrent des robes de prêtrise. Nir lui donna les pains consacrés, et il mangea. Et ils l’appelèrent du nom de Melchisédec. Noah et Nir prirent le corps de Sofonim, lui ôta les robes noires, lavèrent son corps et l’habillèrent de robes claires choisies, et lui fabriquèrent un autre sépulcre. Noah, Nir et Melchisédec partirent l’enterrer honorablement. Noah dit à son frère : Garde l’enfant dans le secret jusqu’au temps favorable depuis que le peuple est devenu méchant sur toute la terre. Car en voyant ceci, ils le feront probablement mourir. Et Noah retourna à sa place. Et parce qu’il y avait beaucoup d’injustices sur toute la terre dans les jours de Nir, Nir s’affligea beaucoup pour le garçon, disant, Que ferais-je avec lui ? Nir étendit ses mains au ciel et appela le Seigneur : Alas Seigneur éternel. Toutes les injustices se sont multipliées sur terre dans mes jours, et je comprends que notre fin est proche. Maintenant Seigneur, quelle est l’apparition de cet enfant, quelle est sa destinée, que ferais-je avec lui ; en quoi est-il impliqué dans cette destruction ? Le Seigneur entendit Nir et lui apparut dans une vision nocturne, disant : Voici Nir. Une grande perdition a déjà pris place sur terre. Je ne la supporterais pas, je ne l’endurerais pas plus. Voici je pense à envoyer une grande destruction sur terre. Nir, ne t’inquiète pas pour le garçon, je vais bientôt envoyer mon archange Michael pour prendre l’enfant et le placer au paradis d’Éden ; il ne périra pas avec ceux qui doivent périr. Il sera Melchisédec, mon prêtre des prêtres dans les siècles. Je le sanctifierais et le transformerais en un grand peuple qui va me sanctifier. Se levant de son sommeil, Nir bénit le Seigneur qui lui était apparu, disant : Béni est le Seigneur Dieu de nos pères, qui n’a pas reproché ma prêtrise dans la prêtrise de mes pères ! Car ta parole a créé un grand prêtre dans le ventre de ma femme Sofonim. Je n’avais pas d’enfant que cet enfant à la place de mes descendants, qui deviendra mon fils et tu le compteras avec tes servants, Seth, Énos, Kénan, Mahalaleel, Seruch, Arusan, Jared, Henoc, Metuselah, et ton servant Nir, et Melchisédec sera la tête des prêtres d’une autre lignée. Je sais que cette lignée finira en confusion, que tous vont périr, et que Noah mon frère sera préservé dans une autre lignée pour procréation, et de cette race un grand peuple se lèvera, et Melchisédec deviendra la tête des prêtres parmi un peuple d’un royaume qui te sert Seigneur. Et conformément, quand l’enfant eut 40 jours accomplis dans la maison de Nir, le Seigneur dit à l’archange Michael : Va sur la terre vers le prêtre Nir et prend l’enfant Melchisédec qui est avec lui. Place-le au paradis d’Éden en garde, car le temps approche déjà que je laisse aller toutes les eaux sur la terre pour détruire tout ce qui est sur terre. J’élèverais une autre lignée et Melchisédec sera le chef des prêtres de cette lignée. Michael se hâta et vola de nuit. Nir dormait la nuit sur son lit et Michael lui apparut et dit : Ainsi parle le Seigneur à Nir. Remet-moi l’enfant que je t’ai confié. Nir ne reconnut pas celui qui lui parlait, se disant dans son coeur trouble : Si le peuple vient à connaître l’enfant, ils le prendront et le tueront. Car le coeur du peuple est devenu méchant face au Seigneur. Aussi il répondit à Michael : Je n’ai pas d’enfant et je ne sais pas qui me parle. Michael répondit : N’aie crainte Nir. Je suis l’archange Michael que le Seigneur envoie. Voici, je vais prendre ton fils aujourd’hui et partir avec lui pour le placer dans le paradis d’Éden. Se rappelant son premier rêve, Nir crut et répondit à Michael : Béni est le Seigneur qui t’envoie aujourd’hui vers moi ! Maintenant, bénis ton servant Nir et prends l’enfant pour faire de lui tout ce qui t’a été dit. Cette nuit, Michael prit l’enfant Melchisédec sur ses ailes et le plaça dans le paradis d’Éden. En matinée, Nir se leva, vint dans la maison, et ne trouva pas l’enfant. Il en eut joie et grande affliction, car il avait l’enfant à la place de fils. Gloire à notre Dieu, maintenant et à toujours.